Barcelone - reportage

Michel Houellebecq, de quelle planète viens-tu ?

Helios Molina - 25 septembre 2012
Nous sommes allés rencontrer la star de la littératrure française pour tenter de percer un mystère. Qui se cache derrière cette bouille à la Antonin Artaud avec des mots ponctués après de longs silences. Un réac de gauche ? Un libertin ? Un cynique ? Un humain ? Un mec glauque ? Ou un grand poète ?
©photo H.M. Micmag.

C’est à Barcelone que nous avons approché cet extraterrestre en transit. Il est monté sur scène, a jeté son blouson sur l’arrière du siège et a attendu un défilé de compliments. Son moment est venu, celui de réciter huit poèmes de son choix. Antisocial est l’un de ses préférés. Les mots sont chargés, l’atmosphère qu’il plante est crue, le décor plonge dans le vide. Sa poésie encadre le vide, dit une voix près de moi.

"Est-il une expérience vivante de la génétique ?"

Michel Houellebecq, bouille de roman du XVIIIe siècle d’un prolétaire teinté de dandysme, profil d’un Antonin Artaud… Comprendre Le Houellebecq n’est pas une mince affaire. Que veut-il laisser choir de son bec ? Où va-t-il avec ses strophes ? 
Y a-t-il du sang qui coule dans les veines de cet homme qui s’exprime avec de longs silences entre les mots ? De quelle planète vient cet humain impassible, parfois cynique, qui ne laisse transparaître aucune joie ? Est-il une expérience vivante de la génétique ?

"La chair est triste ...... Hélas, j’ai lu tous les livres"…

"Comment continuer à écrire des poèmes après cette strophe" entonne l’artiste.

Il commence son récit de 8 poèmes. Certains d’entre eux valent la peine d’être écoutés, réfléchis. Il faudrait laisser mûrir ses mots pour éprouver un effet, un rendu. Il plonge dans un décor de banlieue pour l'achat d'une bière et une caissière de supermarché à qui il n’adresse pas un mot. Et puis l’histoire se finit par une dispute de deux frères pour des images de Goldorack. Le goût final est amer, nous ne sommes pas dans un décor de villégiature, ni en train de sucer du chocolat. Ni dans le domaine du bien ou du mal. Il n’y a ni petite joie, ni désillusion. Car il n’y a pas d’avenir semble-t-il dans cette carte postale terriblement authentique. Michel Houellebecq, poète certes ! Le voyage sidéral qu’il met en marche dans des strophes ou des alexandrins, vous jette parfois à terre. Mais comme toute série de poèmes, certains passent à côté de vous sans vous heurter, sans laisser la moindre rayure dans cette vitre où vous avez collé votre joue.
Y a-t-il une pincée d’humour dans tout ça ? "Je ne crois pas avoir un brin d’humour… non, je dirais plutôt du burlesque". Car un homme d’une trempe à la Houellebecq ne laisse choir aucun sentiment. Seule une certaine cruauté visuelle du quotidien, celle de cette banlieue parisienne qui vous rappelle que l’homme vit dans la solitude.

Une des dernières surprises de sa vie ? Il réfléchit : "DSK. ça oui ! C’est la puissance de désir sexuel que je n'imagine pas. Patron du FMI. Futur président de la République. La force de son désir m’impressionne" ! 

Les derniers mots qu’il prononcera seront "Antisocial-Ennemi public. De quoi se prononcer sur l'état médiocre de notre civilisation".

Notre vidéo :


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

SORTIR À PARIS

Icônes de l’art moderne, la collection Chtchoukine jusqu’au 20 février 2017 à la Fondation Louis Vuitton

Jusqu’au 8 janvier 2017, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux

NEWSLETTER

BRÈVES

La sologamie, quésako ?

Une pratique en vogue en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, au Canada ou encore aux Etats-Unis qui consiste à… se marier avec soi-même !

 
Barcelone 600 000 euros d'amende !

Sanction des plates-formes de location de logements Airbnb et HomeAway à hauteur de 600 000 euros chacune, pour avoir loué des appartements sans les autorisations nécessaires.

 
Délivrer l’Alerte

Les 26 et 27 novembre se tient, à Paris, le Salon Des Livres et l’Alerte pour encourager à l’écriture et réfléchir sur le lancement et les lanceurs d’alerte. En savoir plus, ici.

 
Les USA aux mains de l'extrême droite ?
"Ne nous y trompons pas  : la première puissance mondiale est désormais aux mains de l’extrême droite." Johan Hufnagel dans Libération du 9 nov.
 
« Un bon criminel est un criminel mort »

Une affirmation qui reçoit l’approbation de 60 % des Brésiliens, selon un sondage du Forum brésilien de la sécurité publique repris par le Correio Braziliense.