Paris - 

Rusalka à l’Opéra National de Paris

Jean-Christophe Mary - 2 février 2019
L’Opéra National de Paris reprend "Rusalka", l’oeuvre d’Antonin Dvorak crée ici en 2001 dans une magnifique mise en espace de Robert Carsen.

Rusalka, créature des eaux, avoue à son père Ondin être amoureuse d'un humain, un prince. Elle fait part de ses sentiments à la lune. Avec l’aide de la sorcière Jezibaba, elle accepte d'être muette en échange d'un amour possible avec le prince. Malheureusement, celui-ci s'intéresse à une princesse étrangère et délaisse Ruslaka. Face à cet amour impossible, la créature aquatique précipitera son amant dans la mort.

Poésie et sensualité priment dans cette production de Rusalka, créée pour l’Opéra national de Paris en 2001. Antonín Dvořák, en s’emparant du sujet bien connu de la femme sirène, écrit une musique envoûtante, plongeant le spectateur dans un univers mystérieux et trouble, magnifiquement représenté dans la mise en scène de Robert Carsen. Réalité et surnaturel, terre et eau, humains et êtres immatériels se côtoient dans cet opéra d’un onirisme proche du sublime. Mais la rencontre entre deux mondes n’est jamais sans conséquences : si Rusalka, nymphe fantasmée, en perd la voix, le Prince, trop humain, y perdra la vie

La mise en scène de Robert Carsen nous offre une vision symétrique entre le monde des créatures de l’eau et le monde humain alterne. Grâce à un montage fluide et un changement de plateau brillant, l’histoire se déroule dans une extrême aisance entre réalisme et fantastique onirique.

Féerique et somptueuse, la vision du metteur en scène canadien tourne autour de l’initiation amoureuse de l’éclosion du désir et propose une succession d’étonnants tableaux et décors tel ce salon sous marin symétrique où évoluent une naïade d’ondines dans un lac baigné d’un clair de lune. Ce bassin d’eau se transforme comme par magie en une luxueuse chambre princière. Les tableaux baignent dans un nuancier de lumières bleues et violettes, plus féériques les unes que les autres. Les scènes où la sorcière Jezibaba s’admire dans le reflet de la lame de son couteau, se maquille les lèvres du sang de sa victime encore frais où celui où elle apparaît en reflet miroir dans un lit suspendu sont absolument sublimes. 

Sur le tableau de la prépartion des Noces, on salue l’élégante chorégraphie de Philippe Giraudeau autour de ses dizaines de roses rouges étalées sur le plateau qui symbolisent l’ardeur, la passion et l’impossible amour, la rencontre des corps et des âmes. Cette vision symétrique entre le monde des créatures de l’eau et le monde humain alterne avec une extrême aisance entre réalisme et un fantastique onirique est servie ici par des pointures du genre. Camilla Nylund reprend le rôle crée ici par Renée Fleming en 2002. La soprano finlandaise, l'une des grandes interprètes du répertoire Wagnérien et Straussien, livre une prestation qui monte en puissance et nous tient en haleine jusqu’au cœur du drame. Le ténor Klaus Florian Vogt qui endosse le rôle du Prince, possède une signature vocale identifiable dès les premières mesures. Il irradie la scène de ses attaques veloutées avec belles inflexions aérienne dans le phrasé. La direction d’orchestre confiée à la talentueuse chef finlandaise Susanna Mälkki obtient les faveurs du public, une véritable standing ovation aux saluts. Un seul mot : courez vite voir ce chef d’œuvre !

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Rusalka
Opéra Antonín Dvořák
Opéra Bastille
Du 29 janvier au 13 février 2019
3h20 avec 2 entractes
Langue : Tchèque
Surtitrage : Français / Anglais
De 15 à 145 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

La fève, un sujet de convoitise...

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

Going out in Paris

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



News flash

Les combattants Théchènes Tik Tok en Ukraine
  • Au lieu de se battre en première ligne, les Kadyrovites  (fidèles de Kadyrov) ont tendance à publier des vidéos TikTok mises en scène de loin derrière les lignes ennemies. C'est pourquoi ils ont été surnommés "guerriers TikTok".

 
Jimi Hendrix bientôt en bande dessinée
Le 19 octobre paraîtra Kiss The Sky, une nouvelle bande dessinée - Mezzo (dessin, couleurs) et J.M. Dupont (scénario) sur le parcours de Jimi Hendrix.
 
Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.