- Agenda

42nd Street au Théâtre du Châtelet : un Broadway sur Seine éblouissant !

Jean-Christophe Mary - 12 décembre 2022
Attention chef-d’œuvre ! 42d Street est l’un des « Backstage musical » les plus importants de tous les temps. Cette adaptation tiré du film culte de Lloyd Bacon & Busby Berkeley (1933) fait son grand retour 46 représentations exceptionnelles. Un must pour les fêtes de fin d’année.

Après la crise financière de 1929, Julian Marsh, producteur ruiné, mise sur un nouveau spectacle pour se refaire.

L’équipe de production est confrontée à de nombreuses difficultés : les décors ne sont pas prêts et Dorothy Brock la vedette féminine n’est montée sur scène depuis 18 ans. Cerise sur le gâteau, elle se blesse à la cheville lors des répétitions. Le spectacle sera sauvé grâce au talent d’une jeune recrue de la troupe.

ce musical qui fit sensation à New York en 1980 tire son inspiration de l’âge d’or
du Broadway des 30’s

Reconstitué en 16 tableaux, chorégraphies époustouflantes et numéros de taps dance plus spectaculaires les uns que les autres, ce musical qui fit sensation à New York en 1980 tire son inspiration de l’âge d’or du Broadway des 30’s, immortalisé par ses célèbres numéros de claquettes.

La premières notes s’échappent de la fosse d’orchestre et l’on découvre l’imposant dispositif scénique : une immense salle de répétition en poutres métalliques et briques rouges qui deviendra au cours des 2h35 de spectacle, un building avec ses passerelles de secours, un hall de gare ou un somptueux salon chic plus vrai que nature avec ses imposantes lampes art déco, son mobilier et ses glaces impressionnantes. Mais ici la véritable star, ce sont ces numéros de « tap dance » autrement dit de « claquettes » tous plus éblouissants les uns que les autres.

Dès le lever de rideau -qui dévoile uniquement les pieds des danseurs de claquette- le ton est donné par cette chorégraphie époustouflante qui est la marque même des grandes comédies musicales de l’âge d’or de Broadway. L’entrain et la précision des quarante danseurs soulève l’enthousiasme et l’ovation du public. Comme dans les sublimes partitions de « Show Boat » ou « Kiss Me Kate » présentés ici ces dernières années (un grand merci à Jean Luc Chopin !) l’intrigue de ce « backstage musical » (un backstage est une comédie musicale qui raconte la préparation d’un spectacle ) est le prétexte pour présenter une grande revue américaine à paillettes, avec ses girls , son chorus line où tout est agencé, réglé au millimètre dans un ordre absolument parfait.

C’est le rêve américain dans toute sa splendeur

L’autre volet de l’histoire repose sur le contexte social. En effet l’action se situe pendant la grande dépression et souligne en arrière plan l'exploitation des artistes, leurs conditions de travail et de vie, forcés par de riches producteurs à endurer des répétitions interminables toujours en affichant un bonheur factice pour distraire le public. La scène où les danseuses défilent dans des tenues légères avec des chapeau surmontées de livres, coupes et bouteilles de champagne tandis que les auteurs chantent « Restez jeunes et belles si vous voulez être aimées » en est une parfaite illustration. L’air de « We're in the money » où des enfants en guenilles se réjouissent d'avoir trouvé 10 cents nous rappelle la dureté de la crise qui suivi le krach de 1929.

Dans les années 30, la 42ème rue était une artère mal famée où voyous, artistes, clochards, prostituées et danseurs mondains tanguaient entre la vie et la mort. Dans les pensions de famille chacun arrivait avec des économies, du talent et beaucoup de culot. Pour réussir à sortir du lot le talent, ne restait plus que le bluff. Emily Langham (Peggy Sawyer), jeune provinciale montée du midwest avec sa valise et devenue star, en est la parfaite incarnation. C’est le rêve américain dans toute sa splendeur où tout le monde peut réussir. De bout en bout, cette partition est une ode à l’optimisme au travail, à l’imagination, à la ténacité et à l’amitié avec en toile de fond le décors d’une Amérique en trompe l’œil. A cette époque, dans les théâtres et les restaurants de Time Square, la fête est permanente. Broadway se pare de luxe et brille de mille feux.

La partition musicale, entrecoupée de sublimes chansons, est servie ici par des pointures
du genre

Cette belle production, teintée de jazz et de musique de big babd mets en scène de façon spectaculaire, une quarantaine de comédiens, chanteurs et danseurs, tous plus fascinants les uns que les autres dans ces chorégraphies et numéros de taps (claquettes) réglés au millimètre. La partition musicale, entrecoupée de sublimes chansons, est servie ici par des pointures du genre : Alexander Hanson qui excelle dans le rôle de du producteur Julian Marsh, une Maggie Jones campée par le vibrato puissant de Annette McLaaughlin et Emily Langham voix lumineuse joue à merveille de sa voix suraiguë une Peggy Sawyer, enthousiaste et naïve.

Décors impressionnants et costumes soignés aux tonalités rouges, blanc, noirs, mauve ou gris scintillants, chorégraphies spectaculaires, Stephen Mear signe là une mise en scène d’un très haut niveau. Un spectacle euphorisant pour les fêtes de fin d’année. Dépêchez vous de réserver

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
42nd Street
Musique : Harry Warren
Lyrics : Al Dubin
Livret D’après le roman de Bradford Ropes : Michael Stewart et Mark Bramble
Mise en scène et chorégraphie originales : Gower Champion
Jusqu'au 15 janvier 2023
Théâtre du Châtelet. 1, place du Châtelet, 1er
Tél. 01 40 28 28 40. A 20h.
De 12 à 109 €.

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)