Lyon - Voix Libre

Les poules, les élus et l’art contemporain

Nicolle Esterolle - 29 juillet 2013
Nous sommes en présence de ce qu’il convient d’appeler, selon les formules consacrées dans le milieu, « une bousculade des conventions esthétiques » ou bien d’un « très pertinent et performatif questionnement sur le rapport à la dimension poulaillière des processus de légitimation ».

Je vous joins le lien vers cette video où l’on voit quelques poules s’ébattre dans une galerie d’art. C’est une exposition qui a lieu actuellement dans la galerie Marcel Duchamp, en Normandie : galerie subventionnée par la ville d’Yvetot, la DRAC et le Conseil Régional.

Voici le lien :  http://alternatif-art.com/vod/?p=531

 Avec cette « installation », nous sommes donc,  encore une fois, en présence de ce qu’il convient d’appeler, selon les formules consacrées dans le milieu, « une bousculade  des conventions  esthétiques », ou bien  « un bouleversement des codes sémantiques du discours sur l’art », ou bien d’une « subversion du binôme pensée-regard  », ou bien d’un « très pertinent  et performatif  questionnement   sur le rapport à la dimension poulaillière des  processus de légitimation »,", ou bien sur « le rôle socio-critique de l’espace public péri-urbain de diffusion culturelle », etc…Bref, nous avons donc affaire à une « performance » plutôt banale, comme on en a vu  des milliers d’autres dans les lieux institutionnels dédiés à cet art contemporain-là... Des milliers de répétitions ad nauseam du même type de provocation- dérision questionnante à tout va… et toujours  au frais du  contribuable français, qui cependant et heureusement pour lui, se désintéresse autant de  l’existence de poules « élevées en galerie » que de la progéniture volaillière de ce dindon-dandy qu’était Duchamp… Lequel Marcel,  n’intéressant plus qu’une toute petite communauté de ses descendants, dont la nation se doit  d’assurer la survie, par une assistance sous perfusion permanente d’argent public, pour remédier aux  effets tératogènes de l’inceste bureaucratique et  de la   consanguinité intertextuelle pratiqués depuis trente ans dans les réseaux de l’art institutionnel.

Alors pour contribuer à l’extinction de  cet éternel et pitoyable questionnement endogamique de la crétinerie par et sur elle-même, qu’est l’art dit contemporain et toutes ses déclinaisons  de type  élevage de poule, perroquets, pigeons, etc , voici ce que je vous propose : C’est que chacun de vous, chers lecteurs, en se plaçant dans le rôle de « lanceur d’alerte »,  envoie dans  un mail,  à tout ou partie de l’ensemble des parlementaires députés et sénateurs dont je vous fournis en pièces jointes le listing des adresses  mail, son souhait personnel que soit mise en place une commission d’enquête parlementaire sur les bienfaits et méfaits de l’action de l’ Etat en matière d’accompagnement, de soutien, de légitimation, de la création artistique d’aujourd’hui en France.

 Ainsi nous pourrons ensemble et massivement envoyer  à  chaque parlementaire, le message mail suivant :


Madame le Députée, Monsieur le Député

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

C’est en tant qu’artiste (galeriste, amateur d’art …), et après avoir été informé de l’existence d’un élevage  de poules comme œuvre d’art, dans un lieu institutionnel ( la galerie Duchamp à Yvetot),  que je vous adresse ici mon souhait personnel que soit mise en place une commission parlementaire pour une enquête sur l’action de l’ Etat en matière d’accompagnement, de soutien, de légitimation, de la création artistique d’aujourd’hui en France , caractérisée , selon moi par :

-   Une exclusion du champ de  la reconnaissance institutionnelle de 95% de la    production artistique actuelle, ainsi disqualifiée au profit des 5% de produits conformes à l’esthétique d’Etat et/ou du grand marché spéculatif.

-       Une destruction des valeurs et critères d’évaluation qui ont permis la constitution de notre  patrimoine artistique

-       Une collusion patente entre le dispositif public (Musées, FRAC, FNAC, etc) et le grand marché spéculatif privé. Avec ce que cela implique de mélange des genres, de conflits d’intérêts, à l’intérieur de ce système.

