Port-au-Prince (Haïti) - Spécial reportage Haïti

Josué Azor le photographe de l’underground gay de Port-au-Prince

Hélios Molina - 
Regard profond et clairvoyant, mots bien posés, Josué,Azor 30 ans, sait comment s’y prendre pour tailler la route dans ce monde difficile de la photographie. Son atout, il fait partie de la communauté homosexuelle, suit les fêtes et les manifestations culturelles de sa ville.

Photographies de Josué Azor- Port-au-Prince Haïti                          

  C’est un jeune homme bien décidé à faire un long parcours de photographe professionnel. Son regard profond et clairvoyant, ses mots bien posés, Josué, 30 ans, sait comment s’y prendre pour tailler la route dans ce monde difficile et la jungle de la photographie. Son atout, il fait partie de la communauté homosexuelle, suit les fêtes et les manifestations, est solidement implanté dans une thématique, n’a que faire de l’interdit et du machisme ambiant. Ou plutôt il ne craint pas une certaine homophobie qui s’est amplifiée dans le pays depuis qu’un député a fait voter une cruelle loi pour tenter de contrer les agissements de la communauté gay en Haïti.

 "J’ai commencé à travailler sur la nuit puis ça a évolué vers les soirées LGBT"

Pourtant rien ne laissait présager que Josué finirait photographe lorsqu’il fit ses études administratives ou lorsqu’il vécu dans un entourage protestant anti vaudou. Autodidacte, il débuta sous les encouragements de ses proches et d’un certain David Pamoison qui organisa un atelier photo à l’Institut français.

« J’ai commencé à travailler sur la nuit puis ça a évolué vers les soirées LGBT et suis allé vers le nu masculin ou un certain homo érotisme. (http://infrarouge.mondoblog.org/2017/10/14/coups-de-coeur-instagram-nus/). Ma vie d’homo est un combat, c’est pas facile ici et dans les réseaux sociaux je me suis rendu compte que je n’étais pas seul. »

Josué a  tout d’abord come influences les photographes humanistes français tel que les sublimes clichés noir et blanc de Willy Ronis. Evidemment viendra ensuite l’américain Mappelthorpe le provocateur qui plante un décors sans tabou dans les années 70 et 80 en Amérique.

Josué réussit à vivre de ce travail ici, grâce à des publications dans divers magazines. Il n’a contrairement à beaucoup de jeunes aucune envie de quitter son île. « Ca va pour moi et je voyage pas mal dans le cadre de mon travail à travers mes expos aux USA, au Canada, à Paris, en Chine car mes photos aiment le voyage. Il faut garder une certaine lucidité sur le pays. « Noctambules » ou « Cuir night life » sont deux expos qui se baladent. Car dit l’artiste « Les gens d’ailleurs cherchent le regard haïtien ».

Du coup Josué Azoré (http://nbhaiti.com/josue-azor-photographie-artistique) est devenu en peu de temps une référence de la photographie documentaire haïtienne et son nom sera rapidement annexé dans les listings d’expos à retenir.

Hélios Molina pour www.micmag.net
1
2
3
  • Josué Azor ©Hélios Molina

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe.