USA correspondance - 

Woodstock, elle y était et nous raconte son inoubliable souvenir

Par karlsie- Subversify.com - 
Nous connaissons l'histoire. Nous étions un demi-million à notre arrivée à Woodstock. Mais pour les générations qui ont grandi et perdu la trace "du flower power", cela peut être difficile de comprendre ce qui nous a amené à Woodstock, car le "flower spirit" était dans tous les esprits.

Woodstock fut sans aucun doute le plus grand phénomène musical du XXe siècle. 1969 fut un été de croyance. Un été magique.  A poussé comme des champignons, une culture d'amour et de paix pour baigner les têtes fatiguées du combat dans la douce célébration de la vie.

Les enfants-fleurs étaient une curieuse révolution contre-culturelle. Ils avaient grandi dans des foyers où les femmes faisaient tourner l'industrie américaine tandis que leurs hommes partaient à la guerre.  Nombre d'entre elles choisissant encore une carrière parfois un rôle de femme de ménage. Leurs mères portaient des pantalons, pratiquaient des sports et prenaient une part active au mouvement des femmes. Les enfants fleurs ont célébré leur féminité.

#2 Comment nous avons dansé… Comment nous avons sauté et tourné

Les enfants-fleurs ont semé la révolution hippie. Les mêmes filles de treize ans qui avaient crié et pleuré lors de la première apparition des Beatles avec une poignée de chansons d'amour dansantes et agréables, ont troqué leurs mini-jupes contre des robes jusqu'aux chevilles quelques années plus tard, et leurs casquettes et bottes en vinyle assorties. pour perles et bracelets.

Les jeunes hommes qui les accompagnaient étaient magnifiques. Ils avaient les cheveux longs et portaient des chemises moelleuses à volants. Ils parlaient doucement et marchaient doucement. Ils étaient passionnants.

# 3 Ils portaient des fleurs dans leurs cheveux

Ils croyaient que la paix avait une chance. Là où ils dérivaient, ils laissaient un éclat, une touche de couleur. Les gens ont changé. Ils s'habillaient de manière plus décontractée et étaient plus amicaux les uns envers les autres. Certains ont copié les enfants-fleurs sans vraiment les comprendre. Certains ont compris et suivi.

La musique a changé. Au fur et à mesure que les Beatles évoluaient, le rock and roll aussi, avec des sons allant de plus en plus haut jusqu'à ce qu'ils semblent planer sur des ailes et que les enfants-fleurs dansent toujours.

#4 Nous pensions pouvoir toucher le ciel

La musique était à l'intérieur de nous. Les musiciensavaient de la une voix. Nous avons compris. C'était un échange. Nous avons donné notre énergie. Ils en ont profité pour chercher plus haut. Nous avons répondu avec joie, avec des larmes d'émotion. Enchevêtrés et profonds, lumineux et joyeux, de longs accords s'enroulant les uns sur les autres, le rythme primaire des forêts s'est glissé dans nos esprits et en a été extrait par des artistes talentueux.

Nous avons pigé la cuisine simple des poètes et la symphonie électrique de Jimmy Hendricks. Les gardiens de la paix, les visionnaires, les anges de l'amour. Nous les avons tous embrassés, Mélanie avec ses patins à roulettes, les tons flamboyants de Terre, Vent et Feu.

#5 Janis Joplin était notre reine

La femme préféministe et rock and roll était en train de se forger une nouvelle identité. Elle était devenue mal à l'aise avec le matérialisme et les apparences socialement acceptables. Beaucoup avaient expérimenté différents types de relations, notamment des expériences bisexuelles, des mariages de groupe et la cohabitation. Ils avaient appris à aimer librement, facilement, sans réserve, mais n'avaient pas appris à fermer la vanne lorsque les choses tournaient mal. Ils n’avaient pas appris à arrêter de souffrir.

Nous avons suivi les gémissements gutturaux de Joplin dans la nuit parce que nos cœurs connaissaient son désespoir. Nous connaissions le voyage dans les ténèbres. Nous connaissions ceux qui les avaient touchés trop profondément pour les oublier, souhaitant désespérément pouvoir ou du moins ramener les bons moments pour à nouveau pour les savourer.