 -       Une constitution, une conservation et une gestion ahurissantes des collections publiques d’art contemporain de tous types et à tous les niveaux… le tout accompagné du désintérêt croissant du public (voir le rapport de l’IFRAP)

 -       Une disqualification systématique, menée depuis trente ans par l’appareil d’Etat, à travers son réseau de conseillers, commissaires, inspecteurs de la création, etc ., qui noyautent les instances d’achat et d’évaluation, de tout ce qui est d’ l’ordre de la mise en forme sensible, du savoir – faire, du métier, du dessin, de la peinture-peinture, etc. pour privilégier l’art conceptuel, discursif et d’attitude de type élevage de poules .

 -       Une destruction de la substance-même de l’art, pour placer l’enseignement de celui-ci au seul service d’un marketing culturel lié à des   stratégies de communication et /ou de placement financier, nécessitant une survalorisation du spectaculaire et de l’événementiel au détriment du contenu.

 -       Une omerta totale sur le sujet, de la part des grands médias et de la grande critique historiciste de l’art.

 Ainsi, chers lecteurs, si chacun de vous peut envoyer ce mail à nos parlementaires, augmenté  de ses propres remarques et suggestions, nous contribuerons, je l’espère, au réveil de l’attention et de la responsabilisation du politique, sur un important problème de société  qu’il est le seul à pouvoir régler parce que  né de son désintérêt…et nous ferons acte citoyen .

Il faut avertir  et responsabiliser les élus et les politiques. Les culpabiliser même, car c’est à cause de leur lâche refus de voir et d’intervenir que la situation ne cesse de se dégrader.

Soutenez Claudius de l’Affabuloscope du Mas d’Azil

http://www.affabuloscope.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=325&Itemid=40

Envoyer - lui l’expression de votre sympathie, passez voir son fabuleux lieu et, auparavant,  visitez absolument  son site internet.

Témoignage d’un lecteur : Je pense qu'il aura vraiment besoin de soutien et j'insiste, il n'imagine même pas où il met les pieds... Aucun média local n'a traité cette affaire parce qu'ils sont muselés par le pouvoir! Sera bientôt utilisé contre lui tout un arsenal "légal" de répression visant à le fragiliser psychologiquement... Ce monde est une véritable mafia (argent, pouvoir) où les conflits d'intérêts, contrats avec soi-même et autres cooptations sont monnaie courante... Sans parler que ces gens de pouvoir portent plus de dix casquettes - experts, politiciens, journalistes, responsables du développement local... Le but dans tout ça? Flatter l'égo malade de gens qui n'auraient rien fait de leur vie s'ils n'avaient pas quitté la ville... Imaginez les belles rencontres que ça peut offrir, l'art con à la campagne! D'un seul coup, on passe de rmiste à reine et roi!


Ce que personne ne pense jamais à chercher? Les histoires d'argent... il suffirait de gratter un peu, de demander des justifications - car ce ne sont pas des fonds privés qui servent à boucher cette grotte, mais d'abondantes subventions accordées par des non-experts sur la foi de boniments fumeux de quelque diplômé en art se prétendant seul expert valide du département... des gens qui savent mieux que vous et moi ce qui est bon pour nous, ce qu'est le "vrai art", ou ce qui est "ringard"
».

Voici le contact de Claudius :  Esta dirección electrónica esta protegida contra spambots. Es necesario activar Javascript para visualizarla

Allez sur internet !

Vous pouvez retrouver ces chroniques en allant sur les sites :

Mon site officiel : www.schtroumpf-emergent.com

Sur le site québéquois http://levadrouilleururbain.wordpress.com/2013/07/22/les-poules-et-lart-contemporain%E2%80%8F-par-nicole-esterolle-from-paris/

http://levadrouilleururbain.wordpress.com/2013/07/01/cest-officiel-marcel-duchamp-nest-plus-contemporain-par-nicole-esterolle/,

sur Mic Mag, le magazine des médias libres :www.micmag.net/es/voz-libre ,





  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

El mundo del vintage

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)