Paris - 

La Batuc’ados de Colombes, une machine percussive à rafler les prix !

Hélios Molina - avril 2017
Le concours de batucadas de Paris 2017 confirme le labeur de toutes ces formations en France et ailleurs qui tentent d’apporter de la couleur, de la mixité et une certaine euphorie dans nos villes et nos campagnes. Une force de frappe pacifique qui ouvre une brèche vers la générosité.

Photo ©JK les Batuc'ados gagnants pour la 3e fois le concours de la meilleure batucada. 

 Cabaret sauvage à Paris samedi 22 avril, c'était le rendez vous annuel incontournable pour les fans de batucs en France et au-delà. 140 musiciens, une salle comble, un  public venu de plusieurs coins de France et de Navarre, un jury attentif et une ambiance à faire oublier les angoisses de l’élection présidentielle du lendemain. Une Batucada d’ados venus de Majorque en Espagne frappe la première et les cris d’enthousiasme s’ensuivent. Batukrack  tel est le nom de ces mômes (ils n’on guère plus de 16 ans) obtiendra la 2e place.

Le phénomène batucada prend de l’ampleur et Micmag y participe à sa manière. Voir nos différents compte rendus : Batucadas 2016 le concours. D’après le travail d’une universitaire qui s’intéresse à ce phénomène, il y aurait plus de 500 batucadas en France. Le « mestre » de Batukrack de Majorque affirme quant à lui qu’il y aurait dans son île plus d’une quarantaine de batucadas. Une envolée croissante qui toucherait principalement en Europe, l’Espagne, la France et l’Allemagne nous atteste Philippe l’importateur européen de la marque d’instruments « Contemporânea ».

Retour au Cabaret sauvage ou des ados font la nique aux grands, jugés trop classiques ou pas assez convainquant. Six batucadas avaient 15 mn pour s’exprimer sur des critères précis comme la chorégraphie, le rythme ou les costumes. Et le concours de batucadas de Paris (un must du genre) qui existe depuis 13 ans a mis cette année les projecteurs sur Batuc’ados un groupe de jeunes de Colombes de 11 à 17 ans appuyés par des éducateurs et des professeurs de musique. Loin d'être des inconnus et des novices, ils sont déjà montés cinq fois sur le podium (Trois fois en vainqueurs et deux fois à la seconde et troisième place). Y a t-il un secret à cela ? Réponse ici bas. 

"Donner l'envie au public d'accrocher à ce que l'on fait !"

Micmag : Comment fonctionne cette machine à gagner qu’est Batuc’ados ?

Mohamed Soualem : Nous sommes un centre de loisirs pour jeunes entre 11 et 17 ans avec une forte demande en percussion et cela depuis 2004. Nous avons trois groupes de batucadas dont trois niveaux. Les confirmés font eux le Cabaret sauvage. La demande est forte chez les débutants ce qui permet de maintenir un bon niveau.

M. : Le secret de cette force de frappe ?

M.S. : Nous avons la chance de travailler avec des jeunes qui apprennent vite. Mais notre but n’est pas de gagner sinon de présenter de belles choses. Nous voulons donner l’envie au public d’accrocher à ce que l’on fait. Autre appui, c’est Yves qui est professeur détaché du conservatoire pour faire des heures sur la batucada. Et puis la ville nous donne des subventions pour acheter du matériel. Et nous avons aussi un bel espace.

M : Travaillez-vous avec des jeunes dits « cas sociaux » ou c’est un choix de jeunes plus classique ?

M.S. : Nous sommes au cœur d’une ville de 80 000 habitants avec plusieurs types d’habitants. C’est la plus grande zone pavillonnaire du 92. Donc une grande mixité et nous parvenons à mélanger tout le monde. Jeunes en difficultés ou autres se retrouvent. C’est un peu comme au Brésil où l’on ne sait pas qui est en difficulté et cela permet de travailler ensemble. C’est cela notre force.

M. : Le choix artistique, le chant de cette batucada qui le décide, Yves le professeur ou les jeunes ?

M.S. : Dans ce choix il y a aussi Cédric (responsable de la structure) qui travaille sur les chansons. Yves et Ichem font ce choix ensemble avec les jeunes. Ichem est un ancien jeune qui a gagné le concours et qui est devenu professeur. Notre force vient de là aussi.

Propos recueillis par Hélios Molina pour www.Micmag.net 2017

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Paysages, monuments, châteaux, personnages…Au fil du temps, la boule à neige a tout « englobé et enneigé » et, de simple souvenir de vacances, est devenue objet de collection très recherché.  Comment ? Pourquoi ? Petit historique et rencontre avec le mystérieux « Môssieur Gustave » et avec Liliane David, peintre de boules à neige.

SORTIR À PARIS

Du 14 novembre 2017 au 1er avril 2018, le Musée du Quai Branly - Jacques Chirac -, présente l'exposition Le Pérou avant les Incas et lève le voile sur les bases de la civilisation préhispanique. Près de 300 pièces de céramique pour mieux comprendre les cultures anciennes des Cupisniques, Mochicas, Chimús, Lambayeques... Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Méga foire d'armes en Floride après massacre
Quatre jours après le massacre dans un lycée par un jeune de 19 ans, la méga foire où l'on peut acheter l'arme en toute liberté qui a servit au massacre.
 
Bolloré réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement"
L'homme d'affaire Vincent Bolloré  qui a plusieurs médias dans son viseur, réclame 700.000 euros à un journaliste pour "harcèlement" suite à la publication d'un livre-enquête sur ses méthodes en Afrique et ailleurs. 
 
Nuit de la lecture
Des milliers d’animations  dans les librairies  sur l’ensemble du territoire samedi 20 janvier pour une  2e Nuit entièrement dédiée à la lecture. Plus ici.
 
Garcia Marquez en ligne
Les archives de Gabriel Garcia Marquez sont gratuitement en ligne, soit quelque 27500 documents, des photos mais aussi une dizaine de manuscrits et autant de carnets, ainsi que 2000 lettres. Pour y accéder, ici.
 
"Trou de merde"
Donald Trump qualifie  de "trou de merde" Haïti devant des sénateurs à la Maison Blanche. Nos récents reportages en Haïti démontrent que ce pays est hautement plus respectueux que ces propos tenus.