Nantes Catalogne Espagne - Festival cinéma espagnol de Nantes

Notre coup de coeur : "El inventor de la selva" histoire d'une ville imaginaire sans habitants !

Louise Logeart - 25 mars 2015
En direct du 25ème Festival du cinéma espagnol de Nantes, notre coup de cœur : "Sobre la marxa" (el inventor de la selva) de Jordi Morató. Histoire d'un homme qui dédie son temps libre à la construction d’un monde imaginaire dans la forêt de son enfance, dans la région de Girona en Catalogne

Sobre la marxa (el inventor de la selva) de Jordi Morató, c’est l’histoire d’un homme qui se prend pour Tarzan et dédie son temps libre à la construction d’un monde imaginaire dans la forêt de son enfance, dans la région de Girona en Catalogne.

Cabanes, sculptures, tours en bois s’élevant à plus de 15 mètres de haut, labyrinthes, un espace libre au pied de l’autoroute, où Garrell prétend s’isoler de l’homme blanc civilisé.

Le récit de l’épopée commence il y a quelques décennies seulement, lorsqu’Alex, un ado de 14 ans, admiratif du travail de Garrell, propose de le filmer dans ses aventures avec la nature. 

Ce projet où l’on suit l’acteur-réalisateur en pagne de peau de renard s’intitule Tarzan III

On y voit Garrell se jeter dans les rivières, plonger dans les cascades, se balancer aux lianes et se battre avec ses boucs en criant que c’est lui le Roi de la jungle. Le travail de construction d’une ville sans habitants est démentiel, et peu à peu Tarzan veut intégrer son fils au film-docu (alias son petit neveu) pour le sensibiliser à son patrimoine dont il héritera à sa mort. Pêche de poissons à mains nues, traques aux lapins, le gosse joue le jeu.

Puis arrivent «les drogués», les casseurs, qui mettent un terme à la construction de son rêve. Courses-poursuites avec l’homme blanc civilisé, le documentaire rejoint la fiction

Après avoir tenté les labyrinthes, la reconstruction permanente, sa décision est prise : c’est lui-même qui détruira son œuvre. Après l’eau, le feu. Consciencieux, il fait tomber les tours, construit des brasiers sans contaminer le reste dans la forêt. Et il s’amuse toujours, danses de la mort à l’appui.

Détruire son propre travail, dit-il, fait partie d’un processus de vie : le monde est ainsi fait

Face à ses cris de joie lorsque son propre travail brûle, on l’admire. Où puise-t-il la force de détruire, pour ensuite recommencer ? Véritable fable sur une quête inlassable de rêves, l’univers magique de la forêt de Garrell fascine et les visiteurs sont nombreux à venir se promener dans son monde. Cela ne le dérange pas, au contraire : il créé des surprises marrantes pour les visiteurs pacifiques, cela fait partie du jeu.

Jordi Morató, le réalisateur, a repris les vidéos de l’ado, puis celles d’une chercheuse américaine en art brut, en y ajoutant ses propres images.

De l’art brut ? Garrell veut bien être sale, mais pas artiste

(référence à la double signification d’ « art brut » en espagnol)


Un travail de plusieurs années pour le réalisateur qui l’a suivi, construire une trame au récit, une cohérence au film, une suite aux nombreux reportages réalisés par d’autres. «Un patrimoine qui perdure grâce au film» selon Garrell. Malgré trois phases de construction, toutes filmées, il n’en reste presque plus rien aujourd’hui.

Une question a animé le réalisateur un bon moment, surtout lorsqu’il a présenté son film à Londres ou au Japon :

Pourquoi l’Espagne n’a jamais voulu conserver ce patrimoine vivant ?

La réponse, il l’a trouvée lui-même.  La faisabilité elle-même du projet de Garrell n’aurait pas été possible dans un pays où les règles dans ce domaine sont strictes. Contourner des rivières pour construire des barrages et des moulins à eau, construire sa propre tombe dans le granit sur un terrain commun, qui en aurait eu la possibilité ailleurs ?

Une fable réelle qui remet les pieds sur terre, à voir d’urgence.

Au programme du festival du cinéma espagnol de Nantes jusqu'au 30 mars.

Bande-annonce

25ème Festival du cinéma espagnol de Nantes




  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

VINTAGE & COLLECTIONS

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


SORTIR À PARIS

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


BRÈVES

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)