Paris - Agenda

l'Elixir d'Amour

Jean-Christophe Mary - 26 octobre 2018
Cette nouvelle distribution de "Elixilir d’Amour" est un piège infaillible qui devrait soulever passion et enthousiasme !

Nous sommes au milieu des années 1960, dans un petit village, perdu au coeur la campagne italienne. Sur scène côté jardin, une auberge posée sur une route que traverse tantôt un chien tantôt, des amoureux chevauchants leurs mobylettes d’une autre époque Côté cour, une énorme montagne de meules de foin, fraichement coupées. Rien d’autre. Ainsi démarre la mise en scène de Laurent Pelly. Un paysage si désertique que l’arrivée vrombissante du « docteur » Dulcamara à bord de son camion laboratoire, fait sensation. Et pour cause ! Il se dit que le « docteur » Dulcamara serait l’inventeur d’un mystérieux philtre d’amour… Parfois les philtres d’amour provoquent de terribles tragédies. Surtout quand le philtre en question n’est qu’un bon vin de bordeaux associé à un puissant psychotrope. Un philtre d’amour qui sera le fil conducteur de cette comédie tendre où le sergent Belcore et le timide Nemorino vont se disputer le coeur de la belle Adina. Le décor est planté.

Ecrit en quatorze jours seulement par Gaetano Donizetti (partition) et de Felice Romani (livret), L'Elisir d’amore (L'Élixir d'amour) est un opéra en deux actes tiré du livret écrit par Eugène Scribe. Il a été joué pour la première fois au Teatro della Canobbiana de Milan le 12 mai 1832 .

Pour le néophyte, cet opéra est l’un des plus accessibles du rértoire classique. Pour cette nouvelle distribution, Vittorio Grigoloun interprête un Nemorino qui allie belle musicalité à un jeu d’acteur remarquable. La voix est puissante, les aiguées dotés d’une belle brillance. Dans la seconde partie, le ténor italien monte en puissance et fait des merveilles sur scène.

Le personnage d’Adina, riche et belle fermière, campé par Lisette Oropesa est pétillant à souhait. La soprano virevolte comme une elfe sur le plateau pleine de charme, de malice et fait des étincelles vocales dans le registre du belcanto. Gabriele Viviani endosse lui le rôle du bouffon, celui du "Docteur Dulcamara" avec de très belles basses et une grande aisance scénique. Les plateau et les costumes de Chantal Thomas nous replongent dans la campagne italienne des 60’s entre réalisme champêtre et un fantastique onirique avec ce décor monumental fait de meules de foin qui fait de cette histoire, une comédie loufoque pleine de vitalité, criante de vérité sur les rapports amoureux.

Cette reprise est un triomphe annoncé aussi pour la scénographie colorée et vitaminée de Laurent Pelly, réputé pour le souffle et la précision de ses mises en scène. Pensez à réserver....

En quelques mots....

Un élixir légendaire
L’Elixir du Dr Dulcamara fait référence à la légende de Tristan et Iseult quand ils boivent par erreur un philtre qui transforme leur haine réciproque en un amour passionné. En 1863, le chimiste Angelo Mariani développe une « boisson tonique » dite « vin tonique Mariani » censée procurée à ses consommateurs une inépuisable vigueur. L’analyse révèle que cette boisson, vendue par correspondance et qui connut un énorme succès en Europe, est un mélange de vin et de Bordeaux et de cocaïne.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
L'Elixir d'amour
Eugène Scribe
Opéra Bastille
Place de la Bastille, 12e
Du 25 octobre au 25 novembre 2018
Durée : 2h45 avec 1 entracte
19 h 30
A partir de 125,50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net