- Vintage

Hey Jude, plus gros succès mondial des Beatles

Marie Torres - 21 septembre 2020
Sortie en 1968 au Royaume-Uni, "Hey Jude", qui aurait pu s'appeler "Hey Jules", est une des chansons les plus connues des Beatles. Retour sur son histoire riche en anecdotes.

Plus de cinquante ans après sa sortie, Hey Jude reste LA chanson des Beatles. Celle que tout le monde - ou presque - a un jour fredonnée. Reprise par de nombreux artistes comme Elvis, Greateful Dead, Ella Fitzgerald, les Tempations ou encore Wilson Pickett, elle a aussi été souvent chantée en concert. Lors de l'ouverture du Festival de Woodstock, en 1969, elle est interprétée par Richie Havens ; en 1997, au Royal Albert Hall par Paul McCartney, Elton John, Sting, Phil Collins, Mark Knopfler et Eric Clapton, durant le concert Live 8 de Londres. Elle a même été chantée par les choeurs de l'armée rouge et, depuis 2012, par les supporters du club de foot  londonien, Arsenal, en l'honneur d'Olivier Giroud !

« je me suis pris à chantonner quelque chose comme "Hey Jules" »

Côté paroles, que nous raconte Hey Jude ? Il faut remonter à l'année 1968. John Lennon quitte son épouse, Cynthia, et son fils, Julian, âgé de 5 ans, pour vivre avec Yoko Ono. Cynthia entame une procédure de divorce. Paul McCartney, qui a toujours été très proche de Julian, se rend en voiture à leur domicile pour les assurer de son soutien. « Je suis allé rendre visite à Cynthia. C'était juste après sa séparation d'avec John. Leur fils Julian et moi étions très copains. C'était un gosse adorable. Quand je les ai quittés, je me suis pris à chantonner quelque chose comme "Hey Jules", en regagnant ma voiture. Et j'ai continué. Don't make it bad/ Take a sad song... et j'ai réalisé que Jude avec un D sonnait mieux. Ca avait un je-ne-sais-quoi de country and western en plus. »

La chanson est donc destinée à réconforter Julian et pourtant son père, John, pensait que Paul l'avait écrite pour lui : « Si on y réfléchit un peu, Yoko venait de débarquer dans le décor, et Paul dit « Hey Jude — Hey John ». On peut vraiment l’entendre comme une chanson qui m’est adressée. Les mots « go on and get her » par exemple. Inconsciemment, Paul disait « va de l’avant, laisse-moi tomber », mais consciemment, il ne voulait pas que je m’en aille ».

Côté enregistrement, les anecdotes sont nombreuses. La première est du fait de Ringo Starr. Vous avez peut-être remarqué que la batterie fait son entrée assez tardivement. Deux couplets plus tard soit 50 secondes après. Etait-ce voulu ? Pas du tout. En fait lorsque que, le 31 juillet 1968, Paul, John et George attaquent ce qui sera l'enregistrement final de la chanson, Ringo n'est pas derrière sa batterie mais... aux toilettes ! Paul se souvient : « Ringo était parti aux toilettes et je n’avais rien remarqué. Elles n’étaient qu’à quelques mètres de sa batterie, mais il était passé dans mon dos et je le croyais toujours installé derrière. Nous démarrons ce qui va devenir la prise définitive. Hey Jude se déroule pendant un long moment sans la batterie, et pendant qu’on enregistre, je sens soudainement Ringo passer sur la pointe des pieds dans mon dos et se précipiter sur son siège. Et il se met en action... boom boom boom ! Le timing est absolument impeccable ! » 

« Je réalise que je me suis vraiment comporté comme un petit chefaillon (« a bossy git ») »

Le mixage final de la chanson se fera le 2 août et verra Paul s’énerver contre George. George qui avait décidé d'introduire une phrase musicale à la guitare destinée à répondre à chaque phrase chantée par Paul... ce qui ne plut pas du tout à l'intéressé... « Je devais oser dire à George — un des plus grands — de ne pas jouer. C’était comme une insulte, mais c’est comme ça qu’on fonctionnait souvent » Plus tard, il reconnaîtra avoir eu un comportement autoritaire du fait qu'il était « tendu comme un arc » et s'excusera auprès de George : « Je réalise que je me suis vraiment comporté comme un petit chefaillon (« a bossy git ») » celui-ci lui répondra « Oh non, Paul, tu n’as jamais rien fait dans ce genre ! ». 

Un autre incident se produit durant l’enregistrement. Si vous écoutez attentivement, alors que Paul chante « let her under your skin », on peut entendre « Oh ! » suivi de « fucking hell ! ». Juron lancé par Paul ou John ? On ne sait pas. Toujours est-il que John le fait remarquer à l'ingénieur du son, Ken Scott qui trouve que cela est « très bien comme ça ».

Hey Jude prend la première place des charts britanniques le 11 septembre 1968 et y reste deux semaines et sera le plus gros succès mondial en 45 tours des Beatles avec 8 millions de copies vendues.

Des années plus tard, en 1996, Julian Lennon acquiert aux enchères les notes de session d’enregistrement de la chanson, un « héritage familial » dira-t-il, pour une somme de 25 000 livres sterling (27 273 euros). Et, en avril dernier, la feuille de papier sur laquelle Paul McCartney a écrit les paroles a été adjugée 910 000 dollars (832 000 euros) lors d’enchères marquant le 50e anniversaire de la séparation des Beatles, vente organisée en ligne, coronavirus oblige...

Sources :

Les Beatles, les sixties et moi, Barry Miles, Flammarion, 2004

The Beatles, Day-by-Day, Song-by-Song, Craig Cross, iUniverse, 2005 (en anglais)

L'Intégrale - Beatles, Les secrets de toutes leurs chansons, Steve Turner, Hors Collection, 1995

Les Beatles, Pierre Merle, Jacques Vlcouve, Editions Solar, 1987

Lire aussi les autres chroniques dans Vintage

Marie Torres pour www.micmag.net
Hey Jude
The Beatles
A partir de 5,00 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

AGENDA VINTAGE INTERACTIF

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Flirt avec le rock anglais - Entre succès & histoires pimentées

Qu'auriez-vous- ou qu'avez-vous - écouté dans les années 60 ou 70 ? Micmag remonte le temps et revient sur les titres qui ont le plus marqué l'histoire du rock and roll et vous livre leur "petite" histoire... La suite, ici.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 12 juillet 2022
Gaudi

Le musée d’Orsay accueille la première grande exposition consacrée à Antoni Gaudí organisée en France à Paris depuis cinquante ans. Elle offre une nouvelle vision de l’artiste en tant que figure unique et singulière, un génie non isolé ayant exercé dans une Catalogne en plein bouleversements sociaux, politiques et urbanistiques. Pour en savoir plus, ici.

Musée d'Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur Paris 7e



BRÈVES

Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.

 
Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.