Notre objectif était d'aimer complètement

Bien que définie comme la Révolution sexuelle, pour les préféministes de la fin des années 1960, il ne s'agissait pas tant de libérer leur corps que de libérer leur amour. Il s’agissait d’examiner à quel point ils pouvaient s’aimer avec toutes leurs bosses, leurs verrues et leurs mauvaises habitudes.

Les femmes préféministes ont noué des relations étroites les unes avec les autres. Ils ont partagé leurs rêves, leurs promesses non tenues, leurs expériences quotidiennes, leurs espoirs pour l'avenir. Ils se soutenaient mutuellement. Ils ont élevé leurs enfants ensemble selon des systèmes de valeurs communes. Pour certains, c'était la drogue, le sexe et le rock'n'roll. Pour d’autres, c’était avant tout une question de musique.

Tout ce que nous pourrions imaginer

D’une certaine manière, c’était le meilleur moment pour être une femme, surtout si vous étiez une femme artiste. Toutes les frontières avaient été supprimées sur ce qu'une femme ne pouvait pas faire, et c'était à nous de découvrir tout ce que nous pouvions faire dans un monde traditionnellement masculin.

Les artistes de hard rock, traditionnellement dominés par les hommes, se déplaçaient pour laisser la place à Grace Slick et au Jefferson Airplane. Tina Turner dominait Soul. Yoko Ono commençait à s'épanouir, malgré l'opposition précoce à son partenariat avec John Lennon. Dans le domaine de la peinture corporelle, du tatouage, du van art et des peintures murales, les femmes artistes constituaient une joyeuse inclusion, même si leurs expériences ne les préparaient pas à un environnement commercial. Puisque le succès commercial n’était pas leur priorité, cela n’avait pas d’importance.

Ce qui comptait, c'était notre connexion les uns avec les autres

Plus nous tendions la main, plus nous grandissions. Nous portions des robes gonflées à motif cachemire. Nous étions les pieds nus du printemps. Nous étions des conseillers spirituels. Nous étions mère, fille et sœur, toutes en une seule. Nous avons été valorisés. Nous avons brillé dans toute notre gloire féminine. Et il n’y avait rien de plus glorieux que l’unité que nous partagions. L'unité nous a conduits à Woodstock.

On pourrait affirmer que Woodstock a connu un tel succès en raison du nombre de grands noms du rock and roll alignés pour attirer les fans. On pourrait dire que c’est dû au marketing stratégique. La vérité est que ce n’était pas vraiment comme ça. Les analystes les plus optimistes prévoyaient seulement un quart du taux de participation réel.

Woodstock s'était déjà formé dans l'esprit collectif des adeptes du rock and roll bien avant son introduction sur papier. La population jeune de passage, voyageant d'un océan à l'autre en autobus, en voiture, en fourgonnette ou en auto-stop, a annoncé la nouvelle du concert plus rapidement que n'importe quel fil électronique.…Une balise de retour pour ceux qui ont perdu la trace des enfants-fleurs. Il restait une vision de la première fois où ils sont venus. Comment ils se déplaçaient dans les rues. Comment le soleil les trouvait toujours. Comment ils vous ont touché. Comment ils ont souri. Ils se faufilèrent à travers les villes comme des pissenlits soufflés doucement et disparurent.

Quelques semaines avant la diffusion du concert, la côte Est palpitait d’attente. Presque tous les parcs et autres lieux publics suffisamment adaptés pour gratter une guitare ou pratiquer de la flûte étaient animés de musique. Des groupes mineurs ont suivi des groupes majeurs, organisant des concerts spontanés dans l'espoir d'un avis favorable.

Au cours des dernières semaines, des migrations de hippies venant de tous les coins des États-Unis avaient afflué vers les montagnes Catskill. Les phénomènes avaient commencé.

1
2
3
4
5
6
7
8

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

El mundo del vintage

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)