- Musique

Liam Gallagher, retour aux fondamentaux de la britop des 90's !

Jean-Christphe Mary - 28 septembre 2019
Ne rêvez plus. Il n’y aura pas de reformation d’Oasis. Mais que les nombreux fidèles se consolent, Liam Gallagher présente son second opus solo. La bonne nouvelle, le mancunien revient aux fondamentaux de cette britop qui a fait la renommée d'Oasis dans les 90's.

Dès la formation d'Oasis en 1991, Liam Gallagher a su imprimer sa marque pour donner au rock cette dimension insurrectionnelle : arrogance, bagarres musclées qui faisaient la « une » des tabloïds de l’époque. Sans oublier la rivalité médiatique avec Blur. Un model marketing en copier coller sur le buzz médiatique que se livraient les Rolling Stones et les Beatles dans les 60’s

Aujourd'hui l'époque Oasis semble belle et bien révolue, Noël Gallagher n'ayant à ce jour toujours aucune intention de donner suite à l'histoire. Reste donc aux fans de suivre les projets parallèles des deux frères. Si Noël sort régulièrement des projets pop ambitieux, il faut bien cette fois rendre hommage au talent de Liam Gallagher qui reprend  l’histoire là où le quatuor l'avait laissé lors de sa dissolution en 2009. La passion de Liam pour le rock des 60’s et des 70’s transparaissait déjà sur les deux premiers albums de Beady Eye et sur son premier album solo sorti en 2017. Alors que vaut ce Why me ? Why not ? composé par le trio Liam Gallagher, Greg Kurstin et Andrew Wyatt ? Dès le premier Shockwave les guitares rugissent tandis que la voix trainante de Liam étire les mots comme des élastiques comme à la grande époque. On adhère vraiment aux refrains énergiques de One of Us, Halo  et Alright Now dans la lignée de ses héros Beatles, Who, Sex Pistols, David Bowie et Rolling Stones. On est pris dans cette toile sonore comme hypnotisé face aux riffs catchy, aux mélodies tubesques tel Now That I've Found You, aux divagations psychédéliques de Alright Now ou The River, aux cordes triomphantes de One of Us. On trouve deux chansons hommage l’une à sa mère Be Still l'autre à sa fille Molly le très émouvant Now I’ve Found You. Certes à 46 ans, le performer s'est assagit, mais il incarne toujours et mieux que personne, ces hymnes populaires qui mystifient l’Angleterre d’hier avec ce côté fierté très Union Jack, cette nostalgie du « c’était mieux avant ». La voix nasale est toujours aussi envoûtante, identifiable entre mille, et sonne magnifiquement comme un croisement hybride entre John Lennon et Johnny Rotten.

Le benjamin des frères Gallagher persiste et signe avec ces 11 nouveaux titres dont quelques uns devraient se hisser aux sommets des hit parades cet automne. On attends impatiemment le concert le 21 février au zénith de Paris.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net