Brésil - Reportages

Brésil : Donner de la visibilité aux LGBT des favelas de Rio

Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) - 28 avril 2017
Créé il y a quelques mois à Rio, "Comunidiversidade" est né
"de l’espoir, du rêve , de la volonté de lutte pour la mise
en valeur, le respect et l’aide à la citoyenneté des personnes
lesbiennes, gays, bisexuelles, travestis et transsexuelles de
Rio".Rencontre avec sa fondatrice, Wescla Vasconcelo.
Comunidiversidade

Comme toutes les personnes LGBT du Brésil, Wescla Vasconcelos a subi
"beaucoup de préjugés" dans sa vie. Et pourtant, ce travesti arrivé à Rio en 
provenance du Ceara en septembre dernier n’a que 21 ans.

"Je suis venue à Rio parce qu’il y a une plus grande visibilité des mouvements 
sociaux LGBT
", indique-t-elle au Petitjournal.com. Déjà militante dans son Etat
natal du Nordeste, elle poursuit donc sa lutte dans la Cidade Maravilhosa, dans 
les rangs du Psol, parti d’extrême-gauche, pour qui elle est assistante 
parlementaire à l’assemblée locale.

Double préjugé : LGBT et noires

L’idée de créer le mouvement "Comunidiversidade" - réunissant les mots 
communauté et diversité - lui est venue rapidement après son installation. "Je 
vis sur le Morro de Cantagalo, à Copacabana, et, outre beaucoup de violence, 
il n’y a rien dans les favelas, pas d’accès aux services sociaux, à la culture et 
encore moins pour les personnes LGBT, qui ne sont acceptées ni par la religion 
ni par leur famille
", explique-t-elle. "J’ai alors vu que je pouvais aider ces 
personnes, qui subissent en plus un double préjugé puisqu’elles sont noires
", 
ajoute-t-elle.

L’objectif principal de Comunidiversidade est ainsi de donner de la visibilité aux 
personnes LGBT des communautés de Rio, tout en luttant pour leurs droits, 
"pour qu’elles puissent assumer leur sexualité et avancer dans leur vie". 
Entourée d’une quinzaine de personnes, Wescla Vasconcelos est sur tous les 
fronts pour organiser des activités diverses à destination de ses pairs se 
trouvant en situation de solitude et de vulnérabilité : sport, ciné-débat, couture,
plongée, groupes de conversation, randonnée, etc.

"Une lutte sociale quotidienne"

Peu après le carnaval, en mars dernier, Comunidiversidade a organisé son premier
festival sportif, opposant des équipes LGBT des communautés de Cantagalo et 
Mangueira. "C’était un grand moment de bonheur, les gens se sentaient bien et 
se dévoilaient, il y avait un sentiment de joie et du lien s’est créé entre les 
participants
", raconte Wescla Vasconcelos, qui souhaiterait multiplier ce genre 
d’événement dans toutes les favelas de Rio.

"C’est un vrai défi", estime la dynamique militante, qui sait combien le chemin 
de l’acceptation pleine et entière des personnes LGBT dans la société brésilienne
est encore long. "Etre LGBT au Brésil et issu de favela, c’est beaucoup de courage
et de détermination car nous courons des risques, c’est une lutte sociale
quotidienne : tous les jours, nous devons sortir de chez nous ‘armées’, préparées
à affronter les préjugés
", insiste-elle, rappelant qu’une cinquantaine de
personnes LGBT ont été assassinées dans son pays depuis le début de l’année.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Paysages, monuments, châteaux, personnages…Au fil du temps, la boule à neige a tout « englobé et enneigé » et, de simple souvenir de vacances, est devenue objet de collection très recherché.  Comment ? Pourquoi ? Petit historique et rencontre avec le mystérieux « Môssieur Gustave » et avec Liliane David, peintre de boules à neige.

SORTIR À PARIS

Du 14 novembre 2017 au 1er avril 2018, le Musée du Quai Branly - Jacques Chirac -, présente l'exposition Le Pérou avant les Incas et lève le voile sur les bases de la civilisation préhispanique. Près de 300 pièces de céramique pour mieux comprendre les cultures anciennes des Cupisniques, Mochicas, Chimús, Lambayeques... Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Méga foire d'armes en Floride après massacre
Quatre jours après le massacre dans un lycée par un jeune de 19 ans, la méga foire où l'on peut acheter l'arme en toute liberté qui a servit au massacre.
 
Bolloré réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement"
L'homme d'affaire Vincent Bolloré  qui a plusieurs médias dans son viseur, réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement" suite à la publication d'un livre-enquête sur ses méthodes en Afrique et ailleurs. 
 
Nuit de la lecture
Des milliers d’animations  dans les librairies  sur l’ensemble du territoire samedi 20 janvier pour une  2e Nuit entièrement dédiée à la lecture. Plus ici.
 
Garcia Marquez en ligne
Les archives de Gabriel Garcia Marquez sont gratuitement en ligne, soit quelque 27500 documents, des photos mais aussi une dizaine de manuscrits et autant de carnets, ainsi que 2000 lettres. Pour y accéder, ici.
 
"Trou de merde"
Donald Trump qualifie  de "trou de merde" Haïti devant des sénateurs à la Maison Blanche. Nos récents reportages en Haïti démontrent que ce pays est hautement plus respectueux que ces propos tenus.