Brésil - Portraits

Michel Tasky, le chanteur de samba belge de Rio

Lepetitjournal.com - 25 août 2014
Michel Tasky a eu plusieurs vies. L’économie, l’humanitaire, la santé et désormais la musique. Après plus de 20 ans passés à Rio, il se lance dans une carrière de chanteur au pays de la samba, avec la deuxième de son spectacle mardi soir.

A 51 ans, Michel Tasky se sent plus brésilien que jamais. Et pour cause, il possède la double-nationalité belgo-brésilienne. "J’ai perdu ma pudeur“, avoue-t-il. “Je pense comme un brésilien“. Et cela se ressent. Né dans la capitale belge, il pose ses bagages à Rio pour la première fois en 1987. Quelques jours pour recevoir un prix du gouvernement du plat pays. Il reviendra deux ans plus tard.

Michel Tasky a un parcours unique : diplômé d’économie, il a travaillé pour l’ONG Médecins sans frontières (MSF) au Mozambique, en Belgique, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Brésil. C’est donc pour MSF qu’il revient à Rio, il y a 21 ans. Ce jeune européen de 30 ans décide d’orienter son action vers les favelas en participant à un projet de développement de  cinq bidonvilles initié par l’Union européenne et la mairie de Rio. Si Michel Tasky reste au Brésil, c’est avant tout pour “le boulot“, mais aussi pour “la langue, que je parlais déjà, et cette possibilité d’insertion quasi-totale“ auprès des Cariocas. Il obtient une maîtrise en santé publique, poursuit son ascension et multiplie les projets à destination des populations pauvres.

La passion de la samba
Parallèlement à son parcours professionnel, Michel Tasky a une passion : la musique. “J’ai toujours chanté et eu le projet de faire de la musique plus sérieusement“, confie-t-il. “Je suis un passionné de musique brésilienne“. Si bien qu’entre passionnés, “on se réunit, et on chante. C’est un peu improvisé, sans avoir répété. Tu joues avec des gens qui connaissent le répertoire, devant d’autres personnes“. Un loisir qui va bientôt devenir une occupation à plein temps. “J’avais un boulot chouette, on a réussi à influencer pas mal de choses. Mais tout a un cycle, l’époque est différente, l’impact est moins facile“. Au point qu’il ressente “une perte partielle d’espérance de changer les choses“.

En 2009, Michel Tasky décide alors de changer de vie, de se consacrer pleinement à sa passion pour la musique et plusparticulièrement la samba. Crise de la quarantaine ? “Oui, sans doute“, reconnaît-il. “A 45 ans, je me suis dit : c’est maintenant ou jamais. C’est peut-être quelque chose de très belge ! “. Michel Tasky se rend compte qu’à Rio, “en temps qu’étranger, surtout faisant de la samba, c’est vraiment pas facile. En France, il y a un côté sexy à être étranger. Ici, ce n’est pas le cas. C’est difficile de faire aussi bien que les Brésiliens“.

"Um malandro em Paris"
Néanmoins,  Michel Tasky réussit le concours de l’Université fédérale de Rio pour étudier les musiques populaires brésiliennes. Son parcours s’achevant en janvier dernier, il a donc préparé son premier spectacle : “J’ai un projet différent. Je fais des musiques brésiliennes avec des références à la France et aux Français“. Une sorte de “pont entre les deux cultures“.

Ce spectacle, il s’appelle “Um malandro em Paris“. Le début d’une nouvelle vie pour ce belge, carioca d’adoption, au parcours “étonnant c’est vrai, en zigzag, mais qui va de l’avant“. Empreint de “liberté, qui a toujours été mon chemin de barre“. Une liberté qu’il compte désormais chanter, au rythme des sons brésiliens



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Eté 1967, les Procol Harum sortent le "slow qui tue", "A Whiter Shade of Pale", une des chansons les plus diffusées de ces dernières années et une des plus reprises. Et la dernière version se trouve dans le nouvel album de Santana,"Blessings and Miracles". Lire la suite, ici.


Going out in Paris


Paris - Jusqu'au dimanche 2 janvier 2022
Dalí, l'énigme sans fin

L'Atelier des Lumières vous propose jusqu'au 2 janvier 2022 une balade dans les oeuvres du plus insaisissable des Catalans, Salvator Dali. Une exposition immersive sur une bande son des Pink Floyd. A ne pas rater. Lire la suite, ici.



ATELIER DES LUMIÈRES
38 RUE SAINT-MAUR
PARIS 11E
16 EUROS

News flash

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.