- reportage

A Paris,les anti bruits font des ravages ! Cabaret Sauvage et Zénith interdits de concerts après 23h

Hélios Molina - 21 mars 2014
Qui aurait cru que des espaces si éloignés de lieux d’habitation, comme le Cabaret Sauvage (salle de concert de 1200 places), le Zénith du parc de la Villette recevraient un jour une interdiction de concert après 23h00 ?

Des menaces terribles frappent Paris, quartier par quartier. Les lieux vivants et festifs n’ont qu’à bien se tenir car des associations redoutables, qui mois après mois bataillent, réussissent tôt ou tard à éteindre et paralyser la vie de leur quartier.

Qui aurait cru que des espaces si éloignés de lieux d’habitations comme le Cabaret Sauvage (salle de concert de 1200 places) , le Zénith du parc de la Villette recevraient  un jour une interdiction de concert après 23h00 ? C’est chose faite. Et les quartiers forcés à se taire sont de plus en plus nombreux : La Butte aux Cailles, le quartier du Faubourg Saint Denis (cinq bars fermés dix jours), la rue Oberkampf....

Il faut trouver des compromis entend-on du côté des politiques à l’heure des élections. Anne Hidalgo qui semble comprendre ce problème propose dans le flou "des quartiers festifs"

Mais pendant ce temps, les associations passent à l’offensive. Les courriers fusent :

"M. Madera, il y a peu encore maire du 19ème, ne répondait pas aux courriers RAR envoyés par les Riverains du Parc de La Villette protestant contre les nuisances sonores du Zénith, du Cabaret Sauvage, de Villette sonique etc. 
Le commissariat refuse de prendre les plaintes et donne un formulaire à envoyer à la Préfecture de Police ; quand celle-ci se déplace, le niveau sonore des nuisances devient très supportable...
 La farce se joue depuis bientôt 10 ans.
 Mairie, préfecture, producteurs, même combat !", mail de Renato adressé au blog "Vivre le Marais!" contre "les débordements festifs de ces lieux". Et ça fait mal aux noctambules.

Mais le Parc de la Villette n’est pas  le seul à se résigner car fin avril, il devra cesser tout concert live après 23h00, nous confie le responsable du Cabaret, M. Méziane Azaiche. La peur tombe sur la dizaine de salariés permanents. Et ce même responsable se plaint du manque de concertation avec les autorités municipales. "Personne n'est venu me voir pour tenter de trouver une solution"

Allons entendre les voix riveraines du côté du 13ème : "Jérôme Coumet, Maire PS de 13ème est lui aussi dans la mouvance d'Anne Hidalgo, et reste sourd à toutes les demandes des riverains touchés par les nuisances des nombreux bars du quartier de la Butte aux Cailles.
 Non seulement il ne fait rien pour protéger les riverains, mais il soutient les établissements", mail de Magalie des "Riverains de la Butte aux Cailles".

Et dans la nuit, Paris nocturne, n’a pas encore trouvé sa place comme ses consœurs. Londres est assimilée au Clubbing, Amsterdam à la fumette en liberté, Barcelone à la fête, New York en ville non stop, etc. Paris souffre d’un mal qui la caractérise : les associations anti-bruit capables de faire fermer salles de concerts, bars et tout autre lieu d’agitation finissent par avoir raison. La jeunesse n’a plus qu’à bien se tenir et se retrouver dans des rues désertes ? Le compromis est-il possible ? Certains y arrivent comme le président des riverains de JP Timbaud qui semble plus conciliant.

Mais que disent les faiseurs de nuits intempestives : "Il faut en effet tout faire pour que nos clients soient sensibilisés aux nuisances qu’ils peuvent créer mais il faut aussi que les riverains mécontents comprennent que les bars ne sont pas néfastes à un quartier, bien au contraire, ils lui donnent une âme", propos de David Gamrasni, un patron de bar de la rue JP Timbaud (Paris XI) au Nouvel Obs. Il poursuit par : "d’après ce que j’en ai entendu, l’association des riverains souhaite fermer un bar sur deux pour réduire ces nuisances. Mais ce ne sont pas les bars qui transforment la rue en "jungle", au contraire, ils la rendent plus sûre et ont débarrassé notre quartier des trafiquants et consommateurs de drogues en tout genre qui régnaient autrefois dans ce même espace alors impraticable à partir d’une certaine heure". Paris, capitale d’un pays touché de plein fouet par la crise, n’a pas dit son dernier mot. Une note d'optimisme pour banlieusards et parisiens, Anne Hidalgo voudrait remettre en service vendredi et samedi le métro toute la nuit sur les lignes 1 et 14 puis ensuite les lignes 6 à 9 et les lignes A et B du RER. Promesse de campagne ! Quand sera-t-il ensuite ?

Hélios Molina

p.s. Un rapport de juin 2009 révèle que la nuit pèse 2,8 milliards d’euros de chiffre d’affaire et qu’il emploie en France 67 000 personnes.



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Premier musée en France entièrement consacré à l’enrichissement et à la conservation de l’illustration jeunesse,  le Musée de Moulins offre à son public quelque 3 800 planches originales et 11 000 albums. Rodolphe Töpffer, Gustave Doré, Jacqueline Duhême ... Découverte.

SORTIR À PARIS

C’est à la BnF, et jusqu'au 20 mai 2018, que Plantu fête ses 50 ans de dessinateur de presse.  Une centaine de dessins originaux ainsi que quelques-unes de ses sculptures satiriques permettent d’apprécier différentes facettes de son travail. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Mona Lisa - 30 millions d'euros pour le voyage
30 millions d'euros est le tarif pour déplacer Mona Lisa et la prêter trois mois dans un musée sous haute surveillance. 
 
Montpellier-Un commando cagoulé attaque des étudiants en réunion
C'est à Montpellier qu'un commando cagoulé armé de planches tranchantes et de matraques s'en est pris à des étudiants en grève de la fac de droit. Le doyen est mis en cause par les occupants.
 
Chère Paris,
Selon une étude britannique, Paris est la deuxième métropole la plus chère de la planète et se classe même première au niveau européen.
 
Méga foire d'armes en Floride après massacre
Quatre jours après le massacre dans un lycée par un jeune de 19 ans, la méga foire où l'on peut acheter l'arme en toute liberté qui a servit au massacre.
 
Bolloré réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement"
L'homme d'affaire Vincent Bolloré  qui a plusieurs médias dans son viseur, réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement" suite à la publication d'un livre-enquête sur ses méthodes en Afrique et ailleurs.