- Musique

Eels à la Salle Pleyel : un show rock électrique généreux et un public aux anges !

Jean-Christophe Mary - 24 avril 2023
A 60 ans, Mark Oliver Everett et son groupe ont livré ce vendredi 21 avril à Pleyel, l'une de leurs plus belles prestation. Le public parisien était lui aux anges.

Il est un peu moins de 20h30. Entouré de The Chet (guitare), Koool G Murder (basse) et Knuckles (batterie), Mark Oliver Everett apparait sous les rayons roses et violets qui inondent la scène. Très smart, le chanteur à la dégaine un peu gauche, affiche pourtant un étonnant charisme. Dès les première mesures du show, sa présence théâtrale et ses étranges poses dégagent une aura, notamment lorsqu' il s'offre au public, bras en croix. Sur le plateau, par sa gestuelle singulière, l’américain est troublant. Au-delà de la beauté de son chant, de son registre de baryton à la puissance impressionnante qui n'a pas pris une ride depuis la parution de « Beautiful Freak » (1996), sa voix de crooner bluesman porte des mots intimes avec beaucoup d'émotion.

Costume rose, pantalon noir, cheveux hirsutes, barbe grisonnante et lunettes noires, ce soir la voix est à nu, puissante, rauque à souhait comme raclée par des nuits d’alcool, de cigarettes et de mauvais sommeil. Elle déclame, psalmodie, se fait menaçante ou résonne telle une prière. On croirait voir un prêcheur, béni ou maudit. Le show démarre sur « Steam Engine » du dernier album « Extreme Witchcraft » (Pias) sorti en 2022. Rock soul et blues d’entrée le ton d'un donné. Tandis que The Chet répète en boucle un ostinato blues et cisaillant à la guitare, la basse lourde de Koool G Murder bourdonne tandis que la batterie mise en avant claque derrière, de manière sèche et précise. Mark Oliver Everett contorsionne ses mots, dissèque chaque note entonnée. Entre deux chansons, il blague ce qui donne un côté cocasse, plein d'humour et de gravité, parfois étrange mais toujours bon enfant. Si les titres sous haute tension électrique dominent avec « Good Night on Earth », « The Gentle Souls », « Dog Faced Boy », « Peach Blossom », les moments forts sont les sublimes ballades « Who You Say You Are », « It's a Motherfucker », « That Look You Give That Guy », « Last Stop: This Town lou » sans oublier les émouvantes « Baby Let's Make It Real », « Jeannie's Diary ».

Immédiatement nous reviennent en tête les clips toujours très créatifs qui illustrent ces chansons. Très attendu, « Novocaïne for the Soul « le tube qui a fait plusieurs fois le tour du monde, reçoit l'ovation du public. Extrêmement intimiste, l’univers de Mark Oliver Everett aborde des sujets très personnels parmi lesquelles sa famille. Le décès de son père, le physicien Hugh Everett, en 1982 a marqué son écriture, tout comme le suicide de sa sœur et la maladie qui emporta sa mère. Ses petites comptines pop romantiques sont dans la veine des grands songwriters, les Leonard Cohen, Elvis Costello, Randy Newman. Le chanteur transforme la salle en une sorte de messe païenne, où à chaque titre, la ferveur du public monte d’un cran. Impossible de ne pas se laisser envoûter par ses narrations douce et folles entre chaque chanson. Le public aura droit à des reprises très réussies de « Me and the Boy » (NRBQ), « Watcha Gonna Do About It » (Small Faces ), « Drummer Man » (Nancy Sinatra) et le pastiche du « You Really Got Me » des Kinks devenu sous la plume d'Everett « My Beloved Monster ». Standing ovations, des bis sans fin et trois titres qui finiront de merveilleusement clôturer la soirée : la ballade rock « Wonderful, Glorious », la poignante « Earth to Dora » suivi d’une version héroïque de « God Gave Rock and Roll to You » sur les notes de laquelle le quatuor quitte la scène, face à un public droit debout, jubilant et applaudissant à tout rompre. Merci, Monsieur Everett.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Album Eels « Extreme Witchcraft »(Pias) 2022
11,60 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

El mundo del vintage

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)