Paris - Sortir à Paris

Nathalie Dessay embrase le Théâtre du Châtelet d’une noirceur fiévreuse

Jean Christophe Mary - 23 mars 2016
Après « Into the Woods » (2014), Jean-Luc Choplin, le directeur du Châtelet s’est donné pour mission de nous faire (re) découvrir le travail de Stephen Sondheim. « Passion », cette saison, est l’une des œuvres les plus atypique du compositeur américain. Jusqu'au 24 mars 2016.

Nathalie Dessay incarne Fosca et Ryan Silverman est Giorgio Bachetti. ©Théâtre du Châtelet

Stephen Sondheim a retranscri l’histoire entre la théâtralité familière d’un musical et l’extravagante flamboyance d’un opéra, créant une œuvre qui s’avère être un petit bijou lyrique. La partition enchaîne les envolées mélodiques pour exprimer, crescendo, les émotions extrêmes des personnages.

Tiré du livre d’Iginio Ugo Tarchetti, écrivain italien du XIXe siècle, puis adapté au cinéma par Ettore Scola en 1981 sous le titre Passione d’amore, Passion raconte l’histoire d’un bel officier qui, au départ pris de passion pour sa jeune et belle maîtresse Clara, va tomber amoureux d’une femme laide, violente et désespérée. L’intrigue et l’embrasement des sentiments montent crescendo à travers les échanges de lettres entre ces trois protagonistes.

Dès le premier acte, le rideau se lève sur une scène d’amour torride

Clara est belle, Fosca est laide, minée par une mélancolie maladive et sujette à de violentes crises d'hystérie. Son cousin, le colonel Ricci, qui commande la garnison du nord de l’Italie où Giorgio a été muté, veille sur elle. Fosca tombe passionnément amoureuse du jeune militaire… Dès le premier acte, le rideau se lève sur une scène d’amour torride entre le capitaine Giorgio Bachetti et sa maîtresse, la ravissante Clara.

Dès les premières mesures, nous voilà plongé au cœur de l’intrigue de cette tragédie musicale qui se développe dans une tension permanente entre les trois personnages principaux Giorgio, Clara et Fosca. Scène après scène, nous sommes les témoins d’une sombre et tragique  histoire d’amour où la psyché malade, la douleur et la folie conduiront l'héroïne à la mort. 

Des toiles noires et blanches géantes scindent l’espace comme des écrans et recouvrent le plateau dénudé. Ici le décor est sobre, sans artifice, comme pour mieux laisser transparaître la « passion » dévorante de Fosca interprétée magnifiquement par Nathalie Dessay.

Fosca, femme hystérique et malheureuse

Durant une heure quarante-cinq, sans entracte, la mise en scène est réglée au millimètre, comme dans un long métrage, rythmée par ces envolées de mélodies radieuses régulièrement entrecoupées des roulements de tambours nous rappelant à la réalité que l’histoire se déroule dans une caserne. L’interprétation de Nathalie Dessay est saisissante en Fosca femme hystérique et malheureuse qui harcèle Giorgio jusque dans ces rêves et devient cet ange de la mort aux ailes déployées magnifiques. La soprano lyrique donne de la gravité à cette femme fragile qui vit sa vie par procuration.

C’est joué, chanté, crié avec un tel engagement, qu'on ne peut qu’être saisi par l’histoire tragique de son personnage Fosca. Mais bien sûr ce bel ensemble repose avant tout sur la magnifique partition de Sondheim, sur ces mélodies inoubliables. Le librettiste de West Side Story démontre une fois encore ce don certain pour les belles mélodies, les arrangements symphoniques éblouissants. On se délecte aussi de cette somptueuse chorégraphie quand la jeune Fosca raconte l’histoire tragique de sa vie qui l’aura menée à la folie. 

Comédienne sensible aux histoires d’amour et aux sentiments extrêmes, Fanny Ardant signe une mise en scène très sobre invitant le spectateur à se concentrer sur le jeu et la musique. Si on ajoute à cela les décors noir et blanc de Guillaume Durrieu, les magnifiques costumes d’époque de Milena Canonero et une direction d’orchestre confiée à Andy Einhorn, on ressort hypnotisé, pris par le charme vénéneux de cette belle production. Et comme le dit Fosca « Mourir aimée, c’est avoir vécu. »

Jean Christophe Mary pour www.micmag.net 


Théâtre du Châtelet. Place du Châtelet, 75 001 Paris.
Tél. 01 40 28 28 40.
À 15 h , 16 h et 20 h.
De 25 à 89 €. Jusqu'au 24 mars 2016

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

El mundo del vintage

La Saint Valentin dans tous ses états !

 La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... Lire la suite, ici.

Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)
 
Il y a 60 ans, les Stones sortaient leur premier 45 T
Le 7 juin 1963, les Rolling Stones sortaient leur premier 45 t, "Come On" une adaptation de Chuck Berry. Le 31 juillet, il atteint la 21e place des hit-parades. L'incroyable histoire des Stones est en marche… Elle roule toujours... Lire plus, ici.