Tunisie - voyages

Musée de Guellala : l’authenticité du patrimoine djerbien

Monique Cabre - 23 Janvier 2012
Lieu de sérénité, de réflexion et de mémoire, le Musée du Patrimoine de Guellala constitue le plus beau fleuron culturel de l’île. Cet espace rassemble une scénographie inouïe, tout ce qui fait la richesse et la singularité non seulement de Djerba mais aussi de la Tunisie.

Admirablement situé sur les hauteurs du village potier de Guellala, entre les points stratégiques de Meninx (site archéologie de l’époque romaine) et de la synagogue de la Ghriba (haut lieu de pèlerinage), le Musée du Patrimoine offre cette architecture typiquement djerbienne, riche et belle, d’un blanc immaculé, aux multiples coupoles chargées de symboles. De là, on découvre un paysage de toute beauté et à l’horizon, le bleu enchanteur de la Méditerranée.

Inauguré en 2001, le musée s’étend sur 4 hectares et trouve son harmonie, son équilibre grâce au mélange de simplicité et de beauté qui s’en dégage. Toutes les composantes architecturales sont réunies, coupoles, minaret, houch (exploitation agricole), menzel (maison d’habitation)… La scénographie a été scrupuleusement étudiée pour faire de cette visite une promenade culturelle des plus enrichissantes, avec des ateliers d’artisanat traditionnel, des boutiques, des moments de détente prévus au café maure ou au restaurant afin de poursuivre agréablement ce retour vers le passé.

A l’origine, c’est l’histoire toute simple de quatre amis d’enfance qui ont grandi à Djerba, dans l’ombre des ateliers de tissage familiaux creusés à même le sol, bercés par le cliquetis du peigne en bois qui resserre la trame d’un coup sec et répétitif. Le temps a passé mais cette mémoire commune est restée, accrue par la tristesse de voir ces ateliers disparaître un à un. Des années plus tard, chacun entré dans la vie active, ils se concertent d’un même élan avec l’idée de créer un musée qui retracerait la vie insulaire telle qu’ils l’ont vécue et aimée. Grâce à des aides financières diverses et à leurs propres deniers, le projet prend forme et le choix de l’endroit se porte sur le point culminant de l’île, la colline de Tassita à Guellala, qui surplombe l’un des points de vue les plus prenants de l’île des Lotophages.

Retrouver le patrimoine de Djerba, mais aussi donner un aperçu de la richesse du pays et de ses coutumes, tel est le souhait de tous ceux, artisans, architectes, membres du gouvernement, autorités locales… qui vont œuvrer patiemment pour une réussite totale.

Laissez-vous porter par le discours passionnant des guides qui vous entraînent de "pavillons en pavillons", d’espaces en espaces spécialisés, ponctués de messages, de symboles aux connotations religieuses et spirituelles (poisson, main de Fatma, chiffres magiques…). Les scènes de la vie quotidienne sont ainsi classées par thèmes, évoquant fêtes, coutumes, artisanat traditionnel, mythes et légendes. Ainsi vous retrouvez dans leurs moindres détails le tisserand dans son atelier, le fumeur de narguilé en agréable compagnie, l’avocat à son bureau, la préparation au mariage, le pêcheur de poulpes avec ses gargoulettes, ou encore la vente du poisson à la criée, toujours pratiquée à Houmt Souk, la capitale. L’ensemble est enrichi d’objets anciens, coffres ornés de symboles, meubles peints, tissus dont les couleurs se jouent de la lumière, châles en laine et soie ornés de pompons, foulards de soie ou costumes de fête sublimement travaillés… reflets de l’habileté et de la créativité des artisans tunisiens. L’un des espaces est consacré à la communauté juive de l’île dont le patrimoine est particulièrement riche et diversifié. Des galeries mettent à l’honneur l’art pictural et la mosaïque. Plongez-vous avec délice dans l’ambiance des mini-souks reconstitués de la médina ou dans l’atmosphère pittoresque de Sidi Bou Saïd.

Un houch totalement reconstitué avec son indispensable salle de bains, "El Ghorfa", fait la fierté de tous. L’atelier de tissage semble encore en activité, tandis que dans l’huilerie située en sous-sol, le chameau tourne encore pour écraser les olives. Le menzel djerbien est entièrement reconstitué, avec tout à côté l’aire où l’on sépare encore le grain de l’ivraie. Le chameau traîne la "jaroucha" comme le veut la tradition.

Houcine Tobji, professeur, est à l’origine avec ses amis de la fondation de ce Musée du Patrimoine. Directeur et conservateur du musée, il confie avec toute la passion et la modestie qu’on lui connaît, "nous sommes de ceux qui défendent une cause et veulent préserver leur civilisation, sauvegarder le patrimoine national et la richesse culturelle. Nous avons souhaité allier l’aspect esthétique et la rigueur scientifique. Chaque scène reconstituée est porteuse d’un message. Notre musée se veut vivant, dynamique et interactif". 

Lors de sa visite au Musée, le célèbre peintre Hedi Turki, s’est exclamé "je suis sous le coup de l’émerveillement jamais vécu auparavant. L’immense et très beau Musée du Patrimoine à Guellala est un espace ethnographique qui honore notre pays".

Vous repartirez songeur, serein, riche de ce passé ravivé et qui offre à l’île une autre dimension.

Encadré : Repères

Musée du Patrimoine de Guellala, sur la route de Sedouikech, 4155 Guellala Djerba, Tunisie. Tél. (00216) 75 761 114. Ouvert tous les jours de 8h à 18h (22h en août et avant le coucher du soleil durant le Ramadan). Vue panoramique depuis le minaret. Comptez 2 heures de visite.

Ecriteaux et plaquettes de présentation rédigés en cinq langues (arabe, français, italien, anglais et allemand).

Café maure et restaurant où déguster selon la convivialité djerbienne, poissons grillés, gargoulettes, tajines et autres spécialités locales délicieuses. Patientez jusqu’au coucher du soleil. Coutume est de dire que la lumière toute spécifique qui embrase le ciel, se jouant des couleurs harmonieuses qui l’animent, est parmi l’un des plus beaux au monde. De nombreux peintres y ont trouvé l’inspiration, vous le comprendrez !

Association pour la Sauvegarde de l’Ile de Djerba (ASSIDJE)

Constituée en 1976, elle regroupe un nombre important d’adhérents sensibles à une même cause, celle d’œuvrer à la sauvegarde du caractère authentique de l’île, de contribuer à sa meilleure connaissance. Plus précisément, elle encourage la promotion culturelle, sociale et économique de Djerba, veille et travaille à la protection de son écologie, de sa spécificité architecturale et de ses traditions. Comprendre, interpréter et militer pour la conservation de ce patrimoine sans refuser l’évolution liée au développement durable de l’île, telle est la mission de cette association dynamique et fervente.

Hyperlink : http://www.assidje.org.tn          Email Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


1
2
3

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

votre publicité

Bannière