- Lire

« Paleoart » : Peintures et aquarelles de Dinosaures et autres animaux préhistoriques !

Jean-Christophe Mary - 4 novembre 2017
Voici certainement le projet le plus ambitieux de l’histoire récente de l’édition : éditer en grand format les fresques des animaux préhistoriques les plus emblématiques. Ce projet un peu fou, Zoe Lescaze et Walton Ford l’ont réalisé au terme d’un long et méticuleux travail de recherche.

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Paléoart est un travail artistique original qui tente de reconstituer ou de représenter la vie préhistorique selon les connaissances actuelles et les preuves scientifiques au moment de la création de l'œuvre d'art. Le terme paléoart a été introduit à la fin des années 1980 par Mark Hallett pour l'art qui dépeint des sujets liés à la paléontologie. Ceux-ci peuvent être des représentations de restes fossiles ou des représentations des créatures vivantes et de leurs écosystèmes.

C’est en 1830 que le scientifique anglais Henry De la Beche peint la première œuvre de paléoart: ce tableau présente des reptiles préhistoriques qui se battent sous l’eau. Depuis, plusieurs artistes sont passés maitres de ce genre : Mauricio Anton, Julius Csotonyi, John Gurche, James Gurney, Doug Henderson, Raul Martin, Gregory S. Paul, Luis Rey, William Stout ou Peter Trusler ont donné corps aux dinosaures, aux mammouths laineux, aux hommes des cavernes et à d’autres créatures et ont ainsi participé à façonner notre compréhension de ce passé.

Cependant, pour la plus grande partie de l'histoire du Paléoart, qui a duré près de 190 ans, les bons auteurs ne sont pas si nombreux. Pour apprécier le Paléoart, il faut aimer l'histoire de la science. L’écrivain New Yorkaise Zoe Lescaze est une passionnée d’art et l'histoire de l'art. Walton Ford est un artiste qui peint dans le style des illustrations naturalistes. Comme vous pouvez vous y attendre, le point fort de ce livre n'est pas dans le contenu scientifique, mais présente les paléoartistes et leurs œuvres majeures entre 1830 et le milieu des années 1980.

A chaque page on découvre une œuvre d'art reproduite accompagné d’un petite texte explicatifs de Zoe Lescaze et d’une préface de Walton Ford. Le livre expose une sélection d’œuvres puisées dans d’importants musées d’histoire naturelle, d’obscures archives et des collections privées, avec de nouvelles reproductions d’œuvres clés du genre, comme les représentations de dinosaures du précurseur Charles R. Knight, conservées à Chicago, ainsi que de petits chefs-d’œuvres peu connus comme la mosaïque monumentale d’A.M. Belashov à Moscou. Du plus menaçant au plus fantasmagorique, Paléoart, Visions des temps préhistoriques est un hommage aux animaux préhistoriques dans l’art, et nous aide à comprendre ces bêtes sauvages disparues tant aimées à travers un nouveau prisme, celui de l’histoire de l’art.

Moins facile à porter qu’une encyclopédie, ce livre d’art (29,2 x 4 x 38,4 cm ) ) est conçu comme une sorte de musée portatif où le lecteur se prend à rêver. Vous ne serez pas en mesure de lire ce livre dans le bus, il sera difficile de trouver une bibliothèque pour cela, et vous aurez besoin d'une table pour le consulter. Que le livre soit si gros est une bonne chose puisque les oeuvres sont reproduites dans les moindres détails. Paleoart est un livre visuellement magnifique où la reproduction et l'impression des illustrations sont de la plus haute qualité. Plusieurs des illustrations sont présentées ici en doubles pages avec une intensité de couleur remarquable. Si vous aimez l'histoire du paléo, ce livre est pour vous !

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
« Paleoart » Visions des temps préhistoriques
Relié: 291 pages
Editeur : Taschen
75 euros
Édition en Espagnol

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Going out in Paris

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

News flash

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."