- Agenda

La Mort de Danton de Georg Büchner à la Comédie Française

Jean-Christophe Mary - 1er février 2023
A la Comédie Française,on rejoue la Révolution et plus particulièrement la période de la Terreur avec la pièce du dramaturge allemand George Büchner. Jouée pour la toute première fois à la salle Richelieu, La Mort de Danton est portée par le duo magistral Loïc Corbery et Clément Hervieu-Léger.

Nous sommes le 5 avril 1794. L’action se déroule sur les cinq jours qui précédent l’exécution de Danton, Desmoulins, Lacroix, Philippeau et Hérault Séchelles. La Terreur emmenée par Robespierre et Saint-Just fait couler le sang. Danton préconise lui une pause dans les exécutions. Deux groupes vont s’opposer sur la finalité d’un soulèvement populaire : les partisans de Danton approuvent la révolution et souhaitent que les mesures prises par Robespierre cessent pour abréger les souffrances du peuple, tandis que les disciples de Robespierre eux ne pensent qu’à la vertu de l’acte révolutionnaire.

En s’appuyant sur les faits historiques, Georg Büchner déroule un drame lyrique à travers une suite de scènes de rue, de prison, d’assemblée de prétoire, de salon et de boudoirs dans un lieu unique. Les personnages Danton, Desmoulins, Lacroix, Philippeau et Hérault Séchelles, pour la plupart des trentenaires , vont être confrontés à leurs croyances et leurs déceptions lorsque leurs idéaux n’ont pas abouti. Et c'est la toute la complexité de cette période de l'histoire de France. Il n’y a pas d’un côté les bons et les mauvais. Chacun des personnages est à un moment de son rapport face à la révolution, très différent. Danton a beaucoup donné, mais s’est beaucoup perdu. La pièce raconte l’avènement de Robespierre.

La grande qualités du travail du metteur en scène Simon Delétang réside dans la lisibilité totale de l’intrigue, la compréhension fine qui s’en dégage. Le décors unique, un vaste intérieur aristocratique, propose une "vision romantique allemande" de la révolution française un lieu clos qui enferme l’intrigue comme pour mieux la soumettre à une dissection froide. Un procédé élégant et stylisé qui impose une intimité et une proximité dans ce drame d’alcôve qui alterne entre discours révolutionnaires enflammés et scènes de marivaudage.

La bande originale du musicien et sculpteur de sons Nicolas Lespagnol-Rizzi, une bande musicale qui vous colle des frissons, mets en valeur un texte est aussi sombre que les angoisses et les souffrances qu'il décrit. La pièce évoque le mode d'une génération insatisfaisante et décadente, peut-être déjà morte, avec l’envie de défendre la vertu et la raison, aussi bien dans le champ politique que dans celui de l'intime. Par moments, l'œuvre frise avec le documentaire. Cette fatalité que décrit la pièce, c'est la destruction d'une jeune génération par elle même. Le suicide politique de Danton est comme un suicide collectif. Pour que la République naisse, il faut que quelque chose finisse, et ce sacrifice là va permettre à la société d'avancer en se débarrassant de ceux qui à un moment ont rêvé d'un autre monde. Moment singulier du spectacle, alors que l’on coupe des têtes, les personnages entonnent La Marseillaise. Le chant patriotique raisonne alors différemment sur la scène du Français. L'hymne national a été tellement récupéré (notamment dans les grandes manifestations sportives!), que replacée dans son contexte, cette scène glaçante où les protagonistes entonnent à plein poumons le texte de Rouget de Lisle en devient très violente et porte en nous une interrogation : quelle est la place de l’homme face à la mort ? Et c’est tout l’intérêt de la pièce de Büchner qui revisite cet épisode, certainement l'un des plus sanglants de la révolution française.

Outre le duo absolument magistral Loïc Corbery (Danton) et Clément Hervieu-Léger (Robespierre !), on salue le travail de la troupe du Français, comédiens mais également chanteurs, mimes et danseurs, tous plus fascinants les uns que les autres dans leurs interprétations respectives. De Julie Sicard à Anna Cervinka en passant par Marina Hands, de Nicolas Lormeau à Guillaume Gallienne à en passant par Julien Frison, Christian Gonon, Vincent Breton ou Olivier Debbasch (qui endossent chacun 7 rôles !), tous apportent aux dialogues verve, sensualité, et émotion.

Avec ce décor unique qui devient tour à tour une rue, un salon, un boudoir, un tribunal, un cachot ou un lieu de d’exécution et ces magnifiques costumes d'époque signés Marie Frédérique Fillion, Simon Delétang signe là une mise en scène sobre et très efficace. Dépêchez-vous de réserver.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net / Photos : Christophe Raynaud de Lage
La Mort de Danton
Georg Büchner
Jusqu’au 4 juin 2023
A la Comédie-Française
Place Colette Paris

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Elliott Murphy célèbre ses 75 ans à Paris le 1er mars prochain !

Elliott Murphy fête ses 75 ans le 1er mars prochain à Paris, au New Morning...

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

VINTAGE & COLLECTIONS

La Saint Valentin dans tous ses états !

 La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


BRÈVES

Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)
 
Il y a 60 ans, les Stones sortaient leur premier 45 T
Le 7 juin 1963, les Rolling Stones sortaient leur premier 45 t, "Come On" une adaptation de Chuck Berry. Le 31 juillet, il atteint la 21e place des hit-parades. L'incroyable histoire des Stones est en marche… Elle roule toujours... Lire plus, ici.