- Lire

Le salaire de la peine ou le business de la souffrance au travail

Marie Torres - 11 mai 2019
Dix ans après la vague de suicides à France Télécom, la psychologue du travail, Sylvaine Perragin, explique dans "Le salaire de la peine" comment les tensions et la souffrance se sont installées dans l'univers professionnel et comment coachs et autres consultants en profitent...

Entre 2008 et 2009, 35 salariés de France Télécom se sont donné la mort. Dix ans après ce drame, qu'en est-il de la souffrance liée au travail ? Dans son ouvrage, Le salaire de la peine, la psychologue du travail Sylvaine Perragin revient sur ce mal-être et avance des chiffres inquiétants : " Chaque année, on dénombre 30 000 cas de burn-out, 3,2 millions de personnes en danger d’épuisement et 400 suicides."

Comment en est-on arrivé là, alors qu'il y a encore quelques années personne ne parlait de souffrance au travail ?

"A force d'émissions, de tables rondes, de conférences sur la question, l'analyse d'un phénomène qui semble si caractéristique de notre époque est de plus en plus précise, exhaustive. Organisation du travail toxique, disparition du collectif, absence de reconnaissance, management par le stress, mise en compétition des salariés, symptômes individuels et collectifs."

Et lorsqu'on passe de la "logique de métier" à la "logique de gestion", c'est-à-dire lorsqu'on n'est plus managé par des professionnels mais par des gestionnaires dont le seul objectif est le résultat, lorsque que la quantité prime sur la qualité alors "le boulot ne nous intéresse plus" ; on travaille dans le seul but de gagner un salaire, notre estime de nous-même diminue, tout comme notre joie de vivre et petit à petit la morosité voire la dépression s'installe...

C'est là qu'interviennent les consultants et "coachs en tout genre" sensés aider le salarié à aller mieux, petit business qui génère un chiffre d'affaires de 37,5 milliards d'euros par an... Sylvaine Perragin dénonce cette "vulgate psychologique, dogmatique, mécaniste, bardée de principes figés". Des formations infantiles qu'elle appelle "une thérapie version fast-food" qui, pour régler les problèmes ne remet jamais en cause l'organisation du travail qui les a fait naître...

Un ouvrage bien documenté et très intéressant écrit par une professionnelle. Un coup de gueule salutaire contre une hypocrisie mortifère.

Marie Torres pour www.micmag.fr
Le salaire de la peine
Sylvaine Perragin
Editions du Seuil, Mai 2019
16 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

Installé à Rochefort, le Musée des Commerces d'autrefois propose une vingtaine de boutiques et d'ateliers du début du XXe siècle reconstitués à l’identique. Un voyage dans le temps. La plus riche collection française d'objets publicitaires. Lire la suite, ici.

Salir en Paris (Pincha en el título)

Si l’océan occupe la plus grande surface de notre planète, il reste en grande partie méconnu… L'exposition "Océan, une plongée insolite" vous ouvre les portes de ce monde d'inspiration et de légendes... Magnifique. Pour en savoir plus, ici.


Ultima hora

Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."
 
Bansky à fond dans le marché !

Le travail de Banksy dans lequel les chimpanzés occupent le Parlement britannique pourrait battre le record de vente aux enchères le 3 octobre prochain à Londres.

 
Brexit, les auteurs britanniques se mobilisent

"Choisir le Brexit, c’est choisir de renoncer". 86 auteurs britanniques ont signé, mardi 21 mai, une tribune dans le Guardian contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.