- Agenda

Mise en scène japonisante et zen pour Madame Butterfly

Jean-Christophe Mary - 18 septembre 2019
A travers l'histoire de la séduction puis de l’abandon d’une jeune geisha japonaise par un officier américain, Robert Wilson mets en scène la confrontation de deux mondes : le Japon ancré dans ses coutumes et ses traditions ancestrales, et le nouveau monde, une Amérique conquérante et inconséquente.

En mission au pays du soleil levant, le lieutenant Pinkerton noue un contrat de mariage avec Cio-Cio-San, Madame Butterfly, jeune geisha issue d’une famille noble japonaise devenue pauvre. Une fois rentré en Amérique, la jeune femme attend patiemment le retour de son mari dont elle a eu un fils. Trois ans se sont écoulés depuis le départ de l'officier, mais Cio-Cio-San attend toujours. Quand F.B.Pinkerton revient au Japon, c'est au bras de son épouse américaine. Trahie, désohonnorée, Madame Butterfly se donne la mort avec un Jigai, la version féminine du seppuku.

Nous sommes à Nagaski au Japon en 1900, un peu avant la première Guerre mondiale. Le spectateur découvre la scène: un simple plateau de bois qui rappelle les planches du théâtre japonais. Cette sobriété du décor laisse une large place aux lumières absolument somptueuses. Ainsi, de l’initiation amoureuse à l’éclosion du désir entre les deux personnages principaux, la mise en scène propose une succession d’étonnants tableaux poétiques comme ce magnifique tableau de lumières quand les deux amoureux s’avouent leur passion. D’autres tableaux sont plus surprenants, celui où Lo Zio, l’oncle de Cio-Cio-San, interrompt le mariage et bannit la jeune fille de sa famille. La colère du bonze en arrière-plan est symbolisée par ce gigantesque écran lumineux qui vire du bleu ciel, représentant la naïveté du rêve de l’héroïne, au rouge feu incandescent.

Un quart de siècle après sa création en 1993, la mise en scène japonisante de Robert Wilson autour de ces masques blancs, cette gestuelle stylisée et ces costumes monochromes et rectilignes, est toujours aussi lyrique. On salue cette élégante chorégraphie inspirée du théâtre du Nô avec où les personnages se déplacent à petits pas telle une pantomime dansée, cette gestuelle des mains et des corps qui symbolise avec retenue l’ardeur, la passion d’un impossible amour et d’une violence sous jacente.Voix corsée, vibrato affirmé, la soprano Ana Maria Martinez excelle dans le rôle de Cio-Cio-San quand elle s’abandonne totalement à son époux, lui demande de l’aimer comme un enfant. Totalement troublante aussi quand elle se livre corps et âme à l’officier, renonce à sa famille, ses coutumes, ses traditions. La cantatrice livre une prestation qui monte en puissance tout au long de la tragédie. Le ténor Giorgio Berrugi qui endosse lui le rôle du Lieutenant Pinkerton possède une signature vocale identifiable dès les premières mesures. Il irradie la scène de ses attaques veloutées avec belles inflexions aérienne dans le phrasé. Dans son interprétation de Suzuki, Marie-Nicole Lemieux se montre éblouissante par l’ampleur de sa voix. Quand à la colère, exprimée par la puissance des basses de Robert Pomakov (Le Bonze), elle est des plus terrifiante. Si on ajoute à cela la musique romantique et majestueuse de Puccini, la direction d’orchestre confiée à la baguette de Giacomo Sagripanti, ces quinze nouvelles représentations raisonnent déjà aux airs de triomphe.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Madame Butterfly
de Puccini
Opéra Bastille jusqu'au 13 novembre 2019
19 h 30
2 h 45 avec entracte
Entre 15 et 145 euros
j

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Mundo vintage (clicar no título)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Destaques de París

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Notícias

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)