- Vintage

La chionosphérophilie ou la folie des boules à neige

Marie Torres - 6 février 2018
Paysages, monuments, châteaux, personnages…Au fil du temps, la boule à neige a tout « englobé et enneigé » et, de simple souvenir de vacances, est devenue objet de collection très recherché. Comment ? Pourquoi ? Petit historique et rencontre avec le mystérieux « Môssieur Gustave ».
Au premier plan, la première boule à neige acquise par Môssieur Gustave

Si son apparition reste un peu trouble, peut-être à cause des tempêtes de neige qu’elle déclenche chaque fois qu’on la secoue un peu pour essayer de percer son secret, une chose est certaine : la première boule à neige est apparue lors d’une Exposition universelle.

Certains optent pour celle de 1878, durant laquelle le commissaire des États-Unis, un dénommé Charles Cole, aurait décrit d’étranges presse-papiers faits « de verre soufflé, emplis d'eau, montrant à l'intérieur une figurine d'homme s'abritant sous un parapluie. Ces boules contiennent aussi une poudre blanche qui, en retournant le presse-papier, tombe en imitant une tempête de neige ». D’autres pensent que c’est en 1889 à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris : la tour Eiffel, tout juste inaugurée, aurait été la première à être « englobée ».

Quoi qu’il en soit, la mode « boule à neige » était lancée ! Les premières années, leur thème est surtout religieux : cathédrales, vierges… En 1936, avec l’institution des congés payés, ce sont les monuments historiques ou les paysages de montagne qui sont « englobés ». La boule à neige devient LE souvenir à ramener de vacances. Et sa production s’accélère avec l’arrivée des matières plastique. Tout sera bon alors à être mis sous cloche et sous neige; la boule deviendra même un support publicitaire et fera le bonheur des collectionneurs.

Entretien avec Môssieur Gustave, du site Le Monde merveilleux des boulaneiges

Mais comment devient-on chionosphérophile, nom savant des doux dingues de boules à neige ? Le mystérieux – à moins que ce ne soit « la mystérieuse » Môssieur Gustave, à la tête du site Le Monde merveilleux des boulaneiges, nous fait pénétrer dans les secrets de sa collection.

Micmag.net : Comment avez-vous acquis votre première boule à neige ?

Môssieur Gustave : À l’occasion d’une blague qui a mal tourné ! C’était en 1998 ou 1999, je ne sais plus. À l'époque je voyageais pas mal avec mon ex-compagnon et on ramenait toujours un cadeau pourri pour ma meilleure amie. En vacances à Montréal, on a fait une virée à New York avec nos potes québécois et c'est là que le drame est arrivé : ma moitié est sorti triomphant d'une boutique à touristes en brandissant une boule à neige !

Micmag.net : Comment vos amis ont-ils réagi ?

Môssieu Gustave : Ces vils Québécois n'ont rien voulu entendre et se sont moqués de nous tout le reste du séjour, sans se priver de faire part de nos goûts douteux sur le Tchat que l'on fréquentait à l'époque. L'objet du litige n'a finalement jamais été offert et on a commencé à en recevoir d'un peu partout. J'ai donc monté un petit site pour montrer les pièces reçues et surtout me moquer des donateurs.

Micmag.net : Depuis, comment « vit » votre collection ?

Môssieu Gustave : Maintenant c’est surtout grâce à mon gang de brocanteuses folles (ma mère et mes deux tantes) que la collection prospère. Les amis ne sont pas oubliés et sont sommés de participer activement à chaque déplacement. Parfois, on me contacte pour récupérer des petites collections. Sauf pièce exceptionnelle, je n'achète plus sur les sites d'annonces ou d'enchères.

Micmag.net : Combien de boules à neige avez-vous ?

Môssieu Gustave : Tout cela nous amène à un petit 1 230 chefs-d’œuvre et objets dérivés : affiches, cartes postales, publicités…

Micmag.net : Où rangez-vous vos boules ?

Môssieu Gustave : Elles ont une pièce dédiée : The Musée. Au départ c'était ma chambre mais elles m'ont expulsé. Elles sont toutes religieusement exposées, les plus anciennes sous verre. Une petite anecdote sympa : un des deux derniers fabricants français de boules à neige, Bruot, a eu la gentillesse et l'humour de me faire MA boule à neige personnalisée.

Pour en savoir plus, consultez le site de Môssieur Gustave

Lire aussi :

"La symbolique de la boule à neige représente pour moi la chaleur et la sécurité d'un foyer"

Marie Torres pour www.micmag.net
1
2
3
  • La plus ancienne boule à neige, datée de l'exposition universelle de Paris de 1889
  • La collection de Môssieur Gustave
  • LA boule à neige du big boss !

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Salir en Paris (Pincha en el título)

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Ultima hora

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."