Paris - Sortir à Paris

Nathalie Dessay embrase le Théâtre du Châtelet d’une noirceur fiévreuse

Jean Christophe Mary - 23 mars 2016
Après « Into the Woods » (2014), Jean-Luc Choplin, le directeur du Châtelet s’est donné pour mission de nous faire (re) découvrir le travail de Stephen Sondheim. « Passion », cette saison, est l’une des œuvres les plus atypique du compositeur américain. Jusqu'au 24 mars 2016.

Nathalie Dessay incarne Fosca et Ryan Silverman est Giorgio Bachetti. ©Théâtre du Châtelet

Stephen Sondheim a retranscri l’histoire entre la théâtralité familière d’un musical et l’extravagante flamboyance d’un opéra, créant une œuvre qui s’avère être un petit bijou lyrique. La partition enchaîne les envolées mélodiques pour exprimer, crescendo, les émotions extrêmes des personnages.

Tiré du livre d’Iginio Ugo Tarchetti, écrivain italien du XIXe siècle, puis adapté au cinéma par Ettore Scola en 1981 sous le titre Passione d’amore, Passion raconte l’histoire d’un bel officier qui, au départ pris de passion pour sa jeune et belle maîtresse Clara, va tomber amoureux d’une femme laide, violente et désespérée. L’intrigue et l’embrasement des sentiments montent crescendo à travers les échanges de lettres entre ces trois protagonistes.

Dès le premier acte, le rideau se lève sur une scène d’amour torride

Clara est belle, Fosca est laide, minée par une mélancolie maladive et sujette à de violentes crises d'hystérie. Son cousin, le colonel Ricci, qui commande la garnison du nord de l’Italie où Giorgio a été muté, veille sur elle. Fosca tombe passionnément amoureuse du jeune militaire… Dès le premier acte, le rideau se lève sur une scène d’amour torride entre le capitaine Giorgio Bachetti et sa maîtresse, la ravissante Clara.

Dès les premières mesures, nous voilà plongé au cœur de l’intrigue de cette tragédie musicale qui se développe dans une tension permanente entre les trois personnages principaux Giorgio, Clara et Fosca. Scène après scène, nous sommes les témoins d’une sombre et tragique  histoire d’amour où la psyché malade, la douleur et la folie conduiront l'héroïne à la mort. 

Des toiles noires et blanches géantes scindent l’espace comme des écrans et recouvrent le plateau dénudé. Ici le décor est sobre, sans artifice, comme pour mieux laisser transparaître la « passion » dévorante de Fosca interprétée magnifiquement par Nathalie Dessay.

Fosca, femme hystérique et malheureuse

Durant une heure quarante-cinq, sans entracte, la mise en scène est réglée au millimètre, comme dans un long métrage, rythmée par ces envolées de mélodies radieuses régulièrement entrecoupées des roulements de tambours nous rappelant à la réalité que l’histoire se déroule dans une caserne. L’interprétation de Nathalie Dessay est saisissante en Fosca femme hystérique et malheureuse qui harcèle Giorgio jusque dans ces rêves et devient cet ange de la mort aux ailes déployées magnifiques. La soprano lyrique donne de la gravité à cette femme fragile qui vit sa vie par procuration.

C’est joué, chanté, crié avec un tel engagement, qu'on ne peut qu’être saisi par l’histoire tragique de son personnage Fosca. Mais bien sûr ce bel ensemble repose avant tout sur la magnifique partition de Sondheim, sur ces mélodies inoubliables. Le librettiste de West Side Story démontre une fois encore ce don certain pour les belles mélodies, les arrangements symphoniques éblouissants. On se délecte aussi de cette somptueuse chorégraphie quand la jeune Fosca raconte l’histoire tragique de sa vie qui l’aura menée à la folie. 

Comédienne sensible aux histoires d’amour et aux sentiments extrêmes, Fanny Ardant signe une mise en scène très sobre invitant le spectateur à se concentrer sur le jeu et la musique. Si on ajoute à cela les décors noir et blanc de Guillaume Durrieu, les magnifiques costumes d’époque de Milena Canonero et une direction d’orchestre confiée à Andy Einhorn, on ressort hypnotisé, pris par le charme vénéneux de cette belle production. Et comme le dit Fosca « Mourir aimée, c’est avoir vécu. »

Jean Christophe Mary pour www.micmag.net 


Théâtre du Châtelet. Place du Châtelet, 75 001 Paris.
Tél. 01 40 28 28 40.
À 15 h , 16 h et 20 h.
De 25 à 89 €. Jusqu'au 24 mars 2016

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

L'histoire de « Mr Blue Sky », le titre d'Electric Light Orchestra qui rend heureux

Si le titre pas eu un énorme succès à sa sortie en janvier 1978, aujourd'hui, « Mr Blue Sky » est l'un des morceaux des années 70 les plus téléchargés et diffusés en streaming. Histoire d'une chanson « ensoleillée » ... Lire la suite, ici.


Destaques de París

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



Notícias

Jimi Hendrix bientôt en bande dessinée
Le 19 octobre paraîtra Kiss The Sky, une nouvelle bande dessinée - Mezzo (dessin, couleurs) et J.M. Dupont (scénario) sur le parcours de Jimi Hendrix.
 
Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.