- Lire

" La littérature est universelle et résonne en chacun de nous quelle que soit notre nationalité "

Marie Torres - 24 aôut 2016
40e anniversaire de leur indépendance, élections présidentielles, les Etats-Unis vivent une année riche en événements que le Festival America s’apprête, du 8 au 11 septembre, à fêter. Francis Geffard, son fondateur et directeur, nous présente ce rendez-vous incontournable de la rentrée.
Francis Geffard © Jean-Luc Bertini

« L’Amérique dans tous ses états », c’est le thème de la huitième édition du Festival América qui s’installe du 8 au 11 septembre prochains, à Vincennes. C’est donc un programme particulièrement riche et varié que nous propose son directeur et fondateur, Francis Geffard. Rencontres d’auteurs, grands débats, ateliers, cinéma, concerts… Il nous en dit plus sur ce rendez-vous à ne pas manquer.

Micmag : Comment est né le Festival AMERICA, qui fête, cette année sa huitième édition ?

Francis Geffard : A l’origine, j’ai fait le constat que, bien que les Français aient depuis longtemps un goût prononcé pour la littérature américaine, il n’y avait pas d’événement qui célèbre sa richesse et son originalité. Le problème des écrivains étrangers, c’est que par définition ils sont absents, et que leurs séjours en France sont toujours très courts et se limitent souvent à la promotion d’un nouvel ouvrage.

De tous les pays européens, la France est certainement celui qui a le plus rêvé d’Amérique, comme l'attestent  notre histoire et nos liens avec ce continent. Nous sommes attentifs à la culture nord-américaine, qu’il s’agisse de musique, de cinéma, ou de l'art sous toutes ses formes. Nous entretenons avec cette culture un  dialogue enrichissant de part et d’autre. L’idée était donc de créer un festival qui rassemble plusieurs dizaines d’écrivains de toute l’Amérique du Nord dans sa variété linguistique et culturelle, et qui offre autant de points de vue et de perspectives, culturelles, littéraires ou sociétales, à travers des débats et rencontres.

M. : Ce festival est très riche, puisqu'il ne se cantonne pas à la célébration de la littérature nord-américaine.

F.G. : Effectivement, le festival ne se limite pas aux littératures nord-américaines. C’est pourquoi le cinéma est très présent, à travers des masterclass (rencontre avec un écrivain, puis projection de son œuvre adaptée pour le grand écran).

Cinq à six expositions photographiques sont généralement proposées au public et permettent d’aborder des thématiques variées. Des concerts sont aussi offerts au public; ils reflètent là encore l’incroyable diversité culturelle de toute l'Amérique du Nord. Sans oublier les jeunes publics qui participent à une journée scolaire accueillant plusieurs milliers d’écoliers, collégiens, lycéens et étudiants. Ils prennent part à un festival jeunesse proposant un café littéraire, des ateliers, des concerts et bien d’autres activités.

M. : Vous programmez vingt-cinq grands débats, traitant de  sujets emblématiques des États : le fameux « rêve américain », le 11 septembre, l’univers latino ou encore les prochaines élections, des thèmes qui "collent" à l'actualité ?

F.G. : A chaque édition, un thème est scruté sous tous les angles. En 2016, les États-Unis s’imposent naturellement : fin du second mandat de Barack Obama, donc une élection présidentielle avec son lot de surprises, bonnes ou mauvaises. De plus, le pays vient de fêter son 240e anniversaire et le 11 septembre marquera le 15e anniversaire des attentats qui ont changé le visage du monde.

D'où l' importance de réunir une soixantaine d’auteurs reflètant la diversité géographique, culturelle et littéraire de tout un pays. Et d’aborder tous les sujets qui font l’Amérique d’aujourd’hui et qui contribuent à nourrir cette littérature. Café des libraires, grands débats, scènes, forum des écrivains, ce sont plus d’une centaine de rencontres qui sont  proposées aux festivaliers et qui permettent d’aborder une foule de sujets littéraires, culturels ou sociétaux, qui nous concernent tous. Car la littérature est universelle et résonne en chacun de nous quelle que soit notre nationalité.

A lire aussi

Dan Chaon, écrivain en quête d'identités

Willy Vlautin, le romancier de la banalité



Marie Torres pour www.micmag.fr
Les lieux du Festival à Vincennes :

Hôtel de Ville • 53, bis rue de Fontenay
Salon du livre • place du Général-Leclerc
Chapiteau Jeunesse et Bande Dessinée • Cours Marigny
Cœur de Ville • 98, rue de Fontenay
Espace Daniel-Sorano • 16, rue Charles-Pathé
Magic Mirrors • Cours Marigny
Centre Culturel Georges-Pompidou • 142, rue de Fontenay
Maison des Associations • 41, rue Raymond-du-Temple
Cinéma Le Vincennes • 30, avenue de Paris

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."