France - Portraits

Agnès B. : « Le cinéma est pour moi un nouveau moyen d’expression »

Sophie Her (petitjournal) - 
On connaît Agnès B. styliste de mode. On la connaît moins pour son engagement dans l’art contemporain et le cinéma. Productrice avérée depuis la fin des années 90, elle a réalisé son premier long-métrage, Je m’appelle Hmmm...

Vous êtes cinéphile, productrice et mécène de plusieurs festivals de cinéma. Pourquoi le 7è art vous attire-t-il autant ?

Agnès Troublé
: Le 7è art fait partie de ma vie. J’ai vu beaucoup de films anciens. C’est mon premier mari, Christian Bourgois, qui m’a fait découvrir le cinéma. J’adore Godard. Mais évidemment je me suis nourrie aussi du cinéma italien avec Pasolini ou Fellini. Je suis très curieuse, très gourmande. Le cinéma est pour moi un nouveau moyen d’expression.

Avec Je m’appelle Hmmm... vous signez votre premier long métrage. Comment passe-t-on du crayon à la vidéo ?

J’ai eu ma première caméra il y a une dizaine d’années. A l’époque, je mettais en scène mes vêtements pour montrer mes collections aux journalistes.

J’ai écrit cette l’histoire de Je m’appelle Hmmm... il y a déjà longtemps. Le texte était très visuel. Quand je l’ai écrit, je voyais les scènes. Les images du film sont celles que j’avais imaginées à l’époque ; j’en ai dessiné les décors.

Nous avons tourné le film en deux fois. Mais j’ai aussi réalisé le montage. Je dessinais les collections le jour et faisais le film le soir.

Je m’appelle Hmmm... est un road-movie. C’est l’histoire d’une rencontre entre Céline, 12 ans, qui fuit un contexte familial hostile, et Peter, un camionneur écossais détruit par la perte de sa femme et de sa fille. Pourquoi avoir choisi le thème de la déchirure familiale ?

Le thème du film est universel. C’est un film pensé pour faire prendre conscience des conséquences des actes des adultes sur les enfants. Il ne s’agit pas d’un texte autobiographique mais d’un sujet qui me touche. J’avais envie de parler du cauchemar que vivent certains enfants. Le public a très bien accueilli l’histoire. Il a été bouleversé. Et puis, ce road-movie, c’est l’histoire de la vie, des voyages, des rencontres.

On retrouve dans ce film Douglas Gordon, Jacques Bonnaffé, Sylvie Testud, mais aussi Marie-Christine Barrault. Quels rapports aviez-vous avec ces acteurs ?

Quand j’ai pensé à tourner le film, c’est exactement à ces acteurs que je pensais. J’avais proposé à Douglas Gordon un plus petit rôle et puis finalement, je lui ai proposé le rôle du camionneur. Il a accepté ! Quant à la petite Céline, Lou-Lélia Demerliac, je l’avais rencontrée 3 ans avant le tournage. C’est elle aussi que je voulais. Elle n’avait aucune expérience. Et pour un premier rôle, elle joue très bien.

Votre film a été présenté à la Mostra de Venezia. La musique du film est signée Jean-Benoît Dunckel du groupe AIR; mais on entend aussi Sonic Youth et le Stabat Mater de Vivaldi . Vous serez demain dans la capitale de la mode pour le lancement de votre film en avant première. Quel rapport entretenez-vous avec l’Italie ?

Quand j’étais petite, mon père qui adorait l’Italie m’y emmenait souvent. La première fois, c’était à Florence. J’avais 12 ans. Je m’amusais à retrouver le nom des peintres en fonction des tableaux. Il y a bien évidemment des italiens dans ma collection d’art contemporain. J’aime beaucoup par exemple Morandi.

Alors quand la Cineteca de Milan après avoir vu le film à Venise m’a invitée à Milan pour l’avant première, j’ai été particulièrement heureuse. 



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Eté 1967, les Procol Harum sortent le "slow qui tue", "A Whiter Shade of Pale", une des chansons les plus diffusées de ces dernières années et une des plus reprises. Et la dernière version se trouve dans le nouvel album de Santana,"Blessings and Miracles". Lire la suite, ici.


Going out in Paris


Paris - Jusqu'au dimanche 2 janvier 2022
Dalí, l'énigme sans fin

L'Atelier des Lumières vous propose jusqu'au 2 janvier 2022 une balade dans les oeuvres du plus insaisissable des Catalans, Salvator Dali. Une exposition immersive sur une bande son des Pink Floyd. A ne pas rater. Lire la suite, ici.



ATELIER DES LUMIÈRES
38 RUE SAINT-MAUR
PARIS 11E
16 EUROS

News flash

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.