Paris - Reportage

St Valentin, de l’amour « toujours » à l’amour « humour » ?

Marie Torres - 11 février 2013
L’amour ? Il est né avec le monde. Depuis des millénaires on l’exprime avec des poèmes, des chansons, des fleurs, des cartes, des cadeaux ou encore… des petits cadenas. Une fête lui est même dédiée. Retour sur une tradition qui a la dent dure et le cœur tendre.

Ulysse et Pénélope, Tristan et Yseult, Roméo et Juliette, Paul et Virginie ou encore Shah Jahan et Mumtaz Mahat, Bonnie et Clyde…. Fictives ou réelles, romantiques ou tragiques, les romances d’amour ponctuent l’histoire de l’humanité. Pour les nourrir, hommes et femmes ont toujours fait preuve de créativité et d’imagination : poèmes,  chansons, cartes, cadeaux… Et aujourd’hui, comment fête-t-on l’amour ?

L’empereur Claude II fit abolir le mariage

Les amoureux ont leur fête, la Saint Valentin. Une tradition qui remontrait au IIIe siècle. A cette époque, l’empereur Claude II fit abolir le mariage car il trouvait que les hommes mariés, soucieux de leur famille, faisaient de mauvais soldats. (A croire que le mariage a toujours été matière à polémique…)  Mais un prêtre au cœur tendre, Valentin, entreprit de marier en secret les jeunes amoureux. Bien évidement, il fut arrêté, emprisonné, martyrisé puis décapité le14 février 270. La date est restée dans l’histoire.

Les cadenas de l’amour
Des cadenas accrochés aux rambardes des ponts pour symboliser un attachement amoureux. L’idée serait née en Hongrie ou en Allemagne. Peu importe. A Paris, cette coutume remonte aux années 2000, lorsque le Pont des Arts et, plus tard, le Pont de l’Archevêché, se sont recouverts des cadenas aux messages éloquents : du « Je t’aime » au « Ich liebe dich », du « Montse i Josep » au « Renée et Jean-François », du « Pour la vie » au « Jusqu’à la mort »…Après avoir accroché son cadenas, il est d’usage de jeter la clé dans le fleuve. La promesse est ainsi ratifiée. Mais, hélas, chacun sait qu’elle peut être abrogée…

Le Musée des Cœurs Brisés


Et quand l’amour ne rime plus avec « toujours » certains le font rimer avec « humour ». Ainsi, la capitale de la Croatie, Zagreb, a inauguré, en  2010, le Musée des Cœurs Brisés entièrement consacré à la rupture amoureuse. Qu’y trouve-t-on ? Des objets divers et variés venus du monde entier. Des photos, des vêtements… chacun accompagné des dates et lieu de la relation et parfois de petits messages… Comme par exemple cette note posée près d’un porte-jarretelles : "Je ne les ai jamais portés. La relation aurait peut-être duré plus longtemps dans le cas contraire". A noter, le musée se trouve tout près de la mairie de Zagreb et sa fréquentation double… à la St Valentin.

Voir aussi
Collection : les courriers de l'amour
Cartes postales : baisers de celui qui t'aime
1
2
3
4

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

SORTIR À PARIS

Icônes de l’art moderne, la collection Chtchoukine jusqu’au 20 février 2017 à la Fondation Louis Vuitton

Jusqu’au 8 janvier 2017, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux

NEWSLETTER

BRÈVES

La sologamie, quésako ?

Une pratique en vogue en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, au Canada ou encore aux Etats-Unis qui consiste à… se marier avec soi-même !

 
Barcelone 600 000 euros d'amende !

Sanction des plates-formes de location de logements Airbnb et HomeAway à hauteur de 600 000 euros chacune, pour avoir loué des appartements sans les autorisations nécessaires.

 
Délivrer l’Alerte

Les 26 et 27 novembre se tient, à Paris, le Salon Des Livres et l’Alerte pour encourager à l’écriture et réfléchir sur le lancement et les lanceurs d’alerte. En savoir plus, ici.

 
Les USA aux mains de l'extrême droite ?
"Ne nous y trompons pas  : la première puissance mondiale est désormais aux mains de l’extrême droite." Johan Hufnagel dans Libération du 9 nov.
 
« Un bon criminel est un criminel mort »

Une affirmation qui reçoit l’approbation de 60 % des Brésiliens, selon un sondage du Forum brésilien de la sécurité publique repris par le Correio Braziliense.