La Réunion - 

René Lacaille:"Ma famille était pauvre : je suis né dans une case en paille, huitième enfant vivant"

René Lacaille (autoportrait) - 7 octobre 2015
Né en 1946 à La Réunion, René Lacaille est musicien dans l’âme et dans le sang mais c’est aussi un personnage haut en couleur et attachant. Il était en concert le 29 octobre au Studio de l’Ermitage à Paris. Dans les colonnes de Micmag, il se présente. Portrait.

Ma famille était pauvre : je suis né dans une case en paille, huitième enfant vivant, juste après la guerre. Je suis un survivant du cyclone de 48 qui a détruit notre case et emporté notre bœuf...ma mère m’a gardé au sein pendant tout le temps du cyclone, ça m’a sauvé. Mes soeurs en tremblent encore?

Mon père était paysan, il coupait la canne, cultivait les pistaches (cacahouètes) et allait les vendre au marché forain, il était aussi bûcheron, il partait des jours dans les hauts pour gagner son ptit monnaie, comme on dit à la Réunion. Il était aussi « accapareur » comme on disait : il allait prendre la pêche des bateaux de Saint-Leu et vendait les poissons. En fait il a fait plein de métiers pour nous nourrir, mais c’était dur.

On n’avait pas tous les jours de la viande à manger, mais ma mère faisait des miracles avec une boîte de sardines ou une boîte bèf (corned-beaf).

Si je suis devenu cuisinier, ça a été pour retrouver le goût de ses caris. Et puis la cuisine à la Réunion, c’est vraiment une part importante de notre être. Pour moi cuisine et musique ont la même importance.

Pour moi mon père était surtout musicien (zouar), il jouait de l’accordéon diatonique et chromatique, du trombone, du tuba, du baryton. Il réparait les accordéons. Il avait un orchestre où jouaient mes frères aînés pour les bals de mariage, sous les salles vertes, au milieu des carrousels : c’est là que j’ai appris d’abord la batterie puis l’accordéon dès 7 ans. On était installé au milieu du carrousel que les gens faisaient tourner à la main, pendant des heures. Les bals de mariage par exemple duraient de l’après-midi ou du début de soirée jusqu’à la nuit (on disait bal 4 heures si on jouait de 16 h à 8 h du matin…) et moi je le faisais aussi. Parfois, on jouait à l’étage, et les gens dansaient aussi au rez-de-chaussée, ce n’était pas sonorisé, mais les danseurs se fiaient au rythme qu’ils percevaient et au frottement des pieds sur le parquet au dessus. On finissait avec le nez plein de poussière ! C’est peut-être pour ça que je peux jouer des heures d’affilée.

Pour jouer, on partait à pied si c’était à Saint-Leu, ma ville, sinon, en charrette ou il fallait trouver un transport. Mon père n’a jamais eu de voiture. J’en ai fait des kilomètres avec la grosse caisse sur le dos. On marchait beaucoup. A la Réunion, tu montes ou tu descends !

A 16 ans j’ai laissé l’accordéon pour la guitare, c’était devenu ringard aux yeux des filles et j’ai volé de mes propres ailes. Je donnais l’argent que je gagnais à ma mère.

Pour moi la musique c’est une affaire de famille ou de tribu, ça se partage presque sans paroles, je me bien sûr créé une famille musicale au fil du temps, mais jouer avec mes enfants, c’est un accomplissement. On partage cette culture-là, c’est très fort, ça doit se sentir quand on est sur scène.

René Lacaille

Le 29 octobre en concert au Studio de l'Ermitage (Micmag partenaire de la salle).



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 2 mars 2019, l'artiste du street art, Bordalo II, expose ses sculptures géantes dans un espace brut de 700 m, dans le 13e arrondissement de Paris, pour dénoncer les ravages de notre société de consommation sur la nature. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.
 
Brésil

Plus de 4000 professionnels du livre ont signé une pétition en ligne, pour soutenir la candidature de Fernando Haddad (Parti des travailleurs) à la présidence et alerter sur les dérives de son opposant Jair Bolsonaro.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net