- Lire

Une voix dans l'ombre

Marie Torres - 8 juin 2017
Un vol dans un supermarché, le meurtre d’une jeune femme, des affaires qui semblent sans lien et qui vont donner du fil à retordre à Montalbano et à ses fidèles coéquipiers. Une nouvelle aventure, de nouvelles émotions mais toujours le même plaisir : celui de retrouver l’univers d’Andréa Camilleri.

« Mer calme, d’huile, et ciel serein, bleu pâle avec quelques petits nuages blancs juste posés là pour faire beau » La journée s’annonçait belle et calme pour Vigàta et ses habitants. Une journée anonyme comme les aime Salvo Montalbano. Cependant...

« Son humeur vira d’un coup au noir »

Cependant, ce jour-là, les «tracassins», ces inquiétudes, ces contrariétés qui vous tombent dessus à l’improviste, sournoisement, les «tracassins» allaient s’abattre sur le commissaire, dès le petit matin. C’est d’abord un poulpe qui l’agresse dans sa propre cuisine. Puis, il y a le coup de fil de Livia. Son éternelle fiancée l’appelle pour lui souhaiter... son anniversaire. Pour lui rappeler qu’en ce 6 septembre, il fête... « Exactement. Aujourd’hui, je termine ma cinquante-septième année et j’entre dans la cinquante-huitième que j’ai encore à consommer toute entière. Devant moi, il y a encore douze mois moins quelques heures, pour être exact

58 ans ! Dans deux ans, il sera sexagénaire et les jeunes dans le bus lui céderont leur place. « Son humeur vira d’un coup au noir »

Et, cerise sur le gâteau, sur la route du commissariat, un trentenaire en BMW le traite de «vieux débris», de «cadavre ambulant» et le menace avec une clé anglaise... Trop c’est trop, le chauffard, Giovanni Strangio, se retrouve, menotté, au commissariat où on vient de signaler le cambriolage d’un supermarché... Peu après, la petite amie de Strangio est retrouvée assassinée et le directeur du supermarché se suicide... Derrière ces deux affaires, que rien ne semble lier, des hommes politiques, puissants, tirent les ficelles et semblent vouloir la peau du commissaire... Mais Mimi, Fazio, Gallo, Catarella et les autres sont là, bien décidés à prêter main forte à leur commissaire.

« En quel pays un sénateur, condamné au premier degré pour collusion avec la Mafia, s’était représenté et avait été élu ? »

Andrea Camilleri (91 ans) nous offre, une fois de plus, une belle enquête, bien ficelée, pleine de suspense et d’humour... avec, au passage, quelques coups de griffes - coups de griffes donnés par Montalbano ! - pour les hommes politiques « Ces dernières années, et peut-être aussi en raison de l’âge qui avançait, il n’arrivait pas à contrôler son indignation, et la révolte consécutive, que provoquait en lui, l’appui, plus ou moins ouvert, qu’une certaine politique apportait, à travers la collusion de députés et de sénateurs, à la Mafia. {...] En quel pays un sénateur, condamné au premier degré pour collusion avec la Mafia, s’était représenté et avait été élu ? »

Ses compatriotes et la presse ne sont pas oubliés. « Les trois quarts de ceux qui achètent les journaux se lisent seulement les titres qui souvent, et ça, c’est une des belles coutumes ‘taliennes, disent ‘ne chose tandis que l’article en dit une autre » Ou, un peu plus loin « Les Italiens n’aiment pas entendre les voix libres, les virités dérangent leur coucourde en somnolence éternelle ; ils préfèrent les voix qui ne leur posent pas de problème, qui les rassurent sur leur appartenance au troupeau

On aime Camilleri pour son écriture bien personnelle, mélange d’Italien et de dialecte, si bien traduite par Serge Quadrappani, et on aime son commissaire pour son intelligence, son flair, son humour et son combat pour plus de justice et de vérité. Un polar à glisser dans votre valise...

A lire aussi

Montalbano, dans un dédale de faux-semblants 

Marie Torres pour www.micmag.fr
Une voix dans l'ombre
Andrea Camilleri
Traduction, Serge Quadrupanni
Editions Fleuve Noir, 8 juin 2017

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

SORTIR À PARIS

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."