Monde - Vintage

Les amoureux de Peynet… ont des p'tit's gueul' bien sympathiques

Marie Torres - 11 février 2014
On a tous en tête, pour l’avoir vu sur une illustration ou une carte postale, ce petit jeune homme aux cheveux longs et raides, coiffé d’un drôle de chapeau. Jouant du violon pour sa belle ou encore enlacé avec elle sur un banc… Annie Peynet nous raconte l’histoire de ces amoureux. Ses parents.
Copyright Adagp 2014

Assis sur un banc, debout dans un kiosque, entourés d’oiseaux ou de fleurs, ils sont toujours touchants. Emouvants. Et bien sûr, éternellement amoureux… C'est en 1942 que Raymond Peynet, sorti de l’Ecole des Arts Appliqués de Paris, crée ces deux petits personnages. Jusque-là, ce graphiste et illustrateur  dessine  pour  une agence de publicité ou pour le théâtre en concevant les décors de pièces d’Anouilh, de Labiche ou encore de Shakespeare.

Un petit violoniste qui joue tout seul sur l’estrade et une petite femme qui l’écoute

 Et puis un jour de 1942. Ce jour-là, Raymond Peynet a rendez-vous dans un parc de Valence. Il s’assied sur un banc face à un kiosque à musique et, pour passer le temps, il crayonne. Il esquisse un petit violoniste qui joue tout seul sur l’estrade et une petite femme qui l’écoute. Autour d’eux, les musiciens, leurs instruments rangés dans leurs étuis, quittent le lieu. Il ajoute une légende : « Vous pouvez partir tranquille je terminerai tout seul ». Son dessin, il l’intitule « La Symphonie inachevée ». Plus tard, Max Favalelli, alors rédacteur en chef de la revue Ric et Rac,  rebaptisera les deux jeunes gens : « Les Amoureux de Peynet ».

« Les amoureux étaient mes parents, Raymond et Denise. Denise, ma mère, s’appelait Damour que mon père écrivait d’Amour, raconte Annie Peynet, leur fille avant d’ajouter, mes parents, qui se sont connus tout jeunes, ont passé toute leur vie ensemble ».

« Georges Brassens, que j’appelais tonton Georges »

La suite on la connaît. Les dessins ont été déclinés en cartes postales, médailles… et poupées, la fameuse poupée en latex avec ses robes qui ont fait rêver plusieurs générations. Premier bal, whisky à gogo, Joyeux anniversaire, Dîner aux chandelles et bien la mariée… Au total, 400 modèles différents.

« C’est mon père qui a dessiné cette poupée, en 1953. La première poupée ayant un corps de femme, six ans avant la naissance de Barbie. Il dessinait également les robes. La robe de mariée de 1960 était celle qu’il avait dessinée pour moi. Pour mon propre mariage. Aux Galeries Lafayette,  il y avait un stand, qui leur était consacré. » précise Annie.

Des personnages si célèbres que « leur » kiosque à Valence a été baptisé « Le Kiosque des Amoureux de Peynet » et cinq  musées leur sont dédiés. Deux en France, à Valence, à Antibes et à Brassac-les-Mines, deux au Japon, à Mimazaka et à Karuizawa.

Les « Amoureux » ont aussi inspirés les compositeurs comme Aznavour  et Brassens.

« Georges Brassens, que j’appelais tonton Georges, a écrit sa chanson « Les bancs publics » en référence aux dessins de mon père. Avant de le connaître. Par la suite il a emménagé à Paris à côté de chez nous et ils sont devenus amis »

Timbres et étiquettes de champagne…

Pour les philatélistes,  sachez qu’en 1985, La Poste a sorti un timbre célébrant la « La Saint-Valentin de Peynet » avec un couple d'amoureux près d'une boîte à lettres en forme de coeur dans laquelle deux anges postent des courriers. En 2000, les deux personnages ont été repris pour un timbre-hommage à Raymond Peynet, décédé  l’année précédente.

Concernant les oenographilistes, des étiquettes de Champagne Perrier-Jouët, ont également été dessinées par Peynet, avec ces petites légendes : « Amoureusement vôtre », « On vivra d'amour et de Perrier-Jouët » et « Vivre d'Amour »... 


Lire aussi 
St Valentin, de l’amour « toujours » à l’amour « humour » ?
Collection : les courriers de l'amour
Cartes postales : baisers de celui qui t'aime

Marie Torres

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Going out in Paris

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

News flash

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."