- Vintage

La reine-mère, le corbillard et .... les Who !

Marie Torres - 12 octobre 2020
Quel rapport entre la reine-mère, un corbillard et My Generation, tube fétiche des Who ? A première vue, aucun. Cependant, en y regardant de plus prés et en fouillant un peu dans le passé de Peter Townshend, on arrive à trouver un lien. Une histoire abracadabrantesque, digne de ce groupe hors-normes

Londres, 1965. La reine-mère, Elisabeth Bowes-Lyon, emprunte le chemin qui l'emmène de sa demeure, Clarence House, au palais de Buckingham. Mais ce 19 mai, elle est particulièrement agacée par le corbillard Packard garé sur son parcours. Cette sinistre voiture, qu'elle voit depuis quelques temps, lui rappelle les funérailles de son bien-aimé époux. Elle demande à ce qu'elle soit enlevée et mise en fourrière. Et c'est là que notre histoire commence...

... le corbillard appartient à Pete Townshend !

Le propriétaire dudit véhicule est un jeune guitariste qui se produit dans un groupe de rock. Un groupe qui a commencé à se faire appeler les Detours, puis les High Numbers et, enfin, les Who. Bref, le corbillard appartient à Pete Townshend ! Inutile de préciser que notre jeune Pete est furieux quand il découvre la disparition de son cher corbillard, d'autant plus que ce jour-là, il fête ses vingt ans.

« C'était exactement le genre de trucs qui pouvaient le mettre à cran pendant des semaines : "Comment a-t-elle osé ?!" » écrira plus tard Roger Daltrey, dans son autobiographie*.

Pete est donc obligé de prendre le train pour se déplacer. Et c'est là, dans un wagon de la British Rail, qu'il couche sa colère sur papier. Une "rage" qu'il intitule "My generation" ; les craintes, le courroux aussi, d'un jeune homme qui n'arrive pas à trouver sa place dans la société.

« People try to put us d-down (Talkin' 'bout my generation)
Les gens essaient de nous rabaisser ( parlant d'ma génération)

Just because we get around (Talkin' 'bout my generation)
Juste parce que nous roulons notre bosse ( parlant d'ma génération) »

la BBC refuse de le diffuser sous prétexte de ne pas offenser les bègues...

« Le 13 octobre 1965, quinze jours après notre séparation et deux avant qu'on se remette ensemble, on a débarqué aux studios IBC de Portland Place pour terminer enfin notre premier 33 T, maintes fois retardé. Je suppose que l'atmosphère devait être plutôt glaciale, ce qui était excellent puisque nous devions enregistrer "My Generation". » raconte Roger.

A la guitare Pete Townshend, au chant Roger Daltrey, à la basse John Entwistle et derrière la batterie Keith Moon. Après plusieurs démos, c'est au final Keith qui trouve la bonne "pulsation".

« [...] il est parti sur son rythme, super agressif. J'ai tenté de le suivre, mais j'ai bégayé à la première ligne. J'ai corrigé à la prise suivante, mais Kit (le producteur) a bondi en disant : garde ça, garde ce bégaiement blues ! [...] Pour moi ce n'était pas un défaut, une faiblesse, une erreur, c'était de l'agressivité pure, déclenchée et stimulée par le beat de la batterie. De la rage à peine contenue qui a explosé sur le vinyle avec les paroles : I hope I die before I get old (J'espère mourir avant d'être vieux » se souvient le chanteur.

Voilà donc l'explication de son bégaiement ! Why don’t you all f-f-f-fade away.

Autre anecdote, avant d'exécuter son admirable solo de basse, John Entwistle a épuisé trois guitares Danelectro (il cassait les cordes à chaque fois) avant de réussir avec une Fender Jazz Bass.

Le single sort le 29 octobre 1965 et atteint la 2me place des charts britanniques. Cependant la BBC refuse de le diffuser sous prétexte de ne pas offenser les bègues... mais sous la pression des auditeurs, elle finit par céder.

Deux années plus tard, Pete déclarera au magazine Rolling Stone : « La chanson parle du fait de trouver une place dans la société. A l’époque de "My Generation" , j’étais très paumé. Le groupe était tout jeune et je pensais que sa carrière serait brève… » Pas vraiment prophète, l'ami Pete...


* My Generation - autobiographie, Roger Daltrey - Editions Kero, 2019 - 22,50 euros


Retrouvez toutes les chroniques dans Vintage

Marie Torres pour www.micmag.net
My Generation
The Who
CD, 4,94 euros / Vinyle (45T), 14,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

AGENDA VINTAGE INTERACTIF

Events

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000
et 12 000 ».

 Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre.

Going out in Paris

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



News flash

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.