- Lire

Theophilus, le Magnifique

Marie Torres - 12 décembre 2017
Réédition chez Belfond de « Mr North » de Thornton Wilder. Paru en 1973 aux Etats-Unis, le roman n’a été traduit en français qu’en 1988, après son adaptation cinématographique. Une occasion donc de (re)découvrir cette agréable comédie de mœurs qui n’est pas sans rappeler Gatsby le Magnifique.

« C’est au printemps 1926 que je démissionnai.

Dans les jours qui suivent une telle décision, on se sent comme au sortir de l’hôpital après une longue maladie. On réapprend lentement à marcher. Lentement et non sans émerveillement, on relève la tête. »

Après avoir passé quatre ans et demi dans l’enseignement, Theophilus North, jeune intellectuel désargenté, jette l’éponge : il ne sait pas encore ce qu’il va faire mais il sait qu’il ne veut plus enseigner. Avec pour tout bagage, deux valises, quelques livres et son journal intime, Theophilus prend le large au volant de Hannah, une vieille voiture achetée à un de ses collègues. L’aventure débute…

« Je me sentais prêt à prendre des risques, à m’intégrer dans la vie de mes semblables, à me rire du danger ».

Mr North, édité aux Etats-Unis en 1973, et en France en 1988, année de son adaptation au cinéma, est une comédie de mœurs. Si le roman tourne autour de Theophilus, l’auteur, Thornton Wilder, en profite pour brosser le portrait de l’époque à travers les nombreux personnages rencontrés par le héros. Très souvent comparé au Gatsby le Magnifique de  Francis Scott Fitzgerald, Mr North en a la légèreté et le charme intemporel. Une belle et agréable lecture.

Marie Torres pour www.micmag.fr
Mr North
Thornton Wilder
Traduction d’Eric Chédaille
Editions Belfond Vintage, novembre 2016
18 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Salir en Paris (Pincha en el título)

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Ultima hora

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."