France - Lectures

Quand la mort s’amuse à humilier les grands de ce monde

Marie Torres - 19 octobre 2012
Ecrivains, chefs d’Etat, rois ou rock-star, tous voués à un grand destin ont été, un jour, stupidement piégés par la mort. De l’Antiquité à nos jours, « La tortue d’Eschyle, et autres morts stupides de l’Histoire » retrace ces drôles de fin. Instructif et surprenant.

Tout commence au cours d’un repas. D’un de ces agapes que les auteurs – ils sont 6 ! – ont l’habitude de s’offrir pour échanger des anecdotes aussi biscornues qu’inattendues. Ce jour-là, au printemps 2011, la conversation tourne autour des morts stupides de l’Histoire et le sujet est si riche qu’ils décident d’en faire un recueil  qui vient de paraître sous le titre « La tortue d’Eschyle, et autres morts stupides de l’Histoire ». Bien sûr, ils l’admettent, ce livre est peu charitable « mais il a le mérite de nous rappeler que l’histoire est celle des êtres humains, avec leurs faiblesses et leur fragilité : un roi de France peut se fracasser le crâne en poursuivant une catin, un roi de Suède agoniser pour avoir pris quatorze fois du dessert. »

Quand le crâne d’Eschyle sert d’ouvre-boîte
Mais la mort ne ridiculise pas que les hommes d’Etat ou les rois. Eschyle, un des trois grands dramaturges grecs, en fit les frais en 456 avant JC. Un oracle lui avait prédit qu’il mourait écrasé sous une maison, une prédiction qui n’avait rien d’invraisemblable puisqu’il vivait non loin de l’Etna. Alors, pour y échapper, le dramaturge passait le plus clair de son temps à l’extérieur. Et c’est là, alors qu’il se promenait sereinement, qu’un rapace le choisit comme… ouvre-boîte, lâchant sur son crâne chauve, qu’il prit pour un rocher, une tortue. L’oracle n’avait pas menti.

Mama Cass, étouffée par de la mie de pain

En parcourant l’ouvrage, on doit se rendre à l’évidence : la mort n’aime pas le rock. La preuve. Brian Jones, fondateur et guitariste des Stones, retrouvé noyé dans sa piscine. Stupide accident, suicide ou meurtre ? Les Experts n’existant pas encore, on conclut à l’accident, thèse appuyée par ses « amis », bien contents de s’être définitivement débarrassés de celui qui n’était plus qu’une « épave ingérable ». Jimi Hendrix étouffé par son propre vomi. Mama Cass Elliot, charismatique chanteuse du groupe The Mamas and the Papas, étouffée par de la mie de pain dans le même appartement où, quatre plus tard, on retrouvera le corps sans vie de Keith Moon, le talentueux et excentrique batteur des Who ; précisons que sa mort n’avait, pour une rock-star rien d’extraordinaire : on retrouva juste 32 pilules dans son estomac...

La roulette russe fatale à Terry Kath

Dans cette funeste liste, on trouve aussi Terry Kath, guitariste du groupe Chicago Transi Authority, qui, en jouant bêtement à la roulette russe avec un révolver qu’il croyait non chargé…  a perdu. Le révolver était chargé.

Reconnaissons-le, si la Grande Faucheuse n’a aucun respect pour les simples mortels que nous sommes,  elle peut faire preuve d’humour. Noir, bien sûr.

Marie Torres
« La tortue d’Eschyle, et autres morts stupides de l’Histoire »
David Alliot
Philippe Charlier
Olivier Chaumelle
Frédéric Chef
Bruno Fuligni
Bruno Léandri
Edition Les Arènes, 2012

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

EVENEMENTS

NEWSLETTER

BREVES

« Nous ne sommes pas Charlie »

Des auteurs apparentés à l’association littéraire du PEN American se déclarent contre le « Prix Courage et liberté d'expression » promis à Charlie Hebdo.

 
A l'aise !
40 000 euros de factures de taxi auprès de la compagnie G7 en dix mois en note de frais ! De la part d'Agnès Saal pdg de l'INA.
 
Le poumon de la planète s'essouffle...

Inquiétant, d’après une étude récente, la forêt amazonienne éponge de moins en moins le carbone émis par l’homme.

 
Malaga à contre-sens
Malaga (Andalousie) durement touchée par la crise opte pour la culture et ouvre un musée Pompidou. La ville mise sur 250 000 visiteurs par an.
 
Le rap dévore Monica Lewinsky
De Beyoncé à Eminem, Monica Lewinsky est citée pour faire référence à la fellation. Chez Beyoncé, son patronyme devient un verbe, synonyme «d'éjaculer partout sur vêtement»

FACEBOOK

Facebook