- Lire

Marc Humbert : Embarquez dans le convivialisme !

Marie Torres - 24 février 2020
Après la parution du Premier manifeste convivialiste,en 2013, un second ouvrage sur le sujet vient d'être publié.Il le complète en précisant, entre autres, la direction à prendre pour l'instauration d'une société conviviale qui assurerait prospérité, bien-être et dignité. Rencontre avec Marc Humbert

Imagine all the people, Living life in peace…* On a tous en tête les paroles de la chanson de John Lennon. Imagine. Imagine, un texte utopique pour un monde idéaliste. C'était en 1971. Aujourd'hui, en 2020, un petit ouvrage au titre prometteur paraît : Le second manifeste convivialiste, pour un monde post-néolibéral. Ce petit livre, qui complète celui de 2013, nous démontre, très simplement, que si un monde paradisiaque n'est pas possible, un monde dans lequel les hommes pourraient vivre en harmonie, entre eux et avec la nature, n'est pas impossible. Bien au contraire. Il suffirait de pas grand chose en fait, de quelques prises de conscience, de quelques efforts... Marc Humbert, Professeur émérite d'économie politique, Université Rennes 1 et Vice président de l'association des convivialistes, nous explique cela.

Micmag.net : Qu'est-ce que le convivialisme ?

Marc Humbert : Le convivialisme est une philosophie politique, une philosophie de l'art de mieux vivre, ensemble. Vivre, pleinement. C'est-à-dire pas seulement "consommer et prendre du bon temps", ce à quoi fait penser le terme de "convivialité", mais aussi travailler ensemble, construire ensemble ce qui est une signification élargie de "convivialité".
Cette valeur de convivialité combine de manière interdépendante celles de naturalité, de fraternité, de solidarité, de liberté et d'égalité.

M. : Quel est le plus grand adversaire de la convivialité ?

M.H. : Son plus grand adversaire - actuel- c'est le néolibéralisme qui est une philosophie politique qui pousse à son paroxysme, à sa démesure, le libéralisme et la promotion de la valeur de liberté. Dans le domaine technico-économique il a donné la croissance économique et maintenu son attrait auprès d'un grand nombre par la promesse de la richesse matérielle.
Mais dans ce processus, il néglige et souvent ignore les autres valeurs qui forment la convivialité. Il pousse à la destruction de la nature, à la discrimination, à la destruction des liens sociaux, à l'individualisme égoïste, à la montée des inégalités.

M. : Comment le combattre ?

M.H. : En dévoilant ce qu'il est vraiment. Il ne s'appuie que sur une seule valeur cultivée dans la démesure, et par là détruit ce qui est l'essence de notre humanité : la convivialité. En permettant que l'indignation du plus grand nombre grandisse de manière considérable. En appuyant les mille et une innovations civiques, économiques, sociales et solidaires existantes.
Enfin par des innovations politiques qui fassent apparaître un mouvement qui ne s'appuie pas sur une seule valeur, comme le faisaient les anciennes idéologies, l'une sur la fraternité, l'autre sur l'égalité, l'autre encore sur la naturalité. Il nous faut un mouvement politique fondé sur une philosophie qui les inclut les unes et les autres en les dépassant et en les faisant cohabiter en interdépendance.

M. : Quelle chance pour une société convivialiste ? Comment vivre en harmonie entre humains et avec la nature ? Faire de la chanson de John Lennon, Imagine, un hymne international ?

M.H. : Il faut y croire bien sûr! L'harmonie n'est pas spontanée. Il faut construire la co-habitation active, interdépendante, interactive et, chaque jour, la reconstruire pour la vie. Cette transformation collective est possible si suffisamment de personnes en sont convaincues et considèrent que la plus grande richesse c'est la vie, la vie partagée et non pas la richesse matérielle. Imagine !

M. : Dans un tel contexte, quel message souhaitez-vous faire passer à vos lecteurs ?

M.H. : Si nous ne choisissons pas la vie, notre monde continuerait sa marche au désastre, alors embarquez dans le convivialisme !

Lire aussi : Alain Caillé : « On a une explosion inadmissible des inégalités qui conduit la planète à sa perte »

Pour en savoir plus sur le convivialisme, ici.

* Imagine toutes les personnes, vivant leur vie en paix 

Second manifeste convivialiste
pour un monde post-néolibéral
Editions Actes Sud, Février 2020
9,80 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Notícias

Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.