Monde - Lectures

Carlos Ruiz Zafón : « Mes romans peuvent se lire comme une lettre d’amour à la littérature »

Marie Torres - 15 décembre 2012
Depuis la publication, en 2001, de L’Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafón est l’auteur espagnol vivant le plus lu au monde. Aujourd’hui, il confie à Micmag son amour de la littérature et de sa ville natale, Barcelone.

Le Prisonnier du Ciel, troisième titre du cycle du Cimetière des Livres Oubliés, est un roman gothique comme L’Ombre du Vent et Le Jeu de l’Ange, mais il est moins « sombre ».

Effectivement. Mon idée est que chacun des romans, qui forment la quadrilogie du Cimetière des Livres Oubliés, ait sa propre texture, sa propre personnalité et son propre ton. Avec Le Prisonnier du Ciel, on est dans un roman dominé par la présence de Fermin Romero de Torres, personnage pittoresque, qui donne à l’histoire un air plus léger, plus humoristique et moins baroque et gothique qu’il l’était dans les deux ouvrages précédents. Mais le tout fait partie du même univers littéraire, simplement dans chaque roman un aspect différent de l’histoire est éclairé.

Dans Le Prisonnier du Ciel, les héros de L’Ombre du Vent, reviennent, Daniel, Bea, Firmin et aussi la ville de Barcelone qui est, je crois, un personnage de vos romans.
Elle l’est. En effet, une des choses qui m’a  poussé à commencer à écrire cette série de romans était l’idée de la création de ma propre Barcelone littéraire, plus personnage que scène, une ville avec sa propre personnalité et atmosphère, avec sa charge dramatique spéciale qui, tout en étant solidement basée dans la Barcelone réelle, dans sa physionomie et histoire,  essaie de capturer sa quintessence à travers la fabulation et de l’idéalisation littéraire.

Quand on lit vos romans on sent que vous écrivez de ce que vous aimez : des livres, de la littérature, des mots, du mystère, de l’écriture… 
Ces romans touchent beaucoup de choses, mais un des thèmes essentiels est la littérature elle-même, l’écriture, la lecture, les mécanismes de la fiction et des formes narratives… Ce sont des romans qui peuvent se lire comme une lettre d’amour à la littérature et à la fois une réflexion sur comment se construisent les histoires ; les personnages, comment se travaillent le style et la langue et quelle est la relation entre la littérature et la vie.

Et maintenant les lecteurs attendent le dernier volet du cycle. Devront-ils attendre longtemps ?
Je vous confie que non. Idéalement j’aimerais finir la quatrième et dernière partie de la série dans deux ans, mais on ne sait jamais. Ce sont des livres complexes à écrire et chacun d’eux est un défi. Souhaitez-moi bonne chance…


Propos recueillis par Marie Torres.

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

EVENEMENTS

EXPOSITIONS


Au Jeu de Paume - Du 14 octobre 2014 au 8 février 2015
Garry Winogrand : Chroniqueur célèbre de l’Amérique de l’après-guerre.


1 Place de la Concorde Paris 8è -Jardin des Tuileries (fermé le lundi) & dans 16 stations de métro
Le Jeu de Paume présente la première rétrospective, depuis vingt-cinq ans, du grand photographe américain Garry Winogrand (1928-1984).

VIDEO DU MOIS



DOSSIER DU MOIS

Toute la Musique, Música, Music, Muzik… sur Micmag
Musique brésilienne, rythmes colombiens, festival breton ou encore rock britannique… Micmag vous livre quelques un de ses meilleurs reportages.  Lire la suite…

NEWSLETTER

NOUVELLES LECTURES


Dans son dernier ouvrage, « Jacob, Jacob », Valérie Zenatti rend hommage à la communauté juive d'Algérie et à ses morts tombés pour la patrie. Un très beau et très émouvant récit. Lire la suite.

COLLABORATEURS MICMAG

Nous recherchons des collaborateurs

En savoir plus

Les Services Micmag

Micmag est un magazine fait de générosité. Faites entendre sa voix !

Deux moyens pratiques de nous soutenir : 

- Devenez mécène ou sponsor.

Ce mécanisme vous permet de nous aider tout en bénéficiant d’une déduction fiscale :  L’association Micmag vous permet de nous faire des dons et de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant versé. Vous pouvez effectuer un don ponctuel ou mensuel.

Tous les dons à Micmag vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable*.

Si vous donnez 100 euros vous déduisez de vos impôts 66 euros. Il vous en coûtera seulement 34 euros.

Envoyez vos chèques à : Micmag - Maison des associations, 15 passage Ramey - 75018 Paris. France