- Musique

Madona, "Finally Enough Love": 50 tubes remixés pour fêter 40 ans de succés

Jean-Christophe Mary - 7 novembre 2022
Ce coffret 3 CD dresse le bilan élogieux de quarante années de carrière de Madona. L’intégralité de ses remixes préférés ainsi que des versions rares et inédites soit 50 numéros 1 enregistrés entre 1983 et 2020.

Bordeline, cette chanson qui tournait en boucle sur les radios en 1983, ca vous rappelle quelque chose ?

En quelques mois, ce titre produit par Jerllybean Benitez, DJ spécialiste des versions longues qui secouent les dance floor new yorkais de l'époque, sera l’allumette qui mettra le feu aux poudres. Dans le clip de « Bordeline » qui tourne en boucle sur MTV, Louise Madona Ciccione y apparaît en midinette punkette sexy avec bas résilles et crucifix, ce qui fait immédiatement scandale.

Fusionnant, chœurs soul dance music post-disco à une pop effervescente, Holiday, la chanson qui suivra enfoncera le clou avec ses petites notes de fraicheur, titre qui deviendra sa signature. La tonitruante ascension de Madona commence suivi d'une longue carrière qui changera la face de la pop music au cours des 40 années suivantes.

En quatre décennies, Madonna aura introduit les sons underground dans le monde de la variété américaine, étant constamment à l’affût des modes et tendances qui infiltrent les clubs New Yorkais. Arrivée à l'aube des 80’s et de l’ère MTV, elle comprend vite l’importance de l’image. Elle créera une série de clips sexy et stylés qui lui valent une réputation de provocatrice. Ses changements de look et d’amants font régulièrement la une des magazines people et son style divise les critiques : la belle fait parler d’elle.

Ainsi Madona enregistre une flopée d’hymnes pop qui séduiront les foules du monde entier : Like a Virgin, Material Girl, Live to Tell, Papa Don't Preach, Open Your Heart, Like a Prayer, Express Yourself pour ne citer qu’eux. Avec ces titres dansant où la musique est inextricablement liée à la représentation visuelle, Madona crée l'archétype de la pop star moderne et du coup ringardise les vielles gloires de la variété, les Summers, Betty Davis, Bette Midler, Shirley Bassey et autres Nancy Sinatra.

Au cours de la deuxième décennie, la Madone continuera à prendre des risques artistiques, plongeant dans la R&B avec Bedtime Stories  (1994) ou l'électro sur l’album Ray of Light  (1998). Au cours des années 2000 et 2010, Madonna restera en quête de nouvelles sonorités, perpétuellement animée par le désir de renouveau artistique. Associé au producteur William Orbit et Mirwais (ex-Taxi Girl), elle sortira Music (1997), American Life (2003), Confessions on a Dance Floor (2005), albums fortement influencés par l'electro, la techno et le trip-hop. Suivront Hard Candy (2008) avec des collaborations avec les Neptunes et Timbaland puis MDNA (2012) produit cette fois par Martin Solveig et son collaborateur ancestral William Orbit.

Cette compilation de remixes répertorie les 50 « numéros un » du classement musical américain Hot Dance Club Songs atteints par Madonna de ses débuts jusqu'en 2020 avec I Don't Search I Find dont le premiers vers du texte donne son nom à ce triple CD.



« Bordeline » cette chanson qui tournait en boucle sur les radios en 198", ca vous rappelle quelque chose ?  

En quelques mois, ce titre produit par Jerllybean Benitez, DJ spécialiste des versions longues qui secouent les dance floor new yorkais de l'époque, sera l’allumette qui mettra le feu aux poudres. Dans le clip de « Bordeline » qui tourne en boucle sur MTV, Louise Madona Ciccione y apparaît en midinette punkette sexy avec bas résilles et crucifix, ce qui fait immédiatement scandale. Fusionnant, chœurs soul dance music post-disco à une pop effervescente, "Holiday" la chanson qui suivra enfoncera le clou avec ses petites notes de fraicheur, titre qui deviendra sa signature. La tonitruante ascension de Madona commence suivi d'une longue carrière qui changera la face de la pop music au cours des 40 années suivantes.

En quatre décennies, Madonna aura introduit les sons underground dans le monde de la variété américaine, étant constamment à l’affût des modes et tendances qui infiltrent les clubs New Yorkais. Arrivée à l'aube des 80’s et de l’ère MTV, elle comprend vite l’importance de l’image. Elle créera une série de clips sexy et stylés qui lui valent une réputation de provocatrice. Ses changements de look et d’amants font régulièrement la une des magazines people et son style divise les critiques : la belle fait parler d’elle. Ainsi Madona enregistre une flopée d’hymnes pop qui séduiront les foules du monde entier : "Like a Virgin", "Material Girl", "Live to Tell", "Papa Don't Preach", "Open Your Heart", "Like a Prayer", "Express Yourself" pour ne citer qu’eux. Avec ces titres dansant où la musique est inextricablement liée à la représentation visuelle, Madona crée l'archétype de la pop star moderne et du coup ringardise les vielles gloires de la variété, les Donna Summers, Betty Davis, Bette Midler, Shirley Bassey et autres Nancy Sinatra. Au cours de la deuxième décennie, la Madone continuera à prendre des risques artistiques, plongeant dans la R&B avec « Bedtime Stories » (1994) ou l'électro sur l’album « Ray of Light » (1998). Au cours des années 2000 et 2010, Madonna restera en quête de nouvelles sonorités, perpétuellement animée par le désir de renouveau artistique. Associé au producteur William Orbit et Mirwais (ex-Taxi Girl), elle sortira Music (1997), American Life (2003), Confessions on a Dance Floor (2005), albums fortement influencés par l'electro, la techno et le trip-hop. Suivront Hard Candy (2008) avec des collaborations avec les Neptunes et Timbaland puis MDNA (2012) produit cette fois par Martin Solveig et son collaborateur ancestral William Orbit.

Cette compilation de remixes répertorie les 50 « numéros un » du classement musical américain Hot Dance Club Songs atteints par Madonna de ses débuts jusqu'en 2020 avec I Don't Search I Find dont le premiers vers du texte donne son nom à ce triple CD.

 



Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
FINALLY ENOUGH LOVE
Madona
CD, 19,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

El mundo del vintage

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)