- Lire - Chroniques

Le Buenos Aires inédit des années 1930

Marie Torres - 17 février 2016
C’est entre 1937 et 1942 que Roberto Arlt rédige les chroniques réunies et publiées pour la première fois dans le recueil « Dernières nouvelles de Buenos Aires ». Observateur à la plume acide, il dresse une étude fine, pleine d’humour et d’interrogations, des mœurs de son époque. Irrésistible.

L'auteur argentin croque la société de Buenos Aires des années 1930, sa ville natale. (crédit photo : Horacio Coppola)

Quelle chance ! Soixante-quatorze ans après sa mort, voilà que nous arrivent quarante-cinq chroniques journalistiques inédites de Roberto Arlt (1900-1942).

Une chance, un bonheur même, car c’est un réel plaisir de découvrir ces petits tableaux rédigés avec une plume acide et pénétrante. Moqueuse certes, mais qui peut se faire tendre et reste toujours légère.

Malicieux, railleur, Roberto Arlt l’est lorsqu’il dénonce les travers de la société dans laquelle il vit. Le progrès, par exemple.

« On se lève le matin, on s’engouffre dans une voiture qui fonce dans des galeries souterraines ; on voyage loin de la lumière du jour; on respire deux minutes l’air de la rue avant de retourner dans un sous-sol ou dans un bureau pour travailler sous la lumière artificielle. […] Mais qu’à cela ne tienne, cent mille zigotos appellent ça le progrès ! ».

Pas tendre non plus, Roberto Arlt, avec la production littéraire de son époque. « Il n’y a pas  d’hommes de lettres. Tout au plus, on peut compter sur une demi-douzaine d’écrivains discrets et de poètes lisibles. Le reste ne vaut rien. »

Même ton caustique et drôle pour évoquer les travers de Buenos Aires et de ses habitants : les bars allemands, les interminables travaux dans la ville, les voyantes, les friperies… Mais le ton change, s’adoucit, quand il s’agit de s’introduire dans un café au côté d’un vieux poivrot, dans « les coulisses d’une jeune Espagnole venue chercher du travail chez nous » ou encore au milieu de la foule qui assiste à l’exécution d’un anarchiste.

Le regard de Roberto Arlt ne s’arrête pas là. Il va au-delà du continent américain. Vers l’Europe. Une Europe disloquée.

« L’homme, l’homme de la rue, qui ne sait rien de la politique, ni de l’économie, ouvre les journaux et constate, déconcerté […] que les gouvernements des pays démocratiques ne font que parler de paix tout en menant une course aux armements en vue d’une guerre violente, parce que l’autre, la guerre économique, elle va bon train depuis longtemps ».

Et bien sûr, il y a la relation de l’auteur avec ses lecteurs, comme le souligne dans l’introduction l'écrivain argentin Ricardo Piglia : « La relation de cette œuvre avec ses lecteurs importe. D’abord parce que Roberto Arlt incorpore le lecteur à ses écrits. Il le prend à partie. L’interpelle en tant que destinataire de ses missives sur un mode qui n’est pas sans rappeler ces phrases anonymes, souvent incisives écrites sur les murs des villes que le passant emmène avec lui. »

Une étude de moeurs, fine, pleine d’humour et d’interrogations. Irrésistible.

Marie Torres pour www.micmag.net
Dernières nouvelles de Buenos Aires
Roberto Arlt
Traduction Antonia Garcia Castro
Editions Asphalte, février 2016
18 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

VINTAGE & COLLECTIONS

Premier musée en France entièrement consacré à l’enrichissement et à la conservation de l’illustration jeunesse, le Musée de Moulins offre à son public quelque 3 800 planches originales et 11 000 albums. Rodolphe Töpffer, Gustave Doré, Jacqueline Duhême, Lorenzo Mattotti... Découverte.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ?  "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor et est prolongée jusqu'à l'été 2021. La suite ici.

BRÈVES

Sortie du film "White Riot

Fin des années 70, Royaume-Uni. Face à la montée de l’extrême- droite nationaliste et raciste, né le Rock Against Racism qui, avec The Clash, va réconcilier sur des rythmes punk, rock ou reggae les communautés d’un pays en crise. Voir la bande-annonce, ici.

 
La poudre d'escampette du monarque
Juan Carlos, roi d’Espagne, prend la poudre d’escampette, comme un vulgaire malfaiteur en cavale. La corruption et ses ébats sexuels en piste !
 
One World Together at Home
Organisé par Lady Gaga et l’association Global Citizen, en soutient à l’OMS, un concert confiné  se déroulera dans la nuit de ce samedi à dimanche. Au programme, entre autres, les Stones, Paul McCartney, Elton John... Où le suivre depuis chez nous ? Voir ici.

 
Sale virus !
Hello Christophe ! Celui que nous avions rencontré chez lui pour nous parler en esthète d'objets de collections années 60, de sons et de nuits inventives vient de succomber au Covid. Sale virus !
 
Les paroles de Hey Jude adjugées à 910 000 dollars
Le 10 avril, jour anniversaire de la séparation des Beatles, les paroles manuscrites de Hey Jude ont été vendues 910 000 dollars aux enchères. Paroles écrites par Paul pour réconforter le fils de John, après la séparation de ses parents.