- Lire -Interview

Lise Belperron : « Les écrivains latinos sont moins cloisonnés qu'en France »

Marie Torres - 29 février 2016
Les auteurs chiliens, argentins ou encore mexicains, Lise Belperron les connaît bien. Et pour cause, voilà cinq années qu’elle a rejoint les éditions Métailié, maison fondée en 1979,en tant qu'éditrice spécialisée dans la littérature sud-américaine.

Micmag.net : En quoi la nouvelle génération se distingue-t-elle de celle du fameux boom (1) littéraire des années 1960-1970 ? ?

Lise Belperron : En Amérique latine, comme partout ailleurs, la nouvelle génération d’écrivains n’est pas du tout confrontée aux mêmes réalités que ses aînés : la culture se démocratise, la guerre froide est finie, la politique n’enchante plus personne et la littérature se devait d’emprunter d’autres chemins. Beaucoup de jeunes écrivains se lancent dans l’exploration du passé proche —celui qui ne passe pas — dictatures, disparus, guerres civiles.

M. : Une littérature de la mémoire tend donc à s'imposer ?

L.B. : Souvent, les pouvoirs en place ont décrété des amnisties générales sous prétexte de sauver la paix et ont ainsi entravé tout le travail de mémoire nécessaire; la littérature permet de fouiller ces archives et d’entamer une réflexion sur ce qui s’est passé. C’est le cas d’Elsa Osorio, de Raquel Robles,de Diego Trelles Paz ou encore de Martín Kohan, pour citer les auteurs les plus récents.

M. : Mais tous les écrivains d'Amérique latine ne se plongent pas pour autant dans cet examen du passé politique.

L.B. : Beaucoup se sont aussi repliés sur eux-mêmes, et ont découvert les joies de l’autofiction — à la française, pour le dire vite — en se lançant dans la description de leur vie de doctorants aux États-Unis, de leur vie de couple, de famille, etc. Les écrivains d’Amérique du Sud voyagent beaucoup, s’expatrient souvent, parfois pour toujours, et ainsi, le territoire en tant qu’ancrage perd parfois un peu de poids.

À l’opposé, on trouve un certain nombre d’auteurs qui s’inscrivent dans la lignée du grand journalisme littéraire ou de la narrative non fiction ( la narration non fictive) : c’est du réalisme, certes, mais sans fiction; une forme de documentaire. On raconte le réel avec toute sa subjectivité. C'est un courant dans lequel s'inscrit Leila Guerriero, ou Selva Almada dans son dernier livre Les Jeunes Mortes.

On peut noter également l’immense influence du Chilien Roberto Bolaño, toujours au sommet des références pour les jeunes écrivains latino-américains, et bon nombre de trajectoires personnelles qu’on ne peut rapporter à aucun effet de mode ou de génération : des écrivains qui construisent une œuvre, tout simplement.

M. : Qu’en est-il du fameux « réalisme magique » attribué aux auteurs de la génération du boom  ?

L.B. : Le réalisme magique reste présent, parfois : les Latinos sont bien moins cloisonnés que nous et, par exemple, on trouve chez eux un goût certain pour le fantastique, qui est plutôt considéré chez nous comme un genre mineur, peu digne d’intérêt, ces dernières années en tout cas.

M. : Concernant les femmes, peut-on dire que le succès international de La Maison des esprits d’Isabel Allende  leur a ouvert la voie au début des années 1980 ?

L.B. : En réalité, certaines avaient gagné une évidente reconnaissance avant Isabel Allende, dans des cercles restreints il est vrai : Clarice Lispector au Brésil, les poétesses Alfonsina Storni ou Alejandra Pizarnik en Argentine.

Aujourd’hui, les femmes ont plus ou moins la même place qu’ailleurs sur la scène culturelle : plus rarement reconnues que les hommes, elles retournent parfois le préjugé comme un gant en s’aventurant dans des formes ou des thèmes beaucoup plus périlleux.

