- Lire

Ayacucho, le grand roman de la violence péruvienne

Marie Torres - 5 mars 2018
Dans son dernier ouvrage, "Ayacucho", Alfredo Pita, raconte les horreurs de la guerre qui a touché le Pérou dans les années 80/90 par l'intermédiaire de son héros, Vicente Blanco, un reporter espagnol. Un bel hommage aux victimes, souvent méconnues, de ce terrible conflit.

"Pourquoi suis-je là ? Parce que j'en avais envie et que j'en ai marre des sujets européens. C'est la seule explication à ma présence ici, dans cette ville où, si guerre il y a, on ne la voit ni ne la sent, dans cet endroit "où le diable a perdu son poncho", comme a dit le type qui voyageait à côté de moi dans l'avion. On ne la sent pas dans la journée, pas dans le trajet entre l'aéroport et la ville [...] On la sent la nuit, pendant le couvre-feu."

Vicente Blanco, grand reporter espagnol, vient de débarquer au Pérou. A l'hôtel Santa Rita d'Ayacucho. Son reportage sur la guerre silencieuse qui empoisonne la région, il l'a longuement préparé avec son ami Rafael Pereyra. Un journaliste du Diaro de Marka, qui a lui aussi séjourné et travaillé dans la petite ville péruvienne, huit années auparavant, et qui lui a transmis suffisamment de documentation, d' articles de presse et de dépêches pour qu'il puisse réaliser son travail. Mais c'est Luis et Max, deux journalistes locaux, amis de Rafa, qui vont le guider à travers les horreurs du conflit.

Dans "Ayacucho", le Péruvien Alfredo Pita revient sur les massacres commis par la bande terroriste le Sentier Lumineux dans les années 80 et 90 dans son pays, tout comme il révèle les atrocités réalisées par les militaires et le rôle joué par l'église dans cette guerre "sale". Un beau roman, un bel hommage aux victimes.

Marie Torres pour www.micmag.net
Ayacucho
Alfredo Pito
Traduction René Solis
Editions Métailié, Mars 2018
22 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.