Paris - Sortir à Paris

Nathalie Dessay embrase le Théâtre du Châtelet d’une noirceur fiévreuse

Jean Christophe Mary - 23 mars 2016
Après « Into the Woods » (2014), Jean-Luc Choplin, le directeur du Châtelet s’est donné pour mission de nous faire (re) découvrir le travail de Stephen Sondheim. « Passion », cette saison, est l’une des œuvres les plus atypique du compositeur américain. Jusqu'au 24 mars 2016.

Nathalie Dessay incarne Fosca et Ryan Silverman est Giorgio Bachetti. ©Théâtre du Châtelet

Stephen Sondheim a retranscri l’histoire entre la théâtralité familière d’un musical et l’extravagante flamboyance d’un opéra, créant une œuvre qui s’avère être un petit bijou lyrique. La partition enchaîne les envolées mélodiques pour exprimer, crescendo, les émotions extrêmes des personnages.

Tiré du livre d’Iginio Ugo Tarchetti, écrivain italien du XIXe siècle, puis adapté au cinéma par Ettore Scola en 1981 sous le titre Passione d’amore, Passion raconte l’histoire d’un bel officier qui, au départ pris de passion pour sa jeune et belle maîtresse Clara, va tomber amoureux d’une femme laide, violente et désespérée. L’intrigue et l’embrasement des sentiments montent crescendo à travers les échanges de lettres entre ces trois protagonistes.

Dès le premier acte, le rideau se lève sur une scène d’amour torride

Clara est belle, Fosca est laide, minée par une mélancolie maladive et sujette à de violentes crises d'hystérie. Son cousin, le colonel Ricci, qui commande la garnison du nord de l’Italie où Giorgio a été muté, veille sur elle. Fosca tombe passionnément amoureuse du jeune militaire… Dès le premier acte, le rideau se lève sur une scène d’amour torride entre le capitaine Giorgio Bachetti et sa maîtresse, la ravissante Clara.

Dès les premières mesures, nous voilà plongé au cœur de l’intrigue de cette tragédie musicale qui se développe dans une tension permanente entre les trois personnages principaux Giorgio, Clara et Fosca. Scène après scène, nous sommes les témoins d’une sombre et tragique  histoire d’amour où la psyché malade, la douleur et la folie conduiront l'héroïne à la mort. 

Des toiles noires et blanches géantes scindent l’espace comme des écrans et recouvrent le plateau dénudé. Ici le décor est sobre, sans artifice, comme pour mieux laisser transparaître la « passion » dévorante de Fosca interprétée magnifiquement par Nathalie Dessay.

Fosca, femme hystérique et malheureuse

Durant une heure quarante-cinq, sans entracte, la mise en scène est réglée au millimètre, comme dans un long métrage, rythmée par ces envolées de mélodies radieuses régulièrement entrecoupées des roulements de tambours nous rappelant à la réalité que l’histoire se déroule dans une caserne. L’interprétation de Nathalie Dessay est saisissante en Fosca femme hystérique et malheureuse qui harcèle Giorgio jusque dans ces rêves et devient cet ange de la mort aux ailes déployées magnifiques. La soprano lyrique donne de la gravité à cette femme fragile qui vit sa vie par procuration.

C’est joué, chanté, crié avec un tel engagement, qu'on ne peut qu’être saisi par l’histoire tragique de son personnage Fosca. Mais bien sûr ce bel ensemble repose avant tout sur la magnifique partition de Sondheim, sur ces mélodies inoubliables. Le librettiste de West Side Story démontre une fois encore ce don certain pour les belles mélodies, les arrangements symphoniques éblouissants. On se délecte aussi de cette somptueuse chorégraphie quand la jeune Fosca raconte l’histoire tragique de sa vie qui l’aura menée à la folie. 

Comédienne sensible aux histoires d’amour et aux sentiments extrêmes, Fanny Ardant signe une mise en scène très sobre invitant le spectateur à se concentrer sur le jeu et la musique. Si on ajoute à cela les décors noir et blanc de Guillaume Durrieu, les magnifiques costumes d’époque de Milena Canonero et une direction d’orchestre confiée à Andy Einhorn, on ressort hypnotisé, pris par le charme vénéneux de cette belle production. Et comme le dit Fosca « Mourir aimée, c’est avoir vécu. »

Jean Christophe Mary pour www.micmag.net 


Théâtre du Châtelet. Place du Châtelet, 75 001 Paris.
Tél. 01 40 28 28 40.
À 15 h , 16 h et 20 h.
De 25 à 89 €. Jusqu'au 24 mars 2016

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Eté 1967, les Procol Harum sortent le "slow qui tue", "A Whiter Shade of Pale", une des chansons les plus diffusées de ces dernières années et une des plus reprises. Et la dernière version se trouve dans le nouvel album de Santana,"Blessings and Miracles". Lire la suite, ici.


SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au dimanche 2 janvier 2022
Dalí, l'énigme sans fin

L'Atelier des Lumières vous propose jusqu'au 2 janvier 2022 une balade dans les oeuvres du plus insaisissable des Catalans, Salvator Dali. Une exposition immersive sur une bande son des Pink Floyd. A ne pas rater. Lire la suite, ici.



ATELIER DES LUMIÈRES
38 RUE SAINT-MAUR
PARIS 11E
16 EUROS

BRÈVES

Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.
 
Une anthologie sur Jim Morrison bientôt en librairie
Massot Editions et Harper Collins annoncent la parution d’une anthologie de textes sur Jim Morrison, à l'occasion du 50e anniversaire de sa disparition.
 
Inquiétante montée de l'extrême-droite en Espagne
Des balles ont été adressées par courrier à des personnalités  politiques du pays. Ce qui va de pair avec la haine proclamée contre la gauche par des mandataires de Vox (extrême-droite), le parti qui monte outre Pyrénées.