Paris - 

Rusalka à l’Opéra National de Paris

Jean-Christophe Mary - 2 février 2019
L’Opéra National de Paris reprend "Rusalka", l’oeuvre d’Antonin Dvorak crée ici en 2001 dans une magnifique mise en espace de Robert Carsen.

Rusalka, créature des eaux, avoue à son père Ondin être amoureuse d'un humain, un prince. Elle fait part de ses sentiments à la lune. Avec l’aide de la sorcière Jezibaba, elle accepte d'être muette en échange d'un amour possible avec le prince. Malheureusement, celui-ci s'intéresse à une princesse étrangère et délaisse Ruslaka. Face à cet amour impossible, la créature aquatique précipitera son amant dans la mort.

Poésie et sensualité priment dans cette production de Rusalka, créée pour l’Opéra national de Paris en 2001. Antonín Dvořák, en s’emparant du sujet bien connu de la femme sirène, écrit une musique envoûtante, plongeant le spectateur dans un univers mystérieux et trouble, magnifiquement représenté dans la mise en scène de Robert Carsen. Réalité et surnaturel, terre et eau, humains et êtres immatériels se côtoient dans cet opéra d’un onirisme proche du sublime. Mais la rencontre entre deux mondes n’est jamais sans conséquences : si Rusalka, nymphe fantasmée, en perd la voix, le Prince, trop humain, y perdra la vie

La mise en scène de Robert Carsen nous offre une vision symétrique entre le monde des créatures de l’eau et le monde humain alterne. Grâce à un montage fluide et un changement de plateau brillant, l’histoire se déroule dans une extrême aisance entre réalisme et fantastique onirique.

Féerique et somptueuse, la vision du metteur en scène canadien tourne autour de l’initiation amoureuse de l’éclosion du désir et propose une succession d’étonnants tableaux et décors tel ce salon sous marin symétrique où évoluent une naïade d’ondines dans un lac baigné d’un clair de lune. Ce bassin d’eau se transforme comme par magie en une luxueuse chambre princière. Les tableaux baignent dans un nuancier de lumières bleues et violettes, plus féériques les unes que les autres. Les scènes où la sorcière Jezibaba s’admire dans le reflet de la lame de son couteau, se maquille les lèvres du sang de sa victime encore frais où celui où elle apparaît en reflet miroir dans un lit suspendu sont absolument sublimes. 

Sur le tableau de la prépartion des Noces, on salue l’élégante chorégraphie de Philippe Giraudeau autour de ses dizaines de roses rouges étalées sur le plateau qui symbolisent l’ardeur, la passion et l’impossible amour, la rencontre des corps et des âmes. Cette vision symétrique entre le monde des créatures de l’eau et le monde humain alterne avec une extrême aisance entre réalisme et un fantastique onirique est servie ici par des pointures du genre. Camilla Nylund reprend le rôle crée ici par Renée Fleming en 2002. La soprano finlandaise, l'une des grandes interprètes du répertoire Wagnérien et Straussien, livre une prestation qui monte en puissance et nous tient en haleine jusqu’au cœur du drame. Le ténor Klaus Florian Vogt qui endosse le rôle du Prince, possède une signature vocale identifiable dès les premières mesures. Il irradie la scène de ses attaques veloutées avec belles inflexions aérienne dans le phrasé. La direction d’orchestre confiée à la talentueuse chef finlandaise Susanna Mälkki obtient les faveurs du public, une véritable standing ovation aux saluts. Un seul mot : courez vite voir ce chef d’œuvre !

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Rusalka
Opéra Antonín Dvořák
Opéra Bastille
Du 29 janvier au 13 février 2019
3h20 avec 2 entractes
Langue : Tchèque
Surtitrage : Français / Anglais
De 15 à 145 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

El mundo del vintage

(Re) découvrez les grands tubes anglo saxons des années 50, 60, 70, 80... et les anecdotes et histoires qui les entourent... Cette semaine Space Oddity de David Bowie.



Salir en Paris (Pincha en el título)

Présentée dans la salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville du 9 octobre au 19 décembre, Cette rétrospective est la première consacrée à l’œuvre de Cabu. Un hommage joyeux à celui qui fut l’un des plus talentueux et populaires dessinateurs de presse de sa génération. L'entrée est gratuite. Pour en savoir plus, ici.

Ultima hora

Du fric dans le slip du sénateur brésilien
De l'argent destiné à la lutte pour la pandémie détourné par un sénateur brésilien caché dans son slip. Un proche de mister Bolsonaro !
 
Une petite pensée pour...
Si un détraqué ne l'avait pas assassiné le 8 décembre 1980 à New York, John Lennon aurait eu 80 ans aujourd'hui (9 octobre).
 
Marvin Gaye bat les Beatles parmi les meilleurs disques de tous les temps

 Marvin devient une valeur sûre ! Le rock est en perte de vitesse et le rap s'envole dans les ventes chez les disquaires de la planète


 
Secret : Almodovar et son prochain film
"La Voix Humaine" est le prochain film de Pedro Almodóvar avec Tilda Swinton
L'adaptation de la pièce de Jean Cocteau sera présenté au festival de Venise et il est fort probable que ce soit un court-métrage

 
Sortie du film "White Riot

Fin des années 70, Royaume-Uni. Face à la montée de l’extrême- droite nationaliste et raciste, né le Rock Against Racism qui, avec The Clash, va réconcilier sur des rythmes punk, rock ou reggae les communautés d’un pays en crise. Voir la bande-annonce, ici.

El disco de la semana

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net