- Lire

Le mystère Van Gogh

Marie Torres - 30 mai 2017
Misère, maladies, espoirs déçus... La courte vie de Vincent Gogh n’a pas été un long fleuve tranquille. La faute à qui ? Au destin ? A lui-même ? A son entourage ? Ce huis clos douloureux avec son frère, Théo, répondra certainement à quelques-unes de vos questions. Passionnant et émouvant à la fois.

« Comment se peut-il que l’énorme variété des images créées dans les styles réalistes, impressionnistes, pointillistes, symbolistes, japonisants, les paysages, natures mortes et portraits de toutes sortes... que tout cela soit resté sans aucun impact sur le plus petit client ? Comment pouvais-je demeurer seul touché par ces images ? » se disait Vincent Van Gogh quelques années avant sa mort.

Alors, aujourd’hui, devant les sommes déboursées par des collectionneurs ou des musées, pour l’acquisition d’une de ses toiles, qui n’a jamais eu envie de crier à l’injustice ? Qui n’a jamais souhaité qu’il existe « quelque chose », un « au-delà » et imaginé Vincent assis sur un des nuages qu’il a si souvent peints, Vincent regardant une vente aux enchères ; assistant à la vente du portrait du Docteur Gachet, adjugé à 152 million de dollars au japonais Ryoei Saito, ou à celle du portrait de Joseph Roulin vendu 113 millions au MOMA, le musée d’Art Moderne de New York ?

Dans son ouvrage, Le mystère Van GoghAntoine George s’interroge sur cette « malédiction [qui] peut faire frôler le succès de si près, sans l’atteindre jamais.» Qui a donc volé la gloire de Vincent ? Et pourquoi pas son propre frère, Théo, avance l’auteur. En effet, Théo semble avoir été un piètre marchand pour son cadet.

« Et s’il n’avait manqué de très peu de chose pour déclencher le succès ? [...] Un rien, un coup de pouce un peu plus marqué d’un frère, soutien financier permanent, mais bloqué par une éducation rigoureuse qui lui interdisait de promouvoir un membre de sa famille. Et sans doute aussi un manque de vision, le frère insupportable et ingérable ayant progressivement masqué l’artiste... Peut-être même la honte secrète de devoir traîner dans son entourage cet exalté original...»

Pour écrire ce huis clos où, tour à tour, les deux frères nous livrent leurs espoirs, leurs déceptions et leurs ressentis, l’auteur a lu de nombreux ouvrages de référence sur la vie et l’oeuvre du peintre. Notamment la biographie de Steven Naifeh et Gregory White Smith (Flammarion), le Van Gogh ou l’enterrement dans les blés de Viviane Forrester (Point)ou encore les travaux d’Elisabeth Murphy, une chercheuse anglaise qui vit en Arles.

Ce long dialogue entre les deux frères Van Gogh n’est donc pas une fiction. Les faits sont réels. Et s’il est vrai qu’il est souvent douloureux, par ce qu’il révèle, il se lit avec plaisir et grand intérêt. Une lecture vraiment passionnante et très émouvante, à la fois.

Marie Torres pour www.micmag.fr
Le mystère Van Gogh
Qui a volé ma gloire ?
Antoine George
Editions Art3, 2017
19 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Reportage en Arménie - Micmag prochain départ en automne 2018 sur les routes du monde - Votre appui-Vos contacts : contact@micmag.net

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag prépare ses valises pour se rendre entre Asie et Eu...

Our photographer Michael Wagener in India send every month 1 picture

 ©Michael Wagener may-june 2018Travelling in India send us a picture of his big round the world !

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 11 novembre prochain, l'Atelier des Lumières nous plonge, avec un parcours immersif, parmi les artistes majeurs de la Vienne impériale de la fin du XIX siècle. En tête de file, les oeuvres de Gustav Klimt. Une véritable féérie. En savoir plus, ici.

BRÈVES

Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.
 
Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.

 
Fred Vargas couronnée... en Espagne !
Considéré comme le Nobel de littérature dans le monde hispanophone, le prix Princesse des Asturies de littérature a été remis, le 24 mai, à  Fred Vargas.