12-08-2011 17:24:31

Jacques Guérin du "Bout du monde" et ses 1500 bénévoles !

Jacques Guérin se définit comme un "habitant d’adoption" de la presqu’île de Crozon. Fin des années 1990, il décide de monter le Festival du Bout du Monde avec la ferme intention de partager son amour des musiques métissées.
Par Mathilde Estrangin - Photo Jean-Yves Huchedé


Un festival coûte que coûte

Le projet pensé pour être développé en 2000 a été présenté aux élus locaux. Malgré les appréhensions récurrentes que peut représenter l’organisation d’un festival ainsi que les aléas du climat breton, le festival est lancé ! On l’a bien vu, pour cette douzième édition, il n’y a eu qu’une demi-journée de pluie et presque tous les concerts se sont déroulés au soleil !

Un festival glocal

Le festival est soutenu par de nombreux partenaires : institutions, entreprises, associations, principalement bretonnes. C’est donc un festival ouvert à la diversité musicale de notre planète et un festival local. Local aussi parce que Jacques Guérin est un entrepreneur du spectacle de la région depuis plus de 20 ans. Avec Quai Ouest, il organise des manifestations partout dans la région comme les Jeudis du port à Brest et les Mardis de Morgat sur la presqu’île de Crozon.

Ce sont aussi 140 personnes qui travaillent à la production et à la logistique du festival. Jacques Guérin met un point d’honneur à l’amélioration de la logistique depuis 12 ans. Ces dernières années, il oriente celle-ci sur l’éco-responsabilité notamment avec "l’installation progressive de toilettes sèches sur le site" ou la consigne des verres. Mais selon les dires de Jacques Guérin, l’objectif reste d’être un festival "accueillant" et "à taille humaine".

C’est pourquoi, 1500 bénévoles encadrent l’accueil des festivaliers pendant plus de trois jours. Ils sont étudiants bretons, vacanciers du "bout du monde" ou contrôleurs de train mais, pour tous, ce festival est un moyen de s’investir localement et de s’évader musicalement.

Le directeur du Bout du Monde, explique aussi qu’il limite les entrées à 20 000 personnes par jour pour conserver un esprit convivial. Avec trois scènes distribuées sur la prairie du fort de Landaoudec, le pari est réussi ! Le public "plutôt mélomane" venu en famille ou entre amis pour faire la fête en prend plein les oreilles !

Une programmation risquée

Le directeur du festival nous explique que la programmation de musiques métissées et surtout celle du Bout du Monde est une "prise de risque artistique" mais c’est à chaque fois une réussite ! Il évoque en particulier la venue de Manu Chao en 2003.

Et on suppose, derrière cette superbe programmation, un réseau artistique solide lié aux musiques du monde et qui se décline en deux pans : les découvertes et les têtes d’affiches. En 2011, la découverte la plus étonnante fut celle du groupe de punk Hanggai tout droit venu de Mongolie ainsi que 17 Hippies, une fanfare allemande aux sonorités dansantes qui a su mettre l’ambiance sous le chapiteau cabaret! Et ce qui fait aussi la spécificité de cette édition, ce sont les artistes engagés : Marcio Faraco et Jehro (voir portraits) mais aussi Bernard Lavilliers qui ont conquis la foule. Ce dernier a rivalisé avec une autre tête d’affiche de la scène française : Catherine Ringer. Elle fut éclatante et émouvante. AfroCubism, projet musical entre le Mali et Cuba, dirigé par Eliades Ochoa ont aussi ravi les mélomanes quoique leur style ne fut pas approprié à l’ambiance d’un festival. On déplore aussi les performances de Moriarty et Gaetan Roussel qui n’étaient pas à la hauteur des expectatives du public.

En revanche, le nouveau projet Professor de Groundation a eu son lot d’applaudissements. Les gros beat reggae ont vraiment plu aux festivaliers les plus roots. Mais c’est aussi Yael Naim, accompagnée de David Donatien qui a démontré ses qualités musicales sur scène et sa voix magnifique. Sans compter l’incroyable performance electrotropicale de Systema Solar alliant énergie et créativité !


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Yesterday, la chanson la plus reprise de tous les temps

 Si « Yesterday » des Beatles est la chanson la plus reprise et la plus jouée de tous les temps, elle n'était à l'origine qu'une... recette de cuisine. Comment transformer des oeufs brouillés en un des plus gros succès musicaux du XXe siècle ? Micmag vous dit tout... Lire la suite, ici.

Going out in Paris


Paris - Jusqu'au dimanche 13 mars 2022
Samuel Fosso

La Maison Européenne de la Photographie (MEP) présente, pour la première fois en France, une exposition rétrospective consacrée à Samuel Fosso réunissant plus de 300 tirages du dandy africain. Lire la suite, ici.


Maison européenne de la photographie
5-7 rue de Fourcy
Paris 4e
Métro : Saint-Paul ou Pont Marie
6 à 10 euros

News flash

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.