- Musique

Bashung Live 81 : le premier live flamboyant d’une figure incontournable de la scène française des 8

Jean-Christophe Mary - 1er mars 2022
Après avoir passer 10 ans à chercher son identité musicale, Alain Bashung sort "Pizza" un troisième album qui le propulse du jour au lendemain dans le peloton de tête du rock français. Quarante plus tard, le label Barclay exhume de ses archives le plus ancien live de l’artiste.
Ce live est un condensé des trois premiers albums « Roman-photos » (1977), « Roulette russe » (1979) et « Pizza » (1981) et contient aussi le tube « Gaby oh Gaby » qui truste les hits parades. Bashung profite de cette soudaine reconnaissance du grand public et part en tournée en France du 1er mai au 27 juin 1981. Le chanteur peaufine son look de dandy rock, lunettes noires, chemise blanche, pantalon et veste cuir et réunit les ex-musiciens de Higelin, soit Manfred Kovacic (claviers, saxophone), Olivier Guindon (guitare), François Delage (basse) et Philippe Draï (batterie). L'histoire est en marche. Quarante après, on découvre un florilège de chansons qui sonnent de manière toujours aussi modernes. Des chansons qui nous nous renvoient au rock’n’roll 50's, au twist, au reggae, à la soul.

D’entrée « J’sors avec ma frangine » affiche une belle puissance de frappe avec cette tournerie basse batterie implacable que l’on retrouve tout au long ce ce set enregistré à Troyes le 22 mai 1981. Puissance également sur« Guru tu es mon führer de vivre », mélange de rock implacable et de reggae sec et chaloupé, doté d’une redoutable rythmique basse batterie et sur « Elle s'fait rougir toute seule », boosté par le saxe et le clavier. « Squeezé » développe une tournerie rythmique entêtante d’un autre genre avec une belle évolution sur le pont musical, avec ces guitares funky en fond sonore et cette montée vrombissante du saxophone qui donnent au morceau ce côté romantique. Et puis, il y a ce « Je fume pour oublier que tu bois » titre envoûtant, chargé d’émotion dans la voix, déchirant à vous coller des frissons.

La setlist inclue des chansons intemporels que Bashung jouera ensuite régulièrement sur scène de « Rebel » à « Gaby Oh Gaby » en passant par le magistral « Toujours sur la ligne blanche ». Avec ce premier live, Bashung nous plonge dans l’effervescence d’une bande son séduisante et raffinée. Les notes glissent sur le clavier de Kovacic (on pense aux Doors, à Alan Vega de Suicide !) s’enfoncent vers les territoires d’une longue rêverie avec une certaine saveur rétro romantique, dérapent en improvisations folles sur la guitare d'Olivier Guindon pour finir en feu d’artifice sonore à travers ces envolées de sax. Ce live nous rappelle que dès le départ Bashung fût cet alchimiste sonore qui a su mettre en relief les textes précieux de Boris Bergman, mettre au point ce savant mélange de mots et de musiques ensorceleuses.

Ce live vous emmène vers des contrées musicales aux paysages fantasmagoriques où l’imaginaire de chacun peut vagabonder au gré de ses humeurs et de son rythme. Le 3 juin 1981, Bashung passait pour la première fois à l'Olympia à guichets fermés. Souvenirs, souvenirs…
Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Bashung Live 81
Alain Bashung
CD 15,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Stéphane Faucourt, collectionneur Star Wars

Avec ses quelque 1 200 pièces, Stéphane Faucourt est en possession de l’une des plus importantes collections européennes de produits et documents dérivés de la saga « Star Wars ». Il est aussi l'auteur de livres de référence sur le sujet. Lire la suite, ici.

Destaques de París


Paris - Jusqu'au 5 septembre 2022
Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander

Photo, peintures, design, ciné, littérature et même musique. Beaubourg offre un petit voyage dans le temps en nous immergeant dans l'Allemagne des années 20, juste avant l'arrivée du nazisme, lorsque les artistes se font le miroir d’un monde froid, où la désillusion règne en maître...
Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne) | Musées à 4e arrondissement, Paris (timeout.fr)

Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne)
Transport
Métro : Rambuteau
Prix
De 11 à 14 €
Heures d'ouverture
Tous les jours (sauf le mardi), de 11h

Notícias

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.