- Lire

L'autre bout du fil, Montalbano est sur le pont

Marie Torres - 28 juin 2021
La publication d'une nouvelle aventure du commissaire Montalbano est toujours une joie... Et si, malheureusement, l'auteur, Andréa Camilleri, nous a quittés, grâce au retard dû au temps consacré à la traduction, il nous reste encore quelques histoires à découvrir...

"Vous savez, dottori, en ce moment, pas la peine d'aller pêcher. On ramène plus de morts que de poissons."

Et en effet, tant de migrants venus du Maghreb débarquent chaque nuit sur les côtes siciliennes, que le commissaire Montalbano et son équipe sont obligés d'organiser des tours de garde pour les accueillir sur le port de Vigata.

Ce soir-là c'est Fazio qui est de corvée. Mais dans la nuit, l'inspecteur appelle son commissaire et lui demande de venir au plus vite : une des migrantes, une adolescente, a été violée durant la traversée.

"Un crime plein de haine" pense Montalbano...

Très touché par le drame que vivent les migrants, Montalbano prend très au sérieux ce viol, déterminé à trouver les coupables mais sans, pour autant, perdre de vue une autre "affaire" qui le tracasse : Livia, son éternelle fiancée, lui a demandé de se faire confectionner un costume sur-mesure chez une amie à elle, la très belle couturière Elena...

Mais, tandis que les bâteaux continuent de décharger des dizaines et dizaines de migrants sur le port, Elena est retrouvée assassinée à coups de ciseaux dans son atelier. Bouleversé, le commissaire se rend sur les lieux du crime.

" [...] Il entra et s'arrêta nouvellement. Le corps d'Elena s'atrouvait à coté de la grande table. Elle portait une robe différente de celle qu'elle avait dans l'après-midi et là, on ne comprenait pas de quelle couleur elle était, vu qu'elle était entièrement trempée de sang."... "Un crime plein de haine" pense Montalbano...

Comme toujours, on se plonge avec grand plaisir dans le petit monde de Montalbano, plein d'humour, de malice mais aussi de gravité et de réflexion, où maintenant les personnages principaux nous sont devenus si familiers qu'ils sont presque des amis. Fazio, Mimi, Catarella, le docteur Pascano, le questeur... et bien sûr Livia.

Andrea Camilleri avait perdu la vue quelques années avant sa disparition, le 17 juillet 2019

Mais cette nouvelle aventure a une particularité : sa préface. Bien sûr, nous sommes sommes habitués, nous les fidèles du commissaire, à découvrir avant chaque aventure, la préface de Serge Quadruppani, le traducteur. Il nous explique la difficulté de traduire, sans trahir, la langue camillerienne. Une langue composée de "l'italien standard, le dialecte et le camilleresse à proprement parler, cet italien sicilianisé qui est une création toute personnelle de l'auteur."

Mais cette fois-ci Serge, il ne m'envoudra pas si je l'appelle par son prénom, Serge donc s'adresse au commissaire. "Caro Montalbano" commence-t-il et il revient sur leur longue collaboration. Presque vingt années. Une lettre touchante et pudique, qui nous apprend, en autres, que L'autre bout du fil est le premier des romans que l'auteur a dictés à son assistance, Valentina Alferi. En effet, Andrea Camilleri avait perdu la vue quelques années avant sa disparition, le 17 juillet 2019. 

Que vous soyez ou non fans de Montalbano, ne ratez pas ce roman et ne négligez pas sa préface... Bonne lecture !

Lire aussi, Le manège des erreurs

Serge Quadruppani : « Quand je traduis un auteur, Camilleri ou un autre, je me mets à son service » 

Marie Torres pour www.micmag.net
L'autre bout du fil
Andrea Camilleri
Traduction, Serge Quadruppani
Editions Fleuve Noir, Juin 2021
19,00 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

"Imagine" de John Lennon, un hymne pacifiste mais utopiste

Le 8 décembre 1980, John Lennon était assassiné laissant derrière lui des dizaines de tubes, écrits et chantés avec ou sans les Beatles. Parmi eux, Imagine. Retour sur une chanson célébrée dans le monde entier. Un hymne pacifiste mais... utopiste. Lire la suite, ici.


SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 12 juillet 2022
Gaudi

Le musée d’Orsay accueille la première grande exposition consacrée à Antoni Gaudí organisée en France à Paris depuis cinquante ans. Elle offre une nouvelle vision de l’artiste en tant que figure unique et singulière, un génie non isolé ayant exercé dans une Catalogne en plein bouleversements sociaux, politiques et urbanistiques. Pour en savoir plus, ici.

Musée d'Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur Paris 7e



BRÈVES

Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.

 
Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.