03-08-2011 10:23:17

Avez-vous une gueule d’atmosphère... ou bien d’art contemporain ?

Qu’est-ce que les Châteaux de France, de Versailles à Suze la Rousse, ont bien fait au Bon Dieu, pour que la plupart d’entre eux soient , tous les étés , bourrés à l’art contemporain ?
Par Nicolle Esterolle (Lyon)


Quel est le rapport entre la splendeur architecturale de ces édifices, leur intérêt historique et les zigouillis d’art contemporain dont on les remplit et qu’on impose aux visiteurs ? Tous les étés, c’est une coutume, l’atmosphère, dans la plupart des Châteaux à visiter en France, est à l’art dit contemporain. (…Dit contemporain, mais qui fait une solide fixation au stade dada anal pervers duchampien polymorphe de bien avant la guerre 39- 40)

Choisi au hasard parmi les dossiers de presse que je viens de recevoir, voici celui des « parcours d’été » dans les Châteaux de la Drôme ( Château des Adhémar à Montélimar, Château de Grignan, Palais Delphinal de Saint Donat, Espace Visitation de Romans, Château de Suze la Rousse). C’est le FRAC-Institut d’art contemporain de Villeurbanne qui squatte ces cinq lieux chargés d’histoire en proposant un parcours artistique intitulé justement « Atmosphères ».

Moi, je vous dis franchement, autant j’apprécie par exemple de voir une expo Debré au Château de Chambord, autant je trouve très abusif, voire malhonnête, voire pervers, d’obliger un public venu tranquillement là pour la beauté architecturale des lieux et pour leur histoire, à se farcir ce type de produit culturel parasite des vieilles pierres, comme s’il s’agissait de lui casser le moral et de le faire désespérer à la fois de lui-même et de l’avenir de l’humanité, qui est déjà par ailleurs bien mal barré. En effet, pour ce qui est de « l’atmosphère » , on ne peut pas dire que ce soit vraiment l’optimisme et le gai soleil d’été, à en juger par ces quelques extraits du texte du dossier de presse où il est surtout question d’invisibilité, d’immatérialité, de déconstruction, de rupture, de vertige, d’absurde, d’impénétrabilité des mouches , de disparition, d’instabilité, d’insaisissable, etc. , bref, de notions bien tordues, bien débilitantes et férocement schtroumpfesques… : Laurent Grasso cherche à « transcrire l’invisible » et à restituer le mystère anticipatoire des dispositifs de contrôle. Pascal Convert dessine un rapport mental aux lieux, dont il retient ce qu’il nomme des « seuils visuels », comme les fenêtres de villas vouées à disparaître. La sculpture « architecturale » de Bojan Sarcevic met en lumière l’espace tout en le rendant impénétrable. Teintées d’une dimension sacralisante, les œuvres de Spalletti sont des formes stylisées qui lient proximité et espace cosmique. L’œuvre de Bernhard Rüdiger incite également le visiteur à se projeter vers un horizon sans limites, ni géographiques ni temporelles. L’installation sonore de Sylvia Bossu met à l’épreuve la réalité corporelle du spectateur en suscitant une promiscuité physique avec l’œuvre et un questionnement sur ce qu’il perçoit. Conjuguant le savant au populaire l’œuvre de Rodney Graham déploie une dimension poétique et doublement réfléchissante. La poétisation du réel est également au cœur de l’œuvre de Pierre Malphettes qui associe matérialité et imaginaire. Travaillant à la frontière entre documentaire et fiction, Melik Ohanian filme le vide et le temps, jusqu’au coucher du soleil. Tout aussi énigmatique, l’œuvre de Laurent Montaron génère une spatialisation du son et met en forme une allégorie. Bien que minimal dans sa forme, le Corps noir d’Ann Veronica Janssens crée un espace spéculaire qui enveloppe le visiteur et modifie sa présence corporelle. Ce dernier est confronté à « l’insaisissable », une expérience subtile où il perd le contrôle de ses sens. Dans le travail de l’artiste, la déconstruction de l’objet ramène le spectateur à son propre corps et à une expérimentation de l’instabilité. Les œuvres environnementales de Philippe Decrauzat troublent la perception de l’espace, déstabilisent nos repères jusqu’au vertige. Le travail de Delphine Coindet joue d’une rationalité apparente pour devenir un objet quasi immatériel » (à preuve l’ image jointe)…

Vous avez bien lu ? Alors, dites-moi, d’où ça vient ces borborygmes cervicaux ? c’est quoi ces flatulences intello-débiles?, c’est quoi ces machins sans queue ni tête encombrant les vénérables parquets ? C’est quoi cette embrouille où l’on voit, comme troupeaux de cloportes, des œuvres ineptes et sans valeur patrimoniale parasiter des lieux chargés de sens et de vécu à haute valeur historique ? C’est quoi cet irrespect des ancêtres et des actuels visiteurs? De quel droit ? Au bénéfice de qui ? Au nom de quelle logique à la mors-moi-le-nœud culturlurel ? Doit-on dépenser autant d’argent public pour polluer des lieux qui n’ont rien demandé et persécuter ainsi leurs visiteurs à coups de petites cruautés mentales subventionnées par la cultirelire ? Quel ministre du patrimoine aura un jour le pouvoir et le courage de faire le ménage dans nos Châteaux et d’y interdire ces dépôts estivaux d’insanités artistiques?

Et maintenant, je vous propose ce devoir de vacances, qui consiste à me répondre à la question suivante : Est-ce vraiment démagogique, populiste et réactionnaire de ma part, de vilipender cette façon d’instrumentaliser le patrimoine historique français à fin de promotion de cette part exclusivement schtroumpfesque de l’art d’aujourd’hui ?




  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. L'article, ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

One World Together at Home
Organisé par Lady Gaga et l’association Global Citizen, en soutient à l’OMS, un concert confiné  se déroulera dans la nuit de ce samedi à dimanche. Au programme, entre autres, les Stones, Paul McCartney, Elton John... Où le suivre depuis chez nous ? Voir ici.

 
Sale virus !
Hello Christophe ! Celui que nous avions rencontré chez lui pour nous parler en esthète d'objets de collections années 60, de sons et de nuits inventives vient de succomber au Covid. Sale virus !
 
Les paroles de Hey Jude adjugées à 910 000 dollars
Le 10 avril, jour anniversaire de la séparation des Beatles, les paroles manuscrites de Hey Jude ont été vendues 910 000 dollars aux enchères. Paroles écrites par Paul pour réconforter le fils de John, après la séparation de ses parents.
 
Paul McCartney: la tournée française reportée
La productrice de la tournée française, a indiqué qu’elle travaillait au report des quatre concerts en France, prévus entre fin mai et début juin, et qui pourraient avoir lieu en 2021
 
Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net