- Portraits

Pilar Pradales " Je pense que peindre est le plus beau métier du monde !"

Marie Torres - 9 septembre 2019
Née à Madrid en 1970 et installée depuis 16 ans en région parisienne, Pilar Pradales est, très jeune, initiée aux pratiques de la peinture par son père. Aujourd'hui, ses natures mortes, d'une beauté et d'un réalisme fascinants, nous ramènent aux grands maîtres flamands du XVIIe siècle. Portrait.

C'est à Madrid, dans l'atelier familial, que Pilar Pradales donne ses premiers coups de pinceaux. "J'avais le meilleur des profs, mon père !" dit-elle en souriant. C'est donc Antonio Pradales, peintre avéré, qui lui enseigne les techniques du paysage, de la nature morte, du portrait...Quelle formation a-t-elle ensuite suivie ? "Aucune", répond-elle, précisant "En fait, j'ai suivi l'exemple de mon frère." L'exemple de son frère ? Il vous faut savoir que  Juan-Antonio est lui aussi artiste-peintre. Le talent coule dans les veines de la famille ! Ainsi donc "Après avoir été initié par mon père, Juan-Antonio a rejoint une école d'art... qu'il a rapidement quittée car il n'apprenait rien de plus. Notre père lui avait déjà tout enseigné."

Chacune de ses natures mortes est fascinante

Et, en regardant les toiles de Pilar, on comprend. Qu'est-ce qu'une Ecole, aussi prestigieuse fut-elle, aurait pû lui apporter de plus ? Chacune de ses natures mortes est fascinante. La perfection est atteinte dans le réalisme de chaque objet, de chaque fleur ou fruit, le jeu des transparences, la construction des compositions... Tout y est parfait. Et si un de ses peintres préférés est le Sévillan Bartolomé Esteban Murillo, sa peinture à elle nous emporte bien loin de l'Andalousie, chez les grands maîtres flamands du XVIIe siècle. On pense, par exemple, aux natures mortes de Clara Peeters ou encore de Jacob Van Hulsdonck. Et même si Pilar a l'air sincèrement touché par mes compliments, ils semblent la mettre un peu mal à l'aise. "J'aime bien les détails, je prends du plaisir à les faire, dit-elle en ayant presque l'air de s'excuser de son talent. Je crois qu'avec beaucoup de travail, tout le monde peut arriver à des résultats même si certains arrivent mieux que d'autres." Je confirme !

" Je pense que peindre est le plus beau 
métier du monde !"

Vient alors le cri du coeur. " Je pense que peindre est le plus beau métier du monde !" Aussitôt, une question s'impose : vit-on du "plus beau métier du monde ? "A Madrid, j'étais en relation avec plusieurs galeries qui géraient les ventes et les commandes de mes tableaux. Quand je me suis installée à Aulnay, il y a 16 ans, j'ai continué pendant quelques temps à travailler avec l'Espagne. Mais cela impliquait de nombreux aller/retour et donc des frais... " Aujourd'hui, Pilar enseigne la peinture à quelque 130 élèves de l'Association des Peintres et Sculpteurs Aulnaysiens et participe à de nombreuses expositions. Et si des galeries parisiennes l'ont "approchée", elle n'a pas encore sauté le pas. Le "marketing de soi' n'est pas son fort. "Je suis peintre... pas commerciale, je ne sais pas "me vendre"". Tout à son honneur, non ?
Pour en savoir plus, ici

Marie Torres pour www.micmag.fr
1
2
3
4
5
6
7

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

VINTAGE & COLLECTIONS

La Saint Valentin dans tous ses états !

 La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


BRÈVES

Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)
 
Il y a 60 ans, les Stones sortaient leur premier 45 T
Le 7 juin 1963, les Rolling Stones sortaient leur premier 45 t, "Come On" une adaptation de Chuck Berry. Le 31 juillet, il atteint la 21e place des hit-parades. L'incroyable histoire des Stones est en marche… Elle roule toujours... Lire plus, ici.