- Lire - Chroniques

Le Buenos Aires inédit des années 1930

Marie Torres - 17 février 2016
C’est entre 1937 et 1942 que Roberto Arlt rédige les chroniques réunies et publiées pour la première fois dans le recueil « Dernières nouvelles de Buenos Aires ». Observateur à la plume acide, il dresse une étude fine, pleine d’humour et d’interrogations, des mœurs de son époque. Irrésistible.

L'auteur argentin croque la société de Buenos Aires des années 1930, sa ville natale. (crédit photo : Horacio Coppola)

Quelle chance ! Soixante-quatorze ans après sa mort, voilà que nous arrivent quarante-cinq chroniques journalistiques inédites de Roberto Arlt (1900-1942).

Une chance, un bonheur même, car c’est un réel plaisir de découvrir ces petits tableaux rédigés avec une plume acide et pénétrante. Moqueuse certes, mais qui peut se faire tendre et reste toujours légère.

Malicieux, railleur, Roberto Arlt l’est lorsqu’il dénonce les travers de la société dans laquelle il vit. Le progrès, par exemple.

« On se lève le matin, on s’engouffre dans une voiture qui fonce dans des galeries souterraines ; on voyage loin de la lumière du jour; on respire deux minutes l’air de la rue avant de retourner dans un sous-sol ou dans un bureau pour travailler sous la lumière artificielle. […] Mais qu’à cela ne tienne, cent mille zigotos appellent ça le progrès ! ».

Pas tendre non plus, Roberto Arlt, avec la production littéraire de son époque. « Il n’y a pas  d’hommes de lettres. Tout au plus, on peut compter sur une demi-douzaine d’écrivains discrets et de poètes lisibles. Le reste ne vaut rien. »

Même ton caustique et drôle pour évoquer les travers de Buenos Aires et de ses habitants : les bars allemands, les interminables travaux dans la ville, les voyantes, les friperies… Mais le ton change, s’adoucit, quand il s’agit de s’introduire dans un café au côté d’un vieux poivrot, dans « les coulisses d’une jeune Espagnole venue chercher du travail chez nous » ou encore au milieu de la foule qui assiste à l’exécution d’un anarchiste.

Le regard de Roberto Arlt ne s’arrête pas là. Il va au-delà du continent américain. Vers l’Europe. Une Europe disloquée.

« L’homme, l’homme de la rue, qui ne sait rien de la politique, ni de l’économie, ouvre les journaux et constate, déconcerté […] que les gouvernements des pays démocratiques ne font que parler de paix tout en menant une course aux armements en vue d’une guerre violente, parce que l’autre, la guerre économique, elle va bon train depuis longtemps ».

Et bien sûr, il y a la relation de l’auteur avec ses lecteurs, comme le souligne dans l’introduction l'écrivain argentin Ricardo Piglia : « La relation de cette œuvre avec ses lecteurs importe. D’abord parce que Roberto Arlt incorpore le lecteur à ses écrits. Il le prend à partie. L’interpelle en tant que destinataire de ses missives sur un mode qui n’est pas sans rappeler ces phrases anonymes, souvent incisives écrites sur les murs des villes que le passant emmène avec lui. »

Une étude de moeurs, fine, pleine d’humour et d’interrogations. Irrésistible.

Marie Torres pour www.micmag.net
Dernières nouvelles de Buenos Aires
Roberto Arlt
Traduction Antonia Garcia Castro
Editions Asphalte, février 2016
18 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000
et 12 000 ».

 Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre.

SORTIR À PARIS

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



BRÈVES

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.