La Réunion - 

René Lacaille:"Ma famille était pauvre : je suis né dans une case en paille, huitième enfant vivant"

René Lacaille (autoportrait) - 7 octobre 2015
Né en 1946 à La Réunion, René Lacaille est musicien dans l’âme et dans le sang mais c’est aussi un personnage haut en couleur et attachant. Il était en concert le 29 octobre au Studio de l’Ermitage à Paris. Dans les colonnes de Micmag, il se présente. Portrait.

Ma famille était pauvre : je suis né dans une case en paille, huitième enfant vivant, juste après la guerre. Je suis un survivant du cyclone de 48 qui a détruit notre case et emporté notre bœuf...ma mère m’a gardé au sein pendant tout le temps du cyclone, ça m’a sauvé. Mes soeurs en tremblent encore?

Mon père était paysan, il coupait la canne, cultivait les pistaches (cacahouètes) et allait les vendre au marché forain, il était aussi bûcheron, il partait des jours dans les hauts pour gagner son ptit monnaie, comme on dit à la Réunion. Il était aussi « accapareur » comme on disait : il allait prendre la pêche des bateaux de Saint-Leu et vendait les poissons. En fait il a fait plein de métiers pour nous nourrir, mais c’était dur.

On n’avait pas tous les jours de la viande à manger, mais ma mère faisait des miracles avec une boîte de sardines ou une boîte bèf (corned-beaf).

Si je suis devenu cuisinier, ça a été pour retrouver le goût de ses caris. Et puis la cuisine à la Réunion, c’est vraiment une part importante de notre être. Pour moi cuisine et musique ont la même importance.

Pour moi mon père était surtout musicien (zouar), il jouait de l’accordéon diatonique et chromatique, du trombone, du tuba, du baryton. Il réparait les accordéons. Il avait un orchestre où jouaient mes frères aînés pour les bals de mariage, sous les salles vertes, au milieu des carrousels : c’est là que j’ai appris d’abord la batterie puis l’accordéon dès 7 ans. On était installé au milieu du carrousel que les gens faisaient tourner à la main, pendant des heures. Les bals de mariage par exemple duraient de l’après-midi ou du début de soirée jusqu’à la nuit (on disait bal 4 heures si on jouait de 16 h à 8 h du matin…) et moi je le faisais aussi. Parfois, on jouait à l’étage, et les gens dansaient aussi au rez-de-chaussée, ce n’était pas sonorisé, mais les danseurs se fiaient au rythme qu’ils percevaient et au frottement des pieds sur le parquet au dessus. On finissait avec le nez plein de poussière ! C’est peut-être pour ça que je peux jouer des heures d’affilée.

Pour jouer, on partait à pied si c’était à Saint-Leu, ma ville, sinon, en charrette ou il fallait trouver un transport. Mon père n’a jamais eu de voiture. J’en ai fait des kilomètres avec la grosse caisse sur le dos. On marchait beaucoup. A la Réunion, tu montes ou tu descends !

A 16 ans j’ai laissé l’accordéon pour la guitare, c’était devenu ringard aux yeux des filles et j’ai volé de mes propres ailes. Je donnais l’argent que je gagnais à ma mère.

Pour moi la musique c’est une affaire de famille ou de tribu, ça se partage presque sans paroles, je me bien sûr créé une famille musicale au fil du temps, mais jouer avec mes enfants, c’est un accomplissement. On partage cette culture-là, c’est très fort, ça doit se sentir quand on est sur scène.

René Lacaille

Le 29 octobre en concert au Studio de l'Ermitage (Micmag partenaire de la salle).



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Stéphane Faucourt, collectionneur Star Wars

Avec ses quelque 1 200 pièces, Stéphane Faucourt est en possession de l’une des plus importantes collections européennes de produits et documents dérivés de la saga « Star Wars ». Il est aussi l'auteur de livres de référence sur le sujet. Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 5 septembre 2022
Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander

Photo, peintures, design, ciné, littérature et même musique. Beaubourg offre un petit voyage dans le temps en nous immergeant dans l'Allemagne des années 20, juste avant l'arrivée du nazisme, lorsque les artistes se font le miroir d’un monde froid, où la désillusion règne en maître...
Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne) | Musées à 4e arrondissement, Paris (timeout.fr)

Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne)
Transport
Métro : Rambuteau
Prix
De 11 à 14 €
Heures d'ouverture
Tous les jours (sauf le mardi), de 11h

BRÈVES

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.