M. : Quels sont les sujets qui caractérisent cette littérature féminine ?

L.B. : Je pense à des thèmes féminins par excellence comme la maternité, la relation amoureuse, mais aussi la maladie ou la mort. Mais elles ne les abordent pas toujours d’une manière attendue ; beaucoup, par exemple, explorent des maternités tourmentées, compliquées ; elles sont souvent moins dans la forme, plus dans la sincérité…

M. : Parmi ces plumes féminines, qui appréciez-vous en particuliers ?

L.B. : Eugenia Almeida, dont nous publierons le dernier roman à la prochaine rentrée, utilise les codes du polar (un mort, des flics, des journalistes) dans un livre époustouflant qui est tout sauf un polar ! Plutôt du côté du thriller métaphysique, pas très loin de Beckett !

On en voit quelques-unes s’aventurer du côté de la « narrative fiction », sur des sujets aussi divers que le malambo (une danse folklorique argentine), chez Leila Guerriero — elle sera publiée par les éditions Bourgois — la Patagonie, le sexe chez Gabriela Wiener, la Palestine pour Lina Meruane, le féminicide pour Selva Almada. Mais ceci n’est pas très important, et là encore on peut difficilement établir des généralités, pour moi, il y a les bons livres et les mauvais livres.

M. : Quel regard portez-vous sur la place de ces femmes dans la littérature contemporaine ?

L.B. : On peut dire qu’avec des auteurs comme Piedad Bonnett, Aurora Venturini, Lina Meruane, Selva Almada, Elsa Osorio, Eugenia Almeida, Adriana LisboaAna Paula Maia, Lucía Puenzo. Les femmes sont vraiment entrées en littérature, même si elles restent minoritaires parmi les auteurs alors que, ne l’oublions pas, l’édition est un des milieux les plus féminins qui soient !

(1)

Le boom latino-américain fut un mouvement littéraire des années 1960 et 1970 où les oeuvres d'un groupe de romanciers latino-américains furent diffusées largement en Europe et le reste du monde. Les années 1960 voient paraître Marellede l’Argentin Julio Cortazar, Cent ans de solitude du Colombien Gabriel Garcia Marquez, Trois tristes tigres du Cubain Guillermo Cabrera Infante, Ramasse-Vioques de l’Uruguayen Juan Carlos Onetti, Paradiso du Cubain José Lezama Lima, Héros et tombes de l'Argentin Ernesto Sabato, Ce lieu sans limites du Chilien José Donoso, La trahison de Rita Hayworth de l’Argentin Manuel Puig (liste non exhaustive).


Pour en savoir plus sur les Editions Métailié, cliquez ici


Sur le sujet, lire aussi :

Notre dossier sur l'Amérique latine

- Mathias de Breyne : « En Argentine, presque tous les romanciers sont des nouvellistes »

Chloé Brendlé : « En France, on fronce les sourcils quand un journaliste écrit un roman »

Leandro Ávalos Blacha, l'enfant terrible de la littérature argentine

Paulo Lins, la samba comme arme de guerre



Marie Torres pour www.micmag.net

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Installé à Rochefort, le Musée des Commerces d'autrefois propose une vingtaine de boutiques et d'ateliers du début du XXe siècle reconstitués à l’identique. Un voyage dans le temps. La plus riche collection française d'objets publicitaires. Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS

Si l’océan occupe la plus grande surface de notre planète, il reste en grande partie méconnu… L'exposition "Océan, une plongée insolite" vous ouvre les portes de ce monde d'inspiration et de légendes... Magnifique. Pour en savoir plus, ici.


BRÈVES

Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."
 
Bansky à fond dans le marché !

Le travail de Banksy dans lequel les chimpanzés occupent le Parlement britannique pourrait battre le record de vente aux enchères le 3 octobre prochain à Londres.

 
Brexit, les auteurs britanniques se mobilisent

"Choisir le Brexit, c’est choisir de renoncer". 86 auteurs britanniques ont signé, mardi 21 mai, une tribune dans le Guardian contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.