Paris - 

Comment devient-on bouquiniste sur les quais de Seine ?

Marie Torres - 21 mars
Les livres, à l’origine, Gilles les collectionnait. Et puis, au fil du temps, de fil en aiguille, comme il le dit lui-même, il en a fait sa profession. Gilles apporte des éclaircissement quant à rejoindre sur les quais parisiens, la plus grande librairie du monde à ciel ouvert.

Micmag : Comment devient-on bouquiniste ?

Gilles : Du point de vue administratif ? On dépose un dossier et une lettre de motivation 8, rue de Cîteaux*,  en précisant le genre de livres qu’on souhaite vendre. Une Commission se réunit tous les ans ou tous les deux ans en fonction des places disponibles ; si on est "approuvé", on devient titulaire de l’une des 210 boîtes. Cet accord, valable pour une année, est tacitement reconductible.

M : Donc, durant un an, l’emplacement appartient au bouquiniste ?

G. : Les 8,60 m ainsi que les livres, bien sûr.

M : Quel est le montant du loyer ?

G. : Lemplacement est gratuit !

"Le bouquiniste des quais représente un des types parmi les plus purs de la vie populaire de Paris"


M : Mais l’activité est, je suppose, réglementée ?

G. : Oui. Il faut savoir que les bouquinistes sont répertoriés au Patrimoine mondial de l’UNESCO, aussi les boîtes doivent correspondre à la description qui en a été faite. Largeur, longueur, hauteur, espace entre elles, tout est réglementé ainsi que la couleur vert wagon. Les boîtes doivent être ouvertes 4 jours par semaine, aucun horaire étant imposé. Bien sûr, nous avons le droit comme tout le monde de prendre des congés mais nous devons les déclarer à la Mairie de Paris. Tout comme nous devons lui signaler les motifs de fermeture comme les arrêts maladie, par exemple. Quant à l’activité elle-même, elle suppose un quart de vente de petite brocante, c’est-à-dire d’affiches, gravures… Le reste de l’offre doit être composé de livres, vieux papiers, magazines anciens.

M : Cependant, on trouve des cartes postales, des Tours Eiffel…

G. : De moins en moins. C’est vrai qu’il y a eu des "dérives" mais depuis quelques années, la Mairie de Paris travaille à remettre "dans les clous" ceux qui en étaient sortis et à redonner à la profession une image positive. Comme le disait Pierre Mac Orlan "Le bouquiniste des quais représente un des types parmi les plus purs de la vie populaire de Paris. Il apparaît comme le symbole de l’invitation aux voyages immobiles".

M : Et  quels sont les "voyageurs immobiles" que vous rencontrez ?

G. : Mes clients sont très variés… et tordent souvent le cou aux idées reçues ! Les jeunes ne lisent plus ? J’ai beaucoup de jeunes parmi ma clientèle. Les Américains du Nord ont peu de culture ? Certains recherchent  des ouvrages classiques… que beaucoup de Français n’ont jamais lus et qu’ils ne connaissent même pas !
Et, depuis quelques années, il y a aussi des touristes de l’Europe de l’Est qui espèrent retrouver ici des livres qui ont échappé à l’autodafé stalinien. Il y a aussi ceux qui achètent pour d’autres : ils arrivent, sortent un bout de papier de leur poche sur lequel sont inscrits le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage et l’éditeur. J’ai aussi les "surpris". Ceux qui me demandent, par exemple, "Le Petit Prince" - le livre le plus vendu au monde -, ils en demandent donc un exemplaire et restent muets lorsque je leur annonce le prix ! Ceux-là, je les dirige vers la grande distribution. C’est vraiment un métier qui permet de rencontrer, chaque jour, des personnes passionnées et passionnantes !


* Bureau où sont déposées les demandes d'emplacement fixe sur les marchés découverts.

Gilles et Thierry - Bouquinistes - Boîte 48
Face au 22 Quai de la Mégisserie



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)