- Lire

Adriana Brandao : "Entre 1964 et 1985, Paris a été la capitale des exilés brésiliens"

Marie Torres - 3 décembre 2019
Née au Brésil, Adriana Brandão, docteur en histoire, est venue en France en 1990 pour faire une thèse sur le paysage audiovisuel alternatif brésilien. Depuis, elle est installée à Paris, travaille à RFI et vient de publier "Les Brésiliens à Paris". Rencontre.

Micmag.net : Pourquoi un livre sur la présence des Brésiliens à Paris ?

Adriana Brandão : C'est une commande des Editions Chandeigne. Cet ouvrage est le deuxième d'une série qui a commencé avec Les Portugais à Paris, un livre qui s'imposait, les Portugais étant la plus grande communauté étrangère en France.

M. : Concernant les Brésiliens ?

A.B. : C'est la permanence des échanges entre le Brésil et la France, qui est au coeur de cet ouvrage. Cette relation est née au XVIe siècle, date à laquelle le Brésil est entré dans la mapemonde. Depuis sa "découverte"par les Portugais, les Français l'ont fréquenté et ont noué des alliances avec les Indiens, qui sont les premiers à être venus à Paris. Il y a d'ailleurs une légende qui raconte qu'un couple, une Indienne, Paraguaçu, et un aventurier Portugais, Diogo Alvares, ont débarqué en France en 1528. Accueillis par Henri II et Catherine de Médicis, la jeune indienne a été baptisée du nom de Catherine Alvares par la reine. Ce mythe symbolise la rencontre et le rapprochement du Nouveau monde et du Vieux monde : la première lignée des Brésiliens a commencé par l'union d'une Indienne et d'un Portugais avec la bénédiction de la France.

M. : Et après l'indépendance ?

A.B. : Après l'indépence, en 1822, les Brésiliens ont été plus nombreux à quitter leur pays pour s'installer en France car c'est ici qu'ils ont trouvé le modèle qu'ils cherchaient pour développer leur identité.

M. : Cet ouvrage a dû nécessiter un énorme travail !

A.B. : Oui, la commande du livre a été passée en 2014. Nous avons aussitôt établi une liste exhaustive des Brésiliens qui sont passés par Paris mais, derrière, il y a eu presque 5 années de travail.

M. : Des recherches difficiles ?

A.B. : Heureusement que nous sommes à Paris ! Le fonds de la Bibliothèque Nationale est incroyable. Ce qui m'a beaucoup aidé c'est qu'il y a une réelle tradition universitaire entre la France et le Brésil ; beaucoup de thèses sur les Brésiliens qui sont venus en France et sur les Français qui sont allés au Brésil. Toutes n'ont pas été publiées mais beaucoup d'entre elles ont été soutenues en France, elles sont donc disponibles ici. Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF, m'a aussi était d'une grande aide.

Il existe également une plate-forme en ligne, issue d'un partenariat entre la BNF et la Bibliothèque nationale du Brésil, qui propose des documents sur la relation entre les deux pays. Bien sûr, j'ai lu de nombreuses biographies de Brésiliens qui sont passés par Paris comme Jorge Amado dont les mémoires ont été écrites dans son appartement parisien.

M. : Dans toute cette somme d'événements, il y a-t-il un fait qui vous a particulièrement touchée ?

A.B. : Oui j'ai été impressionnée par la présence des Brésiliennes à Paris. Depuis le XIXe siècle, les plus indépendantes sont venues chercher la liberté qu'elles n'avaient pas dans leur pays, machiste et patriarcale. Je pense à l'écrivaine et poétesse, Nisia Floresta, considérée comme la pionnière du féminisme brésilien, qui entretenait des liens avec des intellectuels comme George Sand, Victor Hugo, Alexandre Dumas père, Alphonse de Lamartine et surtout Auguste Comte. Enormément de femmes ont quitté le Brésil pour échapper à la chape masculine qui les empêchait de vivre leur vie.

Plus tard, au début du XX e siècle, ce sont les militantes communistes qui sont arrivées. Leocadia Prestes, la mère d'un grand leader communiste, a mené à Paris une campagne internationale pour la libération de son fils emprisonné au Brésil et de sa belle-fille juive déportée dans un camp allemand. Elle n'a malheureusement pû sauver que son fils et l'enfant que sa belle-fille avait eu dans une prison allemande.

M. Vous évoquez aussi les nombeux exilés politiques ?

A.B. : Oui, entre 1964 et 1985, époque de la dictature militaire, Paris a été la capitale des exilés brésiliens. Un des premiers a été l'ex-président Juscelino Kubitscheck, le bâtisseur de Brasília, qui a beaucoup souffert de son exil à Paris où il a passé une année. J'ai découvert une lettre qu'il avait adressée à ma grand-mère, ils étaient de la même ville. J'ai d'ailleurs reproduit, dans mon ouvrage, le passage où il parle de la tristesse de son exil, de l'injustice que les militaires lui ont infligée, une lettre assez belle. Un souvenir personnel...

Rencontre-débat autour du livre Les Brésiliens à Paris, le jeudi 12 décembre 2019 à 19 h 00 ; En présence de l'auteur Adriana Brendao, de Gilles Lapouge, écrivain et journaliste et d'Hélène Laurent, enseignante à la librairie brésilienne et portugaise 21 Rue des Fossés Saint-Jacques, 75005 Paris. Pour en savoir plus, ici.

Lire aussi, Les Brésiliens à Paris

Marie Torres pour www.micmag.fr
Les Brésiliens à Paris au fil des siècles et des arrondissements
Adriana Brandao
Préface Gilles Lapouge
Editions Chandeigne, Octobre 2019
23 euros

Les Portugais à Paris, au fil des siècles et des arrondissements
Agnès Pellerin , Anne Lima , Xavier de Castro
Illustrateur : Irène Bonacina
Editions Chandeigne, 2009
23 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Elliott Murphy célèbre ses 75 ans à Paris le 1er mars prochain !

Elliott Murphy fête ses 75 ans le 1er mars prochain à Paris, au New Morning...

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

El mundo del vintage

La Saint Valentin dans tous ses états !

 La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... Lire la suite, ici.

Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)
 
Il y a 60 ans, les Stones sortaient leur premier 45 T
Le 7 juin 1963, les Rolling Stones sortaient leur premier 45 t, "Come On" une adaptation de Chuck Berry. Le 31 juillet, il atteint la 21e place des hit-parades. L'incroyable histoire des Stones est en marche… Elle roule toujours... Lire plus, ici.