- Reportages

Pourquoi tant de haine ?

Marie Torres - 6 mars 2019
91 % des Français estiment qu'il y a plus de violence qu'auparavant et 64% pensent que nous pourrions prendre le chemin d’une société dominée par la haine, selon un sondage réalisé par Ipsos en janvier pour le Nouveau Magazine Littéraire.

Harcèlement sur les réseaux sociaux, hausse des actes antisémites, rejet des migrants, violence contre les journalistes, les policiers, les politiques... Depuis quelques années, le sentiment de haine se déverse sans frein et sans honte dans notre société. Souvent alimenté par les médias et les politiques, et affiché sur les réseaux sociaux ou dans les manifestations de rue, la haine fait, en quelque sorte, son "coming out"...

21 % des Français interrogés trouvent normal que certaines personnes usent de violence pour défendre leurs intérêts

Doit-on s'en alarmer ? Notre société est-elle en train de basculer dans la défiance et la violence ? Un sondage IPSOS réalisé pour Le Nouveau Magazine littéraire, les 11 et 12 janvier derniers, auprès de 1005 personnes âgées de 18 ans et plus, nous éclaire sur cette montée de l'agressivité et des tensions.

Ainsi, parmi les 91 % des Français qui estiment qu'il y a plus de violence qu'auparavant, 97 % se disent inquiets. Pour eux, les principales victimes de cette violence sont les forces de l'ordre (48 %), les migrants (42 %), le président de la République (43 %), les homosexuels (41 %), les femmes (31 %).

Les raisons de la montée des tensions et de la violence sont, pour les personnes interrogées, en premier lieu les difficultés sociales de plus en plus grandes d'une partie de la population (46%), le sentiment que les élites sont déconnectées de la réalité (40 %), l'affaiblissement des normes sociales (de ce qui se fait ou ne se fait pas), de l'éducation (30 %), de la banalisation de la violence sur les réseaux sociaux (29 %) et dans les médias (22 %), de la diversité croissante du pays (en termes sociaux, d'origine, de religion...) (25 %).

Par ailleurs, 21 % des Français interrogés trouvent normal que certaines personnes usent de la violence pour défendre leurs intérêts. Parmi les 79 % qui ne pensent pas que ce soit normal, 90 % ont plus de 60 ans et 70 % moins de 35 ans, 94 % sont des sympathisants de la République en marche et 53 % de la France insoumise.

Bascule-t-on dans une société de haine ?

Concernant, les violences commisent à l'occasion des manifestations des Gilets Jaunes, 46 % disent qu'elles sont inacceptables, 13 % justifiées, 41 % non justifiées mais compréhensibles. A noter que ce sont les moins de 35 ans qui sont les plus tolérants vis-à-vis de ces violences (19 %) et les personnes proches de la France insoumise (33 %). Parmi les dégradations commises lors de ces mouvements, ce sont celles qui ont touché l'Arc de Triomphe qui sont le plus décriées (87 %). A noter que les violences envers les policiers sont reconnues moins acceptables (61 %) que celles envers les manifestants (50 %).

Et, pour finir, à la question "Bascule-t-on dans une société de haine ?" 64 % ont répondu "C'est excessif, mais elle en prend le chemin", 24 % "C'est une réalité de la société actuelle" et 12 % "C'est faux, il y a toujours eu de fortes tensions dans la société."

 Retrouvez l'intégralité de l'enquête, ici.

Lire aussi :

Faut-il quitter les réseaux sociaux ? 
Alors que les réseaux sociaux sont devenus incontournables, les affaires de harcèlement se multiplient sur le net. Internet est-il devenu l'ennemi de la démocratie ? Dans son ouvrage "Le désenchantement de l'Internet", Romain Badouard explique comment la Toile favorise les clivages.

Frédéric PETIT : « La foule menace la démocratie ! »
De passage en Allemagne dans le cadre des réunions publiques sur le thème du « Grand Débat national », Frédéric Petit, député MoDem de la 7ème circonscription des Français établis à l’étranger a répondu à nos questions.

Marie Torres pour www.micmag.fr

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net