Lyon - Voix Libre

Les poules, les élus et l’art contemporain

Nicolle Esterolle - 29 juillet 2013
Nous sommes en présence de ce qu’il convient d’appeler, selon les formules consacrées dans le milieu, « une bousculade des conventions esthétiques » ou bien d’un « très pertinent et performatif questionnement sur le rapport à la dimension poulaillière des processus de légitimation ».

Je vous joins le lien vers cette video où l’on voit quelques poules s’ébattre dans une galerie d’art. C’est une exposition qui a lieu actuellement dans la galerie Marcel Duchamp, en Normandie : galerie subventionnée par la ville d’Yvetot, la DRAC et le Conseil Régional.

Voici le lien :  http://alternatif-art.com/vod/?p=531

 Avec cette « installation », nous sommes donc,  encore une fois, en présence de ce qu’il convient d’appeler, selon les formules consacrées dans le milieu, « une bousculade  des conventions  esthétiques », ou bien  « un bouleversement des codes sémantiques du discours sur l’art », ou bien d’une « subversion du binôme pensée-regard  », ou bien d’un « très pertinent  et performatif  questionnement   sur le rapport à la dimension poulaillière des  processus de légitimation »,", ou bien sur « le rôle socio-critique de l’espace public péri-urbain de diffusion culturelle », etc…Bref, nous avons donc affaire à une « performance » plutôt banale, comme on en a vu  des milliers d’autres dans les lieux institutionnels dédiés à cet art contemporain-là... Des milliers de répétitions ad nauseam du même type de provocation- dérision questionnante à tout va… et toujours  au frais du  contribuable français, qui cependant et heureusement pour lui, se désintéresse autant de  l’existence de poules « élevées en galerie » que de la progéniture volaillière de ce dindon-dandy qu’était Duchamp… Lequel Marcel,  n’intéressant plus qu’une toute petite communauté de ses descendants, dont la nation se doit  d’assurer la survie, par une assistance sous perfusion permanente d’argent public, pour remédier aux  effets tératogènes de l’inceste bureaucratique et  de la   consanguinité intertextuelle pratiqués depuis trente ans dans les réseaux de l’art institutionnel.

Alors pour contribuer à l’extinction de  cet éternel et pitoyable questionnement endogamique de la crétinerie par et sur elle-même, qu’est l’art dit contemporain et toutes ses déclinaisons  de type  élevage de poule, perroquets, pigeons, etc , voici ce que je vous propose : C’est que chacun de vous, chers lecteurs, en se plaçant dans le rôle de « lanceur d’alerte »,  envoie dans  un mail,  à tout ou partie de l’ensemble des parlementaires députés et sénateurs dont je vous fournis en pièces jointes le listing des adresses  mail, son souhait personnel que soit mise en place une commission d’enquête parlementaire sur les bienfaits et méfaits de l’action de l’ Etat en matière d’accompagnement, de soutien, de légitimation, de la création artistique d’aujourd’hui en France.

 Ainsi nous pourrons ensemble et massivement envoyer  à  chaque parlementaire, le message mail suivant :


Madame le Députée, Monsieur le Député

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

C’est en tant qu’artiste (galeriste, amateur d’art …), et après avoir été informé de l’existence d’un élevage  de poules comme œuvre d’art, dans un lieu institutionnel ( la galerie Duchamp à Yvetot),  que je vous adresse ici mon souhait personnel que soit mise en place une commission parlementaire pour une enquête sur l’action de l’ Etat en matière d’accompagnement, de soutien, de légitimation, de la création artistique d’aujourd’hui en France , caractérisée , selon moi par :

-   Une exclusion du champ de  la reconnaissance institutionnelle de 95% de la    production artistique actuelle, ainsi disqualifiée au profit des 5% de produits conformes à l’esthétique d’Etat et/ou du grand marché spéculatif.

-       Une destruction des valeurs et critères d’évaluation qui ont permis la constitution de notre  patrimoine artistique

-       Une collusion patente entre le dispositif public (Musées, FRAC, FNAC, etc) et le grand marché spéculatif privé. Avec ce que cela implique de mélange des genres, de conflits d’intérêts, à l’intérieur de ce système.

 -       Une constitution, une conservation et une gestion ahurissantes des collections publiques d’art contemporain de tous types et à tous les niveaux… le tout accompagné du désintérêt croissant du public (voir le rapport de l’IFRAP)

 -       Une disqualification systématique, menée depuis trente ans par l’appareil d’Etat, à travers son réseau de conseillers, commissaires, inspecteurs de la création, etc ., qui noyautent les instances d’achat et d’évaluation, de tout ce qui est d’ l’ordre de la mise en forme sensible, du savoir – faire, du métier, du dessin, de la peinture-peinture, etc. pour privilégier l’art conceptuel, discursif et d’attitude de type élevage de poules .

 -       Une destruction de la substance-même de l’art, pour placer l’enseignement de celui-ci au seul service d’un marketing culturel lié à des   stratégies de communication et /ou de placement financier, nécessitant une survalorisation du spectaculaire et de l’événementiel au détriment du contenu.

 -       Une omerta totale sur le sujet, de la part des grands médias et de la grande critique historiciste de l’art.

 Ainsi, chers lecteurs, si chacun de vous peut envoyer ce mail à nos parlementaires, augmenté  de ses propres remarques et suggestions, nous contribuerons, je l’espère, au réveil de l’attention et de la responsabilisation du politique, sur un important problème de société  qu’il est le seul à pouvoir régler parce que  né de son désintérêt…et nous ferons acte citoyen .

Il faut avertir  et responsabiliser les élus et les politiques. Les culpabiliser même, car c’est à cause de leur lâche refus de voir et d’intervenir que la situation ne cesse de se dégrader.

Soutenez Claudius de l’Affabuloscope du Mas d’Azil

http://www.affabuloscope.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=325&Itemid=40

Envoyer - lui l’expression de votre sympathie, passez voir son fabuleux lieu et, auparavant,  visitez absolument  son site internet.

Témoignage d’un lecteur : Je pense qu'il aura vraiment besoin de soutien et j'insiste, il n'imagine même pas où il met les pieds... Aucun média local n'a traité cette affaire parce qu'ils sont muselés par le pouvoir! Sera bientôt utilisé contre lui tout un arsenal "légal" de répression visant à le fragiliser psychologiquement... Ce monde est une véritable mafia (argent, pouvoir) où les conflits d'intérêts, contrats avec soi-même et autres cooptations sont monnaie courante... Sans parler que ces gens de pouvoir portent plus de dix casquettes - experts, politiciens, journalistes, responsables du développement local... Le but dans tout ça? Flatter l'égo malade de gens qui n'auraient rien fait de leur vie s'ils n'avaient pas quitté la ville... Imaginez les belles rencontres que ça peut offrir, l'art con à la campagne! D'un seul coup, on passe de rmiste à reine et roi!


Ce que personne ne pense jamais à chercher? Les histoires d'argent... il suffirait de gratter un peu, de demander des justifications - car ce ne sont pas des fonds privés qui servent à boucher cette grotte, mais d'abondantes subventions accordées par des non-experts sur la foi de boniments fumeux de quelque diplômé en art se prétendant seul expert valide du département... des gens qui savent mieux que vous et moi ce qui est bon pour nous, ce qu'est le "vrai art", ou ce qui est "ringard"
».

Voici le contact de Claudius :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Allez sur internet !

Vous pouvez retrouver ces chroniques en allant sur les sites :

Mon site officiel : www.schtroumpf-emergent.com

Sur le site québéquois http://levadrouilleururbain.wordpress.com/2013/07/22/les-poules-et-lart-contemporain%E2%80%8F-par-nicole-esterolle-from-paris/

http://levadrouilleururbain.wordpress.com/2013/07/01/cest-officiel-marcel-duchamp-nest-plus-contemporain-par-nicole-esterolle/,

sur Mic Mag, le magazine des médias libres :www.micmag.net/es/voz-libre ,





  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Yesterday, la chanson la plus reprise de tous les temps

 Si « Yesterday » des Beatles est la chanson la plus reprise et la plus jouée de tous les temps, elle n'était à l'origine qu'une... recette de cuisine. Comment transformer des oeufs brouillés en un des plus gros succès musicaux du XXe siècle ? Micmag vous dit tout... Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au dimanche 13 mars 2022
Samuel Fosso

La Maison Européenne de la Photographie (MEP) présente, pour la première fois en France, une exposition rétrospective consacrée à Samuel Fosso réunissant plus de 300 tirages du dandy africain. Lire la suite, ici.


Maison européenne de la photographie
5-7 rue de Fourcy
Paris 4e
Métro : Saint-Paul ou Pont Marie
6 à 10 euros

BRÈVES

